• jeu. Déc 1st, 2022

Quelques nouvelles sur la croisade de l’OTAN contre la Russie — Enfant de la Société — Sott.net

ByVeritatis

Oct 20, 2022


otan russie

Avant de jeter un coup d’œil à certains des développements récents les plus intéressants, je pense qu’il est important d’affirmer clairement quelque chose qui doit être répété presque constamment : ce à quoi nous assistons aujourd’hui n’est pas une guerre entre la Russie et l’Ukraine, mais entre la Russie et l’Occident uni, consolidé. Concrètement, cela signifie que la Russie est en guerre contre les États-Unis et l’OTAN, cette dernière n’étant qu’un instrument docile, bien qu’inefficace, pour ces derniers. En outre, étant donné que certains pays de l’OTAN jouent désormais un rôle crucial dans la guerre contre la Russie (le Royaume-Uni, la Suède, la Pologne et l’Ukraine, cette dernière étant un membre de facto de l’OTAN), je pense que la meilleure et la plus simple façon de décrire cette situation est de dire qu’il s’agit d’une croisade de l’OTAN contre la Russie.

Quant au Banderastan, c’est déjà un État membre de l’OTAN à part entière, avec à peu près les mêmes droits que tous les autres États membres de l’OTAN en dehors des États-Unis, c’est à dire aucun. À l’heure actuelle, les soi-disant « forces ukrainiennes » sont déjà composées de 40 à 80 % de combattants étrangers (selon l’importance de l’endroit) et comprennent beaucoup de personnel actuel de l’OTAN. À propos, la plupart des équipements ex-soviétiques détenus par les anciens membres de la CEI ont été détruits par la Russie, ce qui pose un problème très épineux à l’OTAN : elle ne peut plus envoyer d’équipements soviétiques au Banderastan, et si elle envoie les siens, non seulement elle les perdra à jamais, mais le grand public (ou, du moins, ceux qui ont besoin de savoir) saura que les systèmes d’armes occidentaux sont tout sauf merveilleux : certains sont très bons, d’autres pas, mais la plupart sont inutiles contre un adversaire moderne. Vous vous souvenez des

« géniaux » Bayraktars ? Où sont-ils maintenant ? Il en va de même pour toutes les autres merveilles bien sûr…

Pourquoi une croisade ? Pour de nombreuses raisons, allant du fait que l’impérialisme occidental est né avec les premières Croisades au fait que, comme toujours, l’Occident déteste et essaie de détruire la Russie avec une véritable ferveur religieuse, bien que clairement satanique (toutes les Croisades occidentales étaient d’inspiration satanique, mais c’est un sujet pour une autre fois).

Soit dit en passant, comprendre cela a des implications majeures pour la planification des forces pour la Russie. Premièrement, l’OMS en Ukraine n’est qu’un point particulier dans une guerre beaucoup plus vaste qui, en réalité, implique déjà la majeure partie de notre planète (du moins en termes économiques et politiques). Deuxièmement, alors que la Russie doit mener son OMS, elle doit également se préparer à une guerre ouverte, à grande échelle, avec l’Occident, éventuellement une guerre nucléaire. En d’autres termes, la Russie doit garder la grande majorité de ses ressources et de ses capacités prêtes pour un conflit beaucoup plus important que celui auquel nous assistons actuellement. Tout cela pour dire que la Russie ne veut pas commettre la même erreur que l’OTAN lorsqu’elle a inondé l’Ukraine de tant de systèmes d’armes qu’elle en manque désormais pour son propre usage. Dans cette optique, je suggère que nous examinions quelques développements intéressants :

Premièrement : la Russie utilise-t-elle ou non des drones iraniens et, si oui, pourquoi ?

Tout d’abord, disons une évidence : la Russie et l’Iran ont tous deux nié que l’Iran ait exporté des drones vers la Russie. Ensuite, disons une chose tout aussi évidente : bien que cela puisse être vrai, la plupart des observateurs ne semblent pas croire que Téhéran et Moscou disent la vérité.

L’un des principaux problèmes est que la plupart des observateurs font des hypothèses très discutables, notamment les suivantes. Si la Russie utilise effectivement des drones iraniens, c’est parce que :

  • les drones iraniens sont supérieurs aux drones russes
  • La Russie est à court de drones

Abordons donc ces deux points.

Les drones iraniens sont-ils supérieurs aux drones russes ? On ne peut pas répondre à cette question en tant que telle car deux termes ne sont pas correctement définis : le terme « drone » et le terme « supérieur ».

Premièrement, les « drones » vont des petits quads que vous pouvez placer dans la paume de votre main aux grands drones de la taille d’un avion et très sophistiqués. Décidons donc arbitrairement que tous les drones peuvent être placés dans l’une des cinq catégories suivantes : A, B, C, D et F. Ensuite, lorsque nous comparons les capacités des drones russes et iraniens, nous devons éviter le piège logique « de comparer des pommes avec des oranges » et devons comparer catégorie par catégorie. Il se pourrait que dans les catégories A, B, D et F, la Russie dispose de drones beaucoup plus performants que l’Iran, mais que ce dernier soit en tête pour les drones de type C.

Est-ce possible, même en théorie ?

Oh oui, absolument ! L’Iran a développé des drones et des missiles très sophistiqués et il les a utilisés en Irak ou en Arabie saoudite avec une efficacité dévastatrice. Plus important encore, pour les autorités iraniennes, le développement d’une très forte capacité de drones/missiles est une priorité nationale et, peut-être, la clé pour dissuader les anglo-sionistes. Et bien qu’en Russie le complexe militaro-industriel ait développé de nombreux drones sophistiqués, je dirais qu’avant le lancement de l’OMS, les drones étaient une moindre priorité pour la Russie que pour l’Iran. Il est donc tout à fait possible que, si la Russie est en tête pour certains types de drones, l’Iran dispose de capacités supérieures pour d’autres types de drones.

Ensuite, il y a la question des coûts. Les drones iraniens sont très *très* bon marché, surtout si on les compare à certains équivalents russes beaucoup plus chers.

Enfin, il y a la question de la disponibilité. Même si le drone russe X est supérieur au drone iranien Y, cela ne signifie pas que la Russie puisse produire suffisamment de drones X pour ses besoins, alors pourquoi ne pas acheter des drones iraniens Y beaucoup moins chers mais très efficaces pour une fraction du coût ET avec une livraison immédiate ?

Alors, que devons-nous penser de l’étrange ressemblance entre le drone russe Geranium-2 et le Shahed-136 iranien ?

Mon conseil : absolument rien.

Oui, ils se ressemblent, mais, franchement, l’évolution convergente est très courante dans la technologie, en particulier dans l’aérospatiale. Dans ce cas, le Geranium-2 et le Sahed-136 se ressemblent, ont le même son et sont généralement difficiles à distinguer. Pouvez-vous distinguer un obus de 152 mm d’un obus de 155 mm ? Qu’en est-il de deux obus du même calibre, mais construits par des fabricants différents ?

Alors, qu’est-ce que nous savons avec certitude ? Nous savons que la Russie a considérablement augmenté son utilisation de drones et que certains ont vraiment l’air iraniens. Mais même les drones d’apparence iranienne peuvent être construits en Russie (avec ou sans licence). Un drone de conception iranienne construit en Russie (ou un drone de conception russe construit en Iran) doit-il être considéré comme iranien ou russe ?

Enfin et surtout, quelle différence cela fait-il de toute façon ?

Nous savons que l’Iran est un allié très solide et digne de confiance de la Russie (je dirais même qu’il est de loin le meilleur allié de la Russie à l’heure actuelle). Je sais pertinemment que les liens en coulisses entre la Russie et l’Iran sont nombreux et profonds. Bien sûr, à l’Ouest, l’Iran est presque aussi diabolisé que la Russie, et le fait que les Néoconservateurs mettent les deux dans le même sac constitue un bon sujet de discussion. Mais nous ne devons pas déclarer que ce sont tous des « mensonges de néoconservateurs » simplement parce que les néoconservateurs utilisent la Russie pour diaboliser l’Iran et l’Iran pour diaboliser la Russie. Au contraire, je pense que l’Iran mérite amplement que la Russie lui exprime publiquement sa gratitude et son admiration. Car même si les Iraniens n’ont pas vendu un seul drone à la Russie, ils soutiennent clairement et ouvertement la Russie dans son désir de vaincre le Grand Satan et de créer un monde multipolaire.

Quoi qu’il en soit, je pense que le sujet des drones iraniens n’est pas un problème, si ce n’est que je me réjouis de l’augmentation de l’utilisation effective des drones par la Russie contre l’OTAN, indépendamment de l’endroit où ces drones ont été construits ou de leur concepteur.

Ai-je mentionné que les fous de Kiev ont déclaré qu’ils ont un « dôme anti-drones » au-dessus de Kiev (le nom doit être une tentative de copier/imiter Israël) ? Voici à quoi tout cela ressemble :

tir au drone ukraine

1 : le mystérieux drone. 2 : le « dôme » anti-drone ukrainien en action. 3 : le résultat inévitable

Enfin, cela soulève la question suivante : Les Russes mentent-ils au sujet des drones iraniens ?

Franchement, je n’en sais rien. Mais voici ce que je sais :

Dans sa récente conférence de presse, Poutine a déclaré :

« Il n’y a pas besoin de frappes massives maintenant. D’autres tâches sont à l’ordre du jour, car je pense que sur les 29 cibles que le ministère de la défense avait prévu de frapper, seules sept ne l’ont pas été. Mais maintenant, ils s’en occupent progressivement. Il n’est pas nécessaire de procéder à des frappes massives, du moins pour l’instant. Quant à l’avenir, nous verrons. »

Ce qui a été immédiatement interprété par les habituels 6e chroniqueurs belliqueux et les (pseudo) « amis de la Russie » comme un signe de faiblesse, d’irrésolution et, bien sûr, de défaite imminente.

Or, Poutine, en plus d’être un ancien officier de renseignement, est aussi un juriste et il fait très attention aux mots. Prenons donc la phrase « Il n’y a pas besoin de frappes massives maintenant ». Il y a au moins trois mots très ambigus ici : « besoin », « massif » et « maintenant ». Examinons-les un par un :

  • Besoin : signifie exactement ce qu’il dit, qu’il n’y a pas de *nécessité* pour X. Cela ne signifie pas qu’il n’y a pas de « désir » ou de
  • « justification » ou d’ « avantage » à faire X. Les détracteurs de Poutine ont « manqué » cela.
  • Massif : si 200 missiles sont massifs, 180 seraient-ils moins massifs ? Pourquoi pas 150 ? 100 ? Bien sûr, cela a également échappé aux détracteurs de Poutine.
  • Maintenant : voulait-il dire « aujourd’hui » ou « cette picoseconde » ou peut-être « ce mois-ci » ? Personne ne le sait. Et, oui, bien sûr, les détracteurs de Poutine ont également « manqué » cela.

Mais la principale chose que les détracteurs de Poutine ont manqué, ou n’ont pas voulu voir, c’est que les frappes de missiles ont continué. En fait, selon « Ze », ils ont déjà détruit au moins 30% (ce qui signifie qu’en réalité les dégâts sont bien plus importants !) des capacités de production d’électricité ukrainiennes et rien n’indique que ces frappes vont s’arrêter de sitôt.

Par ailleurs, Poutine a également déclaré : « Quant à l’avenir, nous verrons ». Quand commence « l’avenir » ? Techniquement, dès que ces mots ont été prononcés !

Alors, Poutine a-t-il *menti* ? Non, pas techniquement, mais il était certainement « gentil avec les mots » et c’était suffisant pour que les idiots de l’OTAN croient que les frappes de missiles étaient terminées. Le lendemain, ils ont découvert qu’ils se trompaient lourdement, mais il était déjà trop tard.

Un autre exemple – voici ce que Peskov a dit au sujet des drones iraniens : « Non, nous ne disposons pas de telles informations. Du matériel russe est utilisé. Vous le connaissez bien. Il porte des désignations russes. Toutes les autres questions peuvent être adressées au ministère de la Défense ». Attendez, quoi ? ! Quelles « autres questions » ? De plus, vous pouvez appliquer une « désignation » russe à n’importe quoi, même à un objet acheté à l’étranger. Peskov est également « gentil avec les mots » ici.

La conclusion est la suivante : la tromperie est un instrument clé de la guerre, mais les mensonges constants détruisent votre crédibilité. Les Russes sont-ils capables de mentir ? Absolument, ne soyons pas naïfs. Mais, lorsqu’ils en ont la possibilité, les politiciens russes préfèrent être ambigus, « gentil avec les mots » ou toute autre expression de votre choix. Ils essaient de mentir moins que l’OTAN (qui ne s’occupe que d’optique, de PYSOPS, de RP, de propagande, etc. etc. etc.) et ils essaient de ne pas être trop grossiers à ce sujet.

Alors, peut-on croire les démentis russes ou iraniens ?

Je vous le déconseille fortement.

Deux : le sabotage NS1/NS2 (alias MH17 revisité).

Il faut reconnaître aux politiciens européens qu’ils sont drôles. Sauf si vous vivez sous leur joug, bien sûr. Dans ce cas, les eurodéputés ont d’abord déclaré que la Russie n’aurait aucun accès à l’enquête sur le sabotage de NS1/NS2 (MH-17 quelqu’un ?) pour ensuite déclarer qu’ils enquêteront tous séparément et ne partageront pas les résultats. En particulier la Suède, à qui l’oncle Shmuel a clairement confié le « travail de nettoyage ». Quant aux Allemands, ils n’ont vraiment pas peur du ridicule : ils ont annoncé qu’il s’agissait bien d’un sabotage, mais personne ne sait par qui. Apparemment, être la chienne de l’oncle Shmuel est ce que l’on attend des dirigeants compradors de l’Allemagne occupée…

Regardez ces images des dégâts par vous-même :

Source : https://rumble.com/v1okzp2-ns12-footage-of-damage.html

Même avec l’aveu direct de Biden, les Eurolemmings n’ont absolument AUCUNE IDÉE de qui aurait pu saboter NS1/NS2. Au mieux, ils mentionneront la Russie comme un coupable possible

Nous pouvons nous attendre à ce que ces perdants ridicules et veules fassent un « remake MH17 » et utilisent le même sac de sales tours (en commençant, bien sûr, par l’exclusion de la Russie de l’enquête parce que… … euh… … eh bien, la Russie est méchante, vous savez ? !).

Bien sûr, « l’hiver arrive », métaphoriquement et littéralement, mais pour le moment, les gens de l’Ouest se divertissent avec la haine russophobe habituelle :

Russia accused to-bombing with Serbian photo

En réalité, cette image montre un pont serbe détruit par l’OTAN !

Et puis il y a ce chef-d’œuvre :

viagra soldats russes

Selon un fonctionnaire des Nations Unis, la Russie donne du Viagra a ses soldats pour violer les ukrainiennes.

Ce qui nous ramène à ceci pendant l’agression de l’OTAN contre la Libye :

viagra gaddafi

Selon un envoyé étasunien, les troupes de Khadafi sont fournies en Viagra pour pouvoir violer.

Je suppose que certaines choses ne changent jamais, y compris le discours politique occidental… Ça, et une obsession très pathologique pour les sujets sexuels (l’Occident est clairement la partie la plus dysfonctionnelle sexuellement de la planète en ce moment).

Troisièmement : alors, que faisons-nous à partir de maintenant ?

Tout d’abord, il va y avoir plus de la même chose, c’est-à-dire que l’Occident va continuer à compter sur le terrorisme comme l’une de ses principales armes contre la Russie. La plupart d’entre vous ont dû entendre parler du massacre de soldats russes en formation par des terroristes takfiris (et nous savons tous qui dirige les terroristes takfiris dans le monde entier !) mais vous n’avez probablement pas entendu dire que les services de sécurité biélorusses ont empêché un certain nombre d’actions terroristes au Belarus (voir l’article traduit en machine à ce sujet ici).

Et comme il y a toujours plus de cibles potentielles que de ressources pour les protéger, nous pouvons, hélas, supposer sans risque que les attaques terroristes en Russie vont continuer. Et non, Poutine ne ressuscitera pas le Smersh (désolé les emo-marxistes nostalgiques !) et la Russie ne redeviendra pas l’URSS ou la Seconde Guerre mondiale. Non pas parce que Poutine ne le veut pas (et il ne le veut certainement PAS), mais parce que le peuple russe ne le veut pas : La Russie restera une société libre et ouverte, même si le prix à payer pour cela est de subir régulièrement des attaques terroristes. Maintenant, finalement et inévitablement, la société russe changera car la guerre contre l’OTAN prendra de nombreux mois, voire des années, et l’ensemble de la société russe devra progressivement passer en « mode guerre » complet, y compris non seulement l’économie, mais aussi les opérations de contre-terrorisme.

[Aparté : cette guerre a déjà profondément changé la Russie et, à mon avis, pour le mieux. La 5e colonne est pratiquement morte. Les intégrationnistes atlantiques sont partis ou se cachent profondément. La 6e colonne a fait le maximum pour les soi-disant « défaites » et

« effondrement imminent » de la Russie, mais à l’heure actuelle, seul un idiot en phase terminale peut encore ne pas « sentir le café » et se réveiller à la réalité. Des dizaines de libéraux « russes » (qui étaient très représentés dans les médias, le divertissement, la musique, les arts, etc.) ont soit émigré (généralement en Israël, en Pologne, au Royaume-Uni ou dans l’un des trois États baltes), soit sombré dans une profonde dépression. Le législateur russe adopte une loi après l’autre pour rendre plus difficile la diffusion délibérée des PSYOP de l’OTAN et désormais, au lieu de faire face au soutien et à l’admiration des « libéraux » en Russie et à l’étranger, vous vous exposez à des amendes et même à l’incarcération. Ce qui était autrefois un mode de vie agréable pour les libéraux « russes » se transforme progressivement en cauchemar. La conclusion est la suivante : les guerres polarisent et cette polarisation permet de comprendre beaucoup plus facilement « qui est vraiment qui ». Même un chroniqueur pur et dur du 6e siècle comme Strelkov/Girkin a fini par cesser de se mordre les lèvres et s’est porté volontaire pour rejoindre les forces russes au combat. Quelles que soient ses véritables motivations, je dirai que c’est une action honorable et courageuse qu’aucun cinquième colonne ou libéral n’a eu le courage d’imiter, du moins jusqu’à présent et à ma connaissance. Je suis à peu près sûr que la Russie qui sortira (victorieuse, bien sûr) de cette guerre sera une Russie très différente de celle que l’on connait jusqu’à présent. D’une manière terrible, cette guerre pourrait bien être salvatrice pour les peuples de Russie : il s’agit, après tout, d’une guerre pour la survie même du royaume civilisationnel russe].

Il y a aussi beaucoup de rumeurs et de « choses qui se préparent » auxquelles nous devons nous attendre. Je n’en citerai que quelques-unes ici :

  • En ce moment, d’importantes forces de l’OTAN se rassemblent en plusieurs endroits pour poursuivre l’opération « des vies contre des images » dans laquelle les Ukrainiens échangent des vies en masse pour le plaisir de parler d’ « avancées stratégiques » tout en gagnant quelques kilomètres carrés ici et là.
  • Des sources russes affirment qu’une sorte d’attaque non conventionnelle est en préparation contre Kherson et la ZNPP.
  • Des sources russes affirment également que l’OTAN concentre ses forces d’artillerie et de missiles en vue de frappes massives (?) contre la ville de Kherson.
  • Pour ces raisons, les autorités de Kherson ont permis aux civils qui le souhaitaient de partir et de s’installer temporairement dans un endroit plus sûr. Cela ne signifie évidemment PAS que les Russes prévoient de se retirer de Kherson, ne serait-ce que parce qu’en vertu du droit russe, il s’agit désormais d’un territoire russe.
  • Les frappes de missiles russes se poursuivent, principalement contre les centrales électriques et les postes de commandement. Depuis que « Ze » a rendu illégale la publication de vidéos des attaques russes, seules les attaques contre les grandes villes sont présentées dans les médias sociaux. Les attaques russes contre les centres de commandement militaires ne sont presque jamais enregistrées ou montrées.
  • Les Russes font également « quelque chose » à Starlink et Musk (dont la « fière résistance » au Pentagone a duré moins de 24 heures !) a même affirmé que les Russes pourraient faire tomber tout le système. Pour l’instant, les interférences russes semblent se concentrer sur les zones proches de la ligne de contact, mais cela pourrait changer dès que le QG russe décidera que le moment est venu. Si les choses s’aggravent encore, les drones et les AWACS occidentaux seront les prochains à connaître des « problèmes techniques ».
  • Dans ce que j’appelle la « zone B » (c’est-à-dire le monde libre), les États-Unis perdent leurs alliés les uns après les autres, le dernier en date à passer du côté russe étant, de tous les pays, l’Arabie saoudite, qui a d’abord dit à Biden d’aller se faire voir à propos de l’OPEP+ et qui veut maintenant rejoindre les BRICS ! Je ne peux pas dire que je suis un grand fan de l’Arabie saoudite, mais je suis tout à fait d’accord pour qu’elle rejoigne les BRICS si c’est ce qu’elle veut.

Enfin, le dernier point, et pas des moindres, est le sentiment que « quelque chose se prépare »

À ce jour, les Russes et les Biélorusses ont créé une force conjointe qui préoccupe beaucoup les habitants de Kiev et de Lvov. Cela ne signifie pas que des unités (ou des soldats individuels) biélorusses sont sur le point de franchir la frontière et d’attaquer mais, tout comme pour la feinte initiale autour de Kiev, cela crée un casse-tête majeur pour les planificateurs de l’OTAN qui ne peuvent pas allouer toutes leurs ressources aux lignes de contact dans l’est de l’Ukraine. Et, si et quand cela est nécessaire, cette force (dont la taille n’est pas claire, mais semble être significative) pourrait, bien sûr, être utilisée, surtout si la hyène de l’Europe décide de mordre un morceau de Banderastan (ou du Belarus !). Il existe des preuves accablantes que la Russie prépare également une force importante pour une opération quelconque, mais je ne peux même pas deviner où cette ou ces forces pourraient être utilisées ni comment.

Conclusion : une planète divisée dans un avenir prévisible

Ce à quoi nous assistons, c’est à la création de deux parties de notre planète : l’hégémonie anglo-sioniste (dans laquelle seuls les États-Unis et Israël ont une autorité, le reste étant des colonies, des pays occupés, des esclaves volontaires, etc.) et le monde libre multipolaire. Bien que les deux blocs ne soient pas techniquement en guerre l’un contre l’autre, en réalité ils le sont déjà beaucoup. La Russie et l’Iran supportent l’essentiel du fardeau militaire tandis que les autres pays libres essaient discrètement de rester en dehors et de garder un profil bas ou, encore plus discrètement, d’aider la Chine et le reste du monde libre multipolaire à s’imposer économiquement. Bien entendu, l’hégémonie anglo-sioniste utilise tous les moyens dont elle dispose pour subvertir non seulement la Russie, mais aussi la Chine, l’Iran et tout autre pays qui ose déclarer ne serait-ce qu’un minimum de souveraineté.

L’issue éventuelle et inévitable de cette confrontation ne fait aucun doute, du moins pas pour ceux qui sont conscients de la réalité. Ce n’est pas l’issue que je crains (en fait, je l’attends avec une grande impatience !), mais les coûts potentiellement énormes de la défaite de la dernière croisade de l’Occident (la dernière fois, la Russie a perdu 27 millions de personnes, pour la plupart des civils innocents, et cela n’a même pas fait tout le travail, d’où la guerre d’aujourd’hui). Je ne cesserai jamais de répéter que si la plupart des forces des États-Unis et de l’OTAN sont une triste plaisanterie, la triade nucléaire américaine et la force sous-marine de l’USN sont encore de classe mondiale et extrêmement dangereuses et capables (et les SSN américains sont dotés non seulement de capacités anti-sous-marines et anti-surface, mais aussi de missiles d’attaque terrestre).

C’est pourquoi il est absolument crucial pour la Russie d’augmenter le seuil de tolérance de façon régulière mais LENTE.

Ces imbéciles qui préconisent constamment des « actions russes fermes » et simplement « frappez-les fort ! » sont des civils désemparés issus de pays qui n’ont jamais gagné une vraie guerre et qui n’ont pas la moindre idée de la guerre moderne ou des risques immenses que leurs hystéries bellicistes font courir à notre planète entière. Je peux sincèrement dire que je remercie Dieu que Poutine soit un type très prudent qui comprend parfaitement qu’il n’y a pas de « solutions rapides » pour dénazifier et démilitariser l’hégémonie anglo-sioniste.

Et oui, la Russie continuera à faire tourner unilatéralement et progressivement le cadran de la douleur, et elle le fera sans ressentir le besoin de demander l’approbation de ceux qui n’ont jamais gagné une guerre mais qui croient que les guerres se gagnent en « faisant preuve de fermeté ».

Source The Saker’s Blog

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

six + 15 =