• mer. Nov 30th, 2022

Xi se prépare pour le compte à rebours final

ByVeritatis

Oct 21, 2022


  1. Campagne de dons Octobre 2022

    Chers amis lecteurs. Nous lançons une campagne de dons pour ce mois d’Octobre et nous comptons sur vous pour nous aider à continuer notre travail de réinformation. Comme vous le savez, l’entretien et le fonctionnement de notre site ont un certain coût, et nous dépendons presque entièrement de vos dons pour en assurer le financement. Réseau International a besoin de vous plus que jamais pour assurer la continuité de son travail de réflexion et de réinformation

    12 517,00 € atteint

par Pepe Escobar.

Ce qui motive la Chine et la Russie, c’est que tôt ou tard, elles régneront sur le Heartland.

Le discours d’1h45 du président Xi Jinping à l’ouverture du 20ème Congrès du Parti communiste chinois (PCC) au Grand Hall du Peuple à Pékin a été un exercice absorbant où le passé récent informe le futur proche. Toute l’Asie et l’ensemble des pays du Sud devraient l’examiner attentivement.

Le Grand Hall était somptueusement décoré de bannières rouge vif. Un slogan géant accroché au fond de la salle disait : « Vive notre grand, glorieux et correct parti ».

Un autre, en dessous, fonctionnait comme un résumé de l’ensemble du rapport :

« Tenir haut le grand drapeau du socialisme aux caractéristiques chinoises, mettre pleinement en œuvre la Pensée de Xi Jinping sur le Socialisme aux Caractéristiques Chinoises pour une Nouvelle Ère, perpétuer le grand esprit fondateur du parti, et s’unir et lutter pour construire pleinement un pays socialiste moderne et promouvoir pleinement le grand rajeunissement de la nation chinoise ».

Fidèle à la tradition, le rapport a présenté les réalisations du PCC au cours des cinq dernières années et la stratégie de la Chine pour les cinq prochaines années – et au-delà. Xi prévoit des « tempêtes féroces » à venir, à l’intérieur et à l’extérieur du pays. Le rapport est également important pour ce qui n’a pas été dit, ou ce qui a été subtilement sous-entendu.

Tous les membres du Comité central du PCC avaient déjà été informés du rapport – et l’avaient approuvé. Ils passeront cette semaine à Pékin à en étudier les détails et voteront son adoption samedi. Ensuite, un nouveau Comité central du PCC sera annoncé, et un nouveau Comité permanent du Politburo – les 7 qui gouvernent vraiment – sera officiellement approuvé.

Cette nouvelle équipe dirigeante permettra de clarifier les visages de la nouvelle génération qui travaillera très près de Xi, ainsi que de déterminer qui succédera à Li Keqiang en tant que nouveau Premier ministre : il a terminé ses deux mandats et, selon la constitution, doit se retirer.

Sont également présents dans le Grand Hall 2296 délégués représentant les plus de 96 millions de membres du PCC. Ils ne sont pas de simples spectateurs : lors de la session plénière qui s’est achevée la semaine dernière, ils ont analysé en profondeur chaque question majeure, et préparé le Congrès national. Ils votent les résolutions du parti – même si ces résolutions sont décidées par la haute direction, à huis clos.

Les points essentiels à retenir

Xi affirme qu’au cours de ces cinq dernières années, le PCC a fait progresser la Chine sur le plan stratégique tout en répondant « correctement » (terminologie du parti) à tous les défis étrangers. Parmi les réalisations particulièrement importantes figurent la réduction de la pauvreté, la normalisation de Hong Kong et les progrès réalisés en matière de diplomatie et de défense nationale.

Il est assez révélateur que le ministre des Affaires étrangères Wang Yi, qui était assis au deuxième rang, derrière les membres actuels du Comité permanent, n’a jamais quitté Xi des yeux, alors que d’autres lisaient une copie du rapport sur leur bureau.

Comparé aux réalisations, le succès de la politique « zéro-Covid » ordonnée par Xi reste très discutable. Xi a souligné qu’elle a protégé la vie des gens. Ce qu’il ne pouvait pas dire, c’est que le principe de sa politique est de traiter le Covid et ses variants comme une arme biologique américaine dirigée contre la Chine. C’est-à-dire une question sérieuse de sécurité nationale qui prime sur toute autre considération, même l’économie chinoise.

La politique zéro-Covid a frappé la production et le marché de l’emploi de plein fouet, et a pratiquement isolé la Chine du monde extérieur. Un exemple flagrant : Les autorités du district de Shanghai planifient le zéro-Covid sur une échelle de temps de deux ans. Le zéro-Covid n’est pas près de disparaître.

Une conséquence grave est que l’économie chinoise connaîtra très certainement cette année une croissance inférieure à 3% – bien en deçà de l’objectif officiel d’« environ 5,5% ».

Examinons maintenant certains des points saillants du rapport de Xi.

Taïwan : Pékin a entamé « une grande lutte contre le séparatisme et l’ingérence étrangère » à Taïwan.

Hong Kong : Elle est désormais « administrée par des patriotes, ce qui en fait un endroit meilleur ». À Hong Kong, il y a eu « une transition majeure du chaos à l’ordre ». Correct : la révolution de couleur de 2019 a presque détruit un centre mondial majeur de commerce/finance.

La réduction de la pauvreté : Xi l’a salué comme l’un des trois « événements majeurs » de la dernière décennie, avec le centenaire du PCC et l’entrée du socialisme aux caractéristiques chinoises dans une « nouvelle ère ». La réduction de la pauvreté est au cœur de l’un des « deux objectifs du centenaire » du PCC.

L’ouverture : La Chine est devenue « un partenaire commercial majeur et une destination majeure pour les investissements étrangers ». Xi réfute ainsi l’idée que la Chine est devenue plus autarcique. La Chine ne s’engagera dans aucune forme d’« expansionnisme » en s’ouvrant au monde extérieur. La politique fondamentale de l’État demeure : la mondialisation économique. Mais – il ne l’a pas dit – « avec des caractéristiques chinoises ».

« Auto-révolution » : Xi a introduit un nouveau concept. « L’auto-révolution » permettra à la Chine d’échapper à un cycle historique menant à une récession. Et « cela garantit que le parti ne changera jamais ». Donc c’est le CPC ou rien.

Le marxisme reste définitivement l’un des principes directeurs fondamentaux. Xi a souligné : « Nous devons le succès de notre parti et du socialisme aux caractéristiques chinoises au marxisme et à la façon dont la Chine a réussi à l’adapter ».

Risques : c’était le thème récurrent du discours. Les risques continueront d’interférer avec ces « deux objectifs du centenaire » cruciaux. Le premier objectif a été atteint l’année dernière, lors du 100ème anniversaire du PCC, lorsque la Chine a atteint le statut de « société modérément prospère » à tous égards (xiaokang, en chinois). L’objectif numéro deux devrait être atteint lors du centenaire de la République populaire de Chine en 2049 : « construire un pays socialiste moderne, prospère, fort, démocratique, culturellement avancé et harmonieux ».

Développement : l’accent sera mis sur le « développement de haute qualité », notamment la résilience des chaînes d’approvisionnement et la stratégie économique de « double circulation » : expansion de la demande intérieure parallèlement aux investissements étrangers (principalement centrés sur les projets de la BRI). Ce sera la priorité absolue de la Chine. Ainsi, en théorie, toute réforme privilégiera une combinaison d’« économie de marché socialiste » et d’ouverture de haut niveau, mêlant la création d’une plus grande demande intérieure à une réforme structurelle du côté de l’offre. Traduction : La « double-circulation » sous stéroïdes.

« Démocratie intégrale » : c’est l’autre nouveau concept introduit par Xi. Il s’agit de la « démocratie qui fonctionne », c’est-à-dire du rajeunissement de la nation chinoise sous la direction absolue du PCC : « Nous devons veiller à ce que le peuple puisse exercer ses pouvoirs par le biais du système du Congrès du peuple ».

La culture socialiste : Xi a déclaré qu’il était absolument essentiel d’« influencer les jeunes ». Le PCC doit exercer un contrôle idéologique et s’assurer que les médias favorisent une génération de jeunes « influencés par la culture traditionnelle, le patriotisme et le socialisme », au bénéfice de la « stabilité sociale ». Le « récit de la Chine » doit être diffusé partout, présentant une Chine « crédible et respectable ». Cela s’applique certainement à la diplomatie chinoise, même aux « guerriers loups ».

« Siniciser la religion » : Pékin poursuivra sa campagne visant à « Siniciser la religion », comme dans l’adaptation « proactive » de « la religion et la société socialiste ». Cette campagne a été introduite en 2015, signifiant par exemple que l’Islam et le Christianisme doivent être sous le contrôle du PCC et conformes à la culture chinoise.

L’engagement envers Taïwan

Nous arrivons maintenant aux thèmes qui obsèdent complètement l’Hégémon en déliquescence : le lien entre les intérêts nationaux de la Chine et la façon dont ils affectent le rôle de l’État-civil dans les relations internationales.

La sécurité nationale : « La sécurité nationale est le fondement du rajeunissement national, et la stabilité sociale est une condition préalable à la force nationale ».

L’armée : l’équipement, la technologie et la capacité stratégique de l’APL seront renforcés. Il va sans dire que cela signifie un contrôle total du PCC sur l’armée.

« Un pays, deux systèmes » : Cela s’est avéré être « le meilleur mécanisme institutionnel pour Hong Kong et Macao et doit être respecté à long terme ». Toutes deux « jouissent d’une grande autonomie » et sont « administrées par des patriotes ». Xi a promis de mieux intégrer les deux dans les stratégies nationales.

Réunification de Taïwan : Xi a fait la promesse d’achever la réunification de la Chine. Traduction : rendre Taïwan à la mère patrie. Cela a été accueilli par un torrent d’applaudissements, ce qui a conduit au message clé, adressé simultanément à la nation chinoise et aux forces d’« ingérence étrangère » : « Nous ne renoncerons pas à l’usage de la force et prendrons toutes les mesures nécessaires pour arrêter tous les mouvements séparatistes ». La ligne de fond : « La résolution de la question de Taïwan est une question qui relève du peuple chinois lui-même, qui doit être décidée par le peuple chinois ».

Il est également assez révélateur que Xi n’ait même pas mentionné nommément le Xinjiang : seulement de manière implicite, lorsqu’il a souligné que la Chine devait renforcer l’unité de tous les groupes ethniques. Pour Xi et les dirigeants, le Xinjiang signifie l’industrialisation de l’Extrême-Orient et un nœud crucial de la BRI : pas l’objet d’une campagne impériale de diabolisation. Ils savent que les tactiques de déstabilisation de la CIA utilisées au Tibet pendant des décennies n’ont pas fonctionné au Xinjiang.

À l’abri de la tempête

Décortiquons maintenant certaines des variables qui influent sur les années très difficiles à venir pour le PCC.

Lorsque Xi a parlé de « tempêtes violentes à venir », c’est à cela qu’il pense 24/7 : Xi est convaincu que l’URSS s’est effondrée parce que l’hégémon a tout fait pour la miner. Il ne permettra pas qu’un processus similaire fasse dérailler la Chine.

À court terme, la « tempête » peut faire référence au dernier round de la guerre américaine sans merci contre la technologie chinoise – sans parler du libre-échange : empêcher la Chine d’acheter ou de fabriquer des puces et des composants pour superordinateurs.

Il est juste de considérer que Pékin garde le cap à long terme, en pariant que la plupart des pays du monde, en particulier les pays du Sud, s’éloigneront de la chaîne d’approvisionnement américaine en haute technologie et préféreront le marché chinois. Les Chinois devenant de plus en plus autonomes, les entreprises technologiques américaines finiront par perdre des marchés mondiaux, des économies d’échelle et de la compétitivité.

Xi n’a pas non plus mentionné les États-Unis nommément. Tous les dirigeants – en particulier le nouveau Politburo – savent que Washington veut se « découpler » de la Chine de toutes les manières possibles et continuera à déployer de manière provocante tous les volets possibles de la guerre hybride.

Xi n’est pas entré dans les détails lors de son discours, mais il est clair que la force motrice de l’avenir sera l’innovation technologique liée à une vision globale. C’est là que la BRI entre en jeu, une fois encore – en tant que champ d’application privilégié de ces percées technologiques.

Ce n’est que de cette manière que nous pouvons comprendre comment Zhu Guangyao, ancien vice-ministre des Finances, peut être certain que le PIB par habitant en Chine en 2035 serait au moins le double de celui de 2019 et atteindrait 20 000 dollars.

Le défi que doivent relever Xi et le nouveau Politburo dans l’immédiat est de corriger le déséquilibre économique structurel de la Chine. Et le fait de pomper une nouvelle fois les « investissements » financés par la dette ne fonctionnera pas.

On peut donc parier que le troisième mandat de Xi – qui sera confirmé dans le courant de la semaine – devra se concentrer sur une planification et un suivi rigoureux de la mise en œuvre, bien plus que lors de ses précédentes années audacieuses, ambitieuses, abrasives mais parfois décousues. Le Politburo devra accorder beaucoup plus d’attention aux considérations techniques. Xi devra déléguer une plus grande autonomie d’élaboration des politiques à un groupe de technocrates compétents.

Sinon, nous en reviendrons à cette observation surprenante faite par le Premier ministre de l’époque, Wen Jiabao, en 2007 : L’économie chinoise est « instable, déséquilibrée, non coordonnée et finalement non durable ». C’est exactement là où l’hégémon veut qu’elle soit.

En l’état actuel des choses, les choses sont loin d’être sombres. La Commission nationale du développement et de la réforme affirme que, par rapport au reste du monde, l’inflation des prix à la consommation en Chine n’est que « marginale » ; le marché du travail est stable ; et les paiements internationaux sont stables.

Le rapport de travail et les engagements de Xi peuvent également être considérés comme mettant sens dessus dessous les suspects géopolitiques anglo-américains habituels – Mackinder, Mahan, Spykman, Brzezinski.

Le partenariat stratégique Chine-Russie n’a pas de temps à perdre avec les jeux hégémoniques mondiaux ; ce qui les motive, c’est que tôt ou tard, ils régneront sur le Heartland – l’île du monde – et au-delà, avec des alliés du Rimland, et de l’Afrique à l’Amérique latine, tous participant à une nouvelle forme de mondialisation. Certainement avec des caractéristiques chinoises, mais surtout, des caractéristiques pan-eurasiennes. Le compte à rebours final est déjà lancé.

Pepe Escobar

source : Strategic Culture Foundation

traduction Réseau International



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 × quatre =