• mer. Déc 7th, 2022

Les Haïtiens dénoncent l’invasion US — Enfant de la Société — Sott.net

ByVeritatis

Oct 21, 2022


Des avions de guerre canadiens et américains atterrissent en Haïti avec du matériel militaire ; les habitants mettent en garde contre une « invasion étrangère ».

Haïti, le pays le plus pauvre de l’Amérique latine et des Caraïbes, a éclaté en troubles politiques. Des reportages dans les médias occidentaux suggèrent qu’une coalition criminelle entrave la distribution d’essence et de diesel.

hjkl

La crise a incité des avions de combat américains et canadiens à atterrir dans le pays au milieu de la violence dans les rues et des manifestations sans fin.

Mais pendant que le Canada et les États-Unis s’enorgueillissent de leur assistance militaire aux forces de sécurité haïtiennes, les habitants, eux, dénoncent une intervention étrangère injustifiée dans leurs affaires intérieures de leur pays.

Un utilisateur de Twitter, du nom de Friendly Neighborhood Comrade, a écrit :

« Alors que les États-Unis se préparent à intervenir militairement en Haïti une fois de plus, rappelez-vous que depuis plus d’un siècle, ils ont privé les Haïtiens de leur droit de souveraineté. »

Un autre utilisateur Pawel Wargen a rendu compte de l’atterrissage des avions de combat en Haïti avec un scepticisme sévère :

« Des avions de guerre canadiens atterrissent en Haïti avant ce qui pourrait être une invasion étrangère imminente, après des semaines de protestations contre le gouvernement fantoche soutenu par les États-Unis et l’austérité du FMI. C’est la longue punition de la révolution haïtienne contre le colonialisme français. C’est inadmissible. »

Les États-Unis ont longtemps été accusés par divers États d’Amérique latine et des Caraïbes de s’ingérer dans leurs affaires internes pour en tirer des intérêts politiques et développer leur influence dans la région.Une députée européenne, Clare Daly, a également déclaré sur Twitter : « Haïti était un phare de lumière pour le monde, un défi à la logique redoutable du capital et de l’empire. Pour cela, il a été puni par des ingérences étrangères : coups d’État, invasions, occupations et assassinats.

Dans une déclaration conjointe publiée sur le site Web du département d’État américain, les gouvernements américain et canadien ont annoncé que leurs avions avaient atterri à Port-au-Prince, la capitale, pour livrer du matériel militaire – des « équipements de sécurité » dont des véhicules tactiques et blindés – à la police nationale d’Haïti pour l’aider à contenir la crise politico-économique et sécuritaire.

Des milliers d’habitants protestant contre « l’occupation étrangère » sont descendus dans les rues. Plusieurs personnes ont été abattues et une personne serait décédée.

Trouble en Haïti

Depuis qu’un tremblement de terre dévastateur de magnitude 7,2 a frappé le pays le 14 août 2021, Haïti connaît une grave crise alimentaire et sécuritaire.

Il y aurait 4,5 millions de personnes dans le pays en situation d’insécurité alimentaire grave. Le taux d’inflation a atteint 26% et la crise entre la Russie et l’Ukraine fait grimper rapidement les prix des denrées alimentaires.

Outre cette paralysie économique, le pays a connu de violentes batailles entre factions armées depuis juin 2021.

Quant au Choléra, il est en hausse, selon l’Organisation panaméricaine de la santé, avec une augmentation des cas confirmés et suspects, dont environ un quart chez les nourrissons et les jeunes enfants. Les experts avertissent que l’étendue réelle pourrait être bien pire que prévu en raison de la concentration de patients dans des zones où la violence grimpe et rend l’accès difficile.

Plus de 560 cas suspects de choléra, 300 hospitalisations et au moins 35 décès ont été documentés.

Suite à l’annonce par l’administration du Premier ministre Ariel Henry qu’elle ne pouvait plus se permettre de subventionner le carburant, des gangs ont assiégé un important terminal de carburant lors des manifestations de la mi-septembre, appelant Henry à démissionner.

Cette action, ainsi que les blocages de rues par d’innombrables manifestants à Port-au-Prince et dans d’autres grandes villes, ont entraîné des pénuries critiques qui ont forcé les hôpitaux à réduire les services, les stations-service à fermer et les banques et les épiceries à limiter leurs heures d’ouverture.

Les États-Unis ont longtemps refusé de reconnaître l’indépendance de la nation vis-à-vis de la France, ils ont même parfois tenté d’annexer son territoire pour intimider d’autres pays.

source : Pars Today



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 × 5 =