• mer. Déc 7th, 2022

Des hélicoptères militaires américains ont survolé le site de l’incident de Nord Stream en septembre à plusieurs reprises

ByVeritatis

Oct 24, 2022


Des hélicoptères militaires américains ont habituellement et à de nombreuses reprises survolé pendant des heures le site de l’incident des gazoducs Nord Stream près de l’île de Bornholm plus tôt en septembre, ont montré les données de Flightradar24.

Plus tôt ce mois-ci, un hélicoptère Sikorsky MH-60R Seahawk de la marine américaine a passé des heures à flâner sur l’emplacement des gazoducs de gaz naturel endommagés dans la mer Baltique près de Bornholm pendant plusieurs jours d’affilée, les 1er, 2 et 3 septembre, en particulier.

L’agence danoise du trafic maritime et l’Autorité maritime suédoise ont signalé lundi une fuite de gaz “dangereuse” en mer Baltique près du tracé du gazoduc Nord Stream 2 inactif, qui a subi une chute de pression inexpliquée.

La fuite, au sud-est de l’île danoise de Bornholm, “est dangereuse pour le trafic maritime” et “la navigation est interdite dans un rayon de cinq milles nautiques autour de la position signalée”, a averti l’agence dans un avis aux navires.

Suite à l’incident, le journal allemand Tagesspiegel a affirmé lundi que Berlin est persuadé que la perte de pression dans les trois gazoducs entre la Russie et l’Allemagne n’était pas une coïncidence et soupçonne une « attaque ciblée ».

La cause des incidents reste inconnue et une enquête est en cours. La ministre suédoise des Affaires étrangères, Ann Linde, a déclaré mardi que les perturbations avaient été causées par des détonations, ce qui indique qu’il s’agissait d’un sabotage.

Le gazoduc Nord Stream 2, parallèle au Nord Stream 1 et destiné à doubler la capacité d’importation de gaz sous-marin depuis la Russie, a été bloqué par Berlin dans les jours qui ont précédé le début de la guerre en Ukraine.

Flightradar24 a montré un avion non identifié qui n’avait même pas d’icône d’hélicoptère planant au-dessus du site. Cependant, le code OACI 24 bits de l’avion inclus dans la description permet d’établir le modèle, qui est le Sikorsky MH-60R Seahawk de l’armée américaine. Le code a été vérifié grâce à des ressources ouvertes qui collectent des données sur les avions militaires.

Selon le service de suivi des aéronefs, l’hélicoptère américain est également répertorié comme ayant volé dans la zone de au-dessus des gazoducs Nord Stream depuis Gdansk, en Pologne.

Le deuxième jour de survol, presque en parallèle avec leur homologue américain, un hélicoptère NH9 de la marine néerlandaise volait à proximité de l’île de Bornholm, et on suppose qu’il observait la présence des Américains.

Des hélicoptères américains ont également survolé d’autres gazoducs Nord Stream les 10 et 19 septembre et d’autres sont restés au-dessus du site de l’incident pendant des heures dans la nuit du 22 au 25 septembre.

Selon nos informations, les hélicoptères qui ont effectué des sorties dans la nuit du 22 au 23 et du 25 au 26 septembre ont des trajectoires particulièrement déroutantes.

Ces révélations surviennent après que le journal allemand Der Siegel a rapporté mardi que la Central Intelligence Agency (CIA) américaine avait averti le gouvernement allemand qu’il y aurait des attaques contre les gazoducs Nord Stream des semaines avant le signalement des incidents.

Une source bien informée a déclaré au magazine allemand que la CIA avait annoncé il y a quelques semaines à Berlin qu’il y aurait des attaques contre les principaux gazoducs fournissant une grande partie de l’énergie de l’Europe depuis la Russie.

Source: Al Mayadeen

Traduction: Fawkes News

——-

Le colonel à la retraite de l’armée américaine Douglas MacGregor balaye l’idée que les russes aient pu saboter leur propre gazoduc. Ils pensent que le Royaume-Uni, la France ou les Etats-Unis avaient les moyens de mener à bien ce sabotage.

Par ailleurs, le secrétaire d’État américain Blinken a déclaré cette semaine que le sabotage contre ce sabotage est une “opportunité formidable” pour “éliminer une fois pour toutes la dépendance à l’énergie russe”.

Il est clair que ce sont les américains qui bénéficient le plus de la fermeture probablement définitive de ces gazoducs.

A lire également:


 





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 × 5 =