• mar. Déc 6th, 2022

Ukraine : Une guerre hollywoodienne

ByVeritatis

Oct 20, 2022


  1. Campagne de dons Octobre 2022

    Chers amis lecteurs. Nous lançons une campagne de dons pour ce mois d’Octobre et nous comptons sur vous pour nous aider à continuer notre travail de réinformation. Comme vous le savez, l’entretien et le fonctionnement de notre site ont un certain coût, et nous dépendons presque entièrement de vos dons pour en assurer le financement. Réseau International a besoin de vous plus que jamais pour assurer la continuité de son travail de réflexion et de réinformation

    12 322,00 € atteint

par Caitlin Johnstone.

Une guerre par procuration bonne et juste n’aurait pas besoin d’une communication aussi caricaturale.

La mégastar de Star Wars, Mark Hamill, a récemment été nommé ambassadeur de United24, la plateforme de collecte de fonds du gouvernement ukrainien, où, selon le Times, son attention sera centrée sur « l’acquisition, la réparation et le remplacement des drones ainsi que la formation des pilotes. »

D’après le Times :

« Dans ce combat long et inégal, l’Ukraine a besoin d’un soutien supplémentaire continu. C’est pourquoi j’ai été honoré que le président Zelensky me demande de devenir ambassadeur de l’Armée des drones », a déclaré dans un communiqué M. Hamill, qui jouait Luke Skywalker. « Je sais avec certitude que les Ukrainiens ont besoin de drones pour protéger leur terre, leur liberté et les valeurs de l’ensemble du monde démocratique. C’est maintenant le meilleur moment pour que tout le monde s’unisse et aide l’Ukraine à se dresser dans cette guerre contre l’empire du mal. » …

Dans une déclaration remerciant Hamill pour son soutien, Zelensky a déclaré : « La lumière vaincra les ténèbres. J’y crois, notre peuple y croit. Merci d’avoir accepté cette mission difficile d’être le premier ambassadeur à aider l’Ukraine à collecter des fonds pour l’Armée des drones afin de soutenir nos défenseurs. C’est vraiment important ! » …

Hamill, 71 ans, fait partie d’une liste croissante de célébrités qui ont apporté leur soutien à United24, que Zelensky a lancé en mai. Le site Web aurait recueilli près de 188 millions de dollars de dons, dont une récente contribution de 5 millions de dollars de la Fondation Pfizer pour répondre aux besoins médicaux de l’Ukraine. …

La semaine dernière, l’actrice Barbra Streisand a annoncé qu’elle serait également ambassadrice, saluant la « capacité et le courage » du peuple ukrainien comme une « inspiration pour tous ceux qui, dans le monde entier, promeuvent la démocratie et combattent l’autoritarisme ».

Donc, si vous pensiez que cette guerre par procuration ne pouvait pas être plus « Disneyfiée », vous aviez tort.

Hamill a célébré son nouveau poste en tweetant une illustration montrant un vaisseau spatial Star Wars portant les couleurs du drapeau ukrainien, que l’acteur a légendé en polonais parce que Hollywood est un poison pour le cerveau.

Parmi les autres manigances récentes de Twitter concernant cette guerre par procuration, on peut citer le compte du gouvernement ukrainien qui parle à son compte « Crimée » dans l’imitation la plus crasse de tweets de marques virales que l’on puisse imaginer.

Le compte ukrainien a tweeté « hey @Crimea quoi d’neuf ? » en minuscules, comme le font les jeunes cool.

« @Ukraine je me libère de mes chaînes, je suis sur le chemin du retour à la maison », a répondu le compte « Crimée » tenu par le gouvernement ukrainien.

Ces deux comptes sont bien sûr gérés par la même personne, qui a été engagée spécifiquement pour sa compréhension des réseaux sociaux, des mèmes Internet et du marketing. Car il s’agit de la guerre par procuration la plus bidon et la plus intensive en relations publiques de tous les temps.

Le visage de cette guerre est après tout Volodymyr Zelensky, un acteur ukrainien bien connu, qui a obtenu le soutien de l’Occident pour cette guerre en posant pour Vogue, en faisant des apparitions vidéo pour les Grammy Awards, le Festival de Cannes, le Festival de Venise, la Bourse de New York, le Forum économique mondial et probablement aussi le groupe Bilderberg, et en rencontrant des célébrités comme Ben Stiller, Sean Penn, Bono et Edge de U2.

Depuis le début de cette guerre, les médias occidentaux ont inondé les ondes d’une couverture étonnamment biaisée, comme nous n’en avions jamais vu auparavant. Les médias russes sont expurgés des ondes tandis que la censure des voix dissidentes s’est considérablement intensifiée en ligne en ce qui concerne cette guerre. Les algorithmes des réseaux sociaux favorisent artificiellement les organes de propagande corrompus qui soutiennent agressivement la ligne impériale. Les opérations de trolling anti-Russie sont bruyamment louées et amplifiées par les médias dominants, les agences gouvernementales, les groupes de réflexion bellicistes financés par les gouvernements occidentaux et l’industrie de la guerre, et les branches de l’armée américaine explicitement dédiées aux opérations dans le cyberespace, malgré tout ce que nous savons sur les armées américaine et britannique qui utilisent secrètement des opérations de trolling en ligne.

Il s’agit d’une guerre par procuration qui ne pourrait tout simplement pas avoir lieu si elle n’était pas soutenue à bout de bras par le gouvernement le plus puissant de la planète. Et avant que quelqu’un n’objecte, oui, il s’agit indiscutablement d’une guerre par procuration. S’il ne s’agit pas d’une guerre par procuration lorsque vous envoyez des milliards de dollars d’armes qui seront utilisées par des combattants formés par la CIA, aidés par les services de renseignements militaires américains, les forces spéciales américaines et les agents de la CIA sur le terrain, alors il n’y a jamais eu de guerre par procuration. C’est pourquoi les responsables américains et les médias dominants l’ont ouvertement qualifiée de guerre par procuration.

Rien de tout cela ne se produirait si cette guerre par procuration était aussi juste et justifiée que ses partisans le prétendent. Si votre guerre par procuration exige une gestion ininterrompue de la perception et une agression maximale pour obtenir le consentement de l’opinion publique, votre guerre par procuration est probablement immorale et mauvaise. Si le maintien du soutien de l’opinion publique à une guerre par procuration nécessite des opérations de relations publiques incessantes, une propagande agressive de la part des grands médias, l’interdiction des médias russes et des opérations d’information par trolls géants amplifiées par des groupes de réflexion et des agences gouvernementales, cette guerre ne devrait probablement pas être menée.

Si vous avez besoin de manipuler psychologiquement et agressivement une population pour qu’elle soutienne votre programme, de censurer ses propos et de perturber son discours en ligne par des opérations de trolling et d’astroturfing, c’est parce que vous savez que votre programme n’est pas quelque chose qu’elle choisirait de soutenir d’elle-même. Si vous avez besoin de manipuler les gens pour qu’ils soutiennent quelque chose, c’est parce que ce n’est pas digne de leur soutien, et vous le savez.

Si les gens comprenaient vraiment ce que l’on risque en intensifiant cette guerre par procuration, à quel coût extraordinaire, et sans aucun bénéfice pour le citoyen ordinaire, Washington serait un tas de décombres fumants en ce moment. Rien ne pourrait protéger nos dirigeants de la rage des citoyens s’ils comprenaient vraiment que leurs comptes bancaires sont pillés et leurs vies risquées uniquement pour faire avancer les objectifs géostratégiques de quelques impérialistes corrompus.

Ils travaillent à fabriquer notre consentement parce qu’ils savent que nous ne le leur donnerions pas de notre propre gré. C’est la subversion de la démocratie la plus méprisable que l’on puisse imaginer.

source : Caitlin Johnstone via Le Cri des Peuples





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

douze − neuf =