• mer. Nov 30th, 2022

«Une paix possible»: Macron partisan du dialogue entre Moscou et l'Ukraine… quand Kiev le décidera

ByVeritatis

Oct 24, 2022



«Une paix est possible» en Ukraine… quand les Ukrainiens «le décideront» : c’est ce qu’a déclaré le 23 octobre Emmanuel Macron à l’ouverture d’un sommet pour la paix à Rome.

«A un moment, en fonction de l’évolution des choses et quand le peuple ukrainien et ses dirigeants l’auront décidé, dans les termes qu’ils auront décidé, la paix se bâtira avec l’autre, qui est l’ennemi d’aujourd’hui, autour d’une table», a estimé le président français lors d’un discours à l’ouverture de ce sommet organisé par la communauté catholique italienne Sant’Egidio.

«Une paix est possible, celle-là seule qu’ils [les Ukrainiens] décideront quand ils le décideront», a-t-il insisté.

La Russie a, à plusieurs reprises, fait savoir qu’elle n’était pas opposée à des négociations, tout en précisant comme le disait Sergueï Lavrov en septembre que «ceux qui les refusent doivent comprendre que plus ce processus est reporté, plus cela leur sera difficile d’arriver à une entente avec nous». Le ministre russe des Affaires étrangères avait ajouté : «[Les Ukrainiens] déclarent que les négociations ne peuvent se faire qu’après la victoire ukrainienne. Après que « la Russie sera partie des terres ukrainiennes », ils seront prêts à parler en nous imposant leurs conditions […] Si c’est bien leur choix, nous savons alors comment atteindre les objectifs fixés par le président russe Vladimir Poutine dans le cadre de l’opération militaire spéciale.»

Tout en soutenant diplomatiquement et militairement l’Ukraine, le chef de l’Etat français assume depuis le début du conflit ukrainien en février de continuer à parler à son homologue russe Vladimir Poutine, à la différence d’autres dirigeants occidentaux et notamment du président américain Joe Biden.

Il a encore plaidé, le 21 octobre à Bruxelles, pour que Kiev et Moscou reviennent «autour de la table» lorsque ce sera «acceptable» pour le président ukrainien Volodymyr Zelensky – mais aussi «le plus tôt possible».

Macron rencontre le pape François

«Parler de paix et appeler à la paix aujourd’hui peut avoir quelque chose d’insupportable pour celles et ceux qui se battent pour leur liberté, et [leur] donner le sentiment d’être en quelque sorte trahis», a reconnu le président français.

Mais il a martelé qu’il fallait avoir le «courage» de «vouloir la paix», même si «imaginer la paix en temps de guerre» est «le plus grand des impensables».

Il a néanmoins estimé que la paix ne devait pas être «capturée par le pouvoir russe», ni «la consécration de la loi du plus fort», «ni le cessez-le-feu, ce qui viendrait consacrer un état de fait».

Le chef de l’Etat français est arrivé dans l’après-midi du 23 octobre à Rome, où il est reçu dans la matinée du 24 octobre par le pape François pour une audience privée au Vatican, la troisième entre les deux hommes depuis l’élection d’Emmanuel Macron en 2017.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

trois − un =