• sam. Déc 10th, 2022

Promeneurs aériens, par Christophe Goby (Le Monde diplomatique, septembre 2017)

ByVeritatis

Oct 18, 2022


Il n’existait pas encore d’atlas mondial des téléphériques et autres « bidules » urbains, et il manquait aux passionnés des funiculaires une carte d’état-major de tous ces véhicules propres à remplir d’excitation ceux qui sont restés des enfants émerveillés par les ascensions mécanisées… Cet ouvrage (1) recense par ordre alphabétique les villes qui abritent un ascenseur, un élévateur, une télécabine à débrayage, célébrés ici par des photographies d’une grande qualité et une mise en page remarquable. Le Gangtok Ropeway au Sikkim (Inde), un kilomètre de câble, permet de se rendre dans un institut de tibétologie par télécabine. Parfois, c’est une île qui est reliée au continent, comme à Nha Trang, au Vietnam ; parfois, c’est un quartier qui est désenclavé, comme à Brest avec le nouveau téléphérique des Capucins. Ce qui apparaît au premier abord comme un gadget pour touristes s’avère un mode de transport étudié pour désengorger de nombreuses agglomérations. L’auteur, urbaniste, membre jusqu’en 2016 du conseil scientifique du Grand Paris, considère qu’ils sont appropriés, ne serait-ce que par leur efficacité énergétique, à la cité de l’avenir. À Valparaiso (Chili), le funiculaire qui mène à la maison du poète Pablo Neruda et tous les ascensores du port racontent que s’élever permet de se hisser collectivement au-dessus du monde… peut-être pour mieux le rêver.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

un × cinq =