• mer. Déc 7th, 2022

Des députes québécois refusent de prêter serment au Roi Charles III

ByVeritatis

Oct 22, 2022


  1. Campagne de dons Octobre 2022

    Chers amis lecteurs. Nous lançons une campagne de dons pour ce mois d’Octobre et nous comptons sur vous pour nous aider à continuer notre travail de réinformation. Comme vous le savez, l’entretien et le fonctionnement de notre site ont un certain coût, et nous dépendons presque entièrement de vos dons pour en assurer le financement. Réseau International a besoin de vous plus que jamais pour assurer la continuité de son travail de réflexion et de réinformation

    13 167,00 € atteint

par Hatem Kattou.

Il s’agit des 11 députés du parti « Québec Solidaire », issus des élections législatives provinciales du 3 octobre courant.

Onze députés du parti « Québec Solidaire » ont refusé, mercredi, lors de la cérémonie d’investiture qui leur est réservée, après les élections provinciales québécoises du 3 octobre courant, de prêter serment au Roi Charles III d’Angleterre, chef de l’État canadien, ont rapporté les médias locaux.

Les députés de Québec Solidaire ont, selon une promesse faite avant la cérémonie, prêté serment uniquement au « peuple du Québec », rejetant toute allégeance au nouveau monarque.

Mardi et mercredi, les députés des formations de la Coalition avenir Québec (CAQ) et du Parti libéral du Québec (PLQ) ont prêté allégeance au roi Charles III, respectant ainsi la « Loi sur l’Assemblée nationale » de la province du Québec » et la Constitution canadienne.

En vertu de la Loi sur l’Assemblée nationale, les élus doivent prononcer ce serment envers le peuple du Québec. Ils doivent également prêter allégeance au roi britannique, en vertu de la Constitution canadienne.

En refusant de prêter serment conformément à ces règlements, les députés de « Québec Solidaire » risquent de ne pas pouvoir siéger à l’Assemblée provinciale, le 29 novembre prochain.

D’autres députés n’envisagent pas, vendredi, de prêter serment au monarque britannique. Il s’agit des trois élus du Parti Québécois (PQ), une formation ouvertement souverainiste.

Le chef du bloc parlementaire de Québec Solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, avait invité, lundi, par écrit les députés de l’ensemble des partis, à « organiser une rencontre à ce sujet, afin de trouver une solution transpartisane au cul-de-sac actuel », proposant une réunion « la semaine prochaine ».

De son côté, Paul St-Pierre Plamondon, chef du Parti Québécois, a souligné : « Nous sommes désormais 14 députés, 30% du suffrage universel, à dire que cette mascarade au roi et au pape de l’Église anglicane a assez duré et on veut une solution ».

Commentant cette polémique soulevée au Québec au sujet de la prestation de serment, le Premier ministre fédéral, Justin Trudeau, a déclaré, mercredi, que « l’Assemblée nationale (du Québec) a le droit de décider comment ils veulent organiser leur processus d’assermentation ».

Il a refusé de spéculer sur ce que peut ou ne peut pas faire l’Assemblée parlementaire provinciale, lançant au passage « qu’aucun Québécois ne veut qu’on rouvre la Constitution canadienne ».

source : Agence Anadolu



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 × 2 =