• dim. Déc 4th, 2022

une toile de Monet aspergée de purée en Allemagne — RT en français

ByVeritatis

Oct 24, 2022



Deux activistes climatiques ont jeté de la purée de pommes de terre sur un tableau de Claude Monet exposé dans un musée de Postdam, afin d’attirer l’attention sur la préservation de l’environnement. Les actions coup de poing se multiplient.

Jeter de la nourriture sur un tableau restera-t-il longtemps transgressif ?

«Les Meules» de Claude Monet, toile exposée au musée Barberini de Postdam (Allemagne), a été ce 23 octobre la cible d’une action coup de poing. La toile de l’impressionniste français a été recouverte de purée de pommes de terre par deux militants du mouvement de désobéissance civile Letzte Generation (Dernière Génération) qui ont ensuite collé leurs mains au mur.

«Les gens sont affamés, les gens ont froid, les gens meurent, nous sommes dans une catastrophe climatique et tout ce dont vous avez peur, c’est de la soupe de tomates ou de la purée de pommes de terre sur un tableau!» lance l’une des activistes. «Ce tableau ne vaudra plus rien si nous devons nous battre pour la nourriture !» affirme-t-elle encore, au sujet de cette peinture adjugée en 2019 à plus de 110 millions de dollars.

Pour sauver la planète, les activistes en quête d’attention

Cette action survient quelques jours après celle menée à la National Gallery de Londres où, le 14 octobre, deux militantes de Just Stop Oil avaient aspergé de sauce tomate un Van Gogh avant de se coller les mains au mur. Particulièrement médiatisé, le saccage de l’œuvre du maître impressionniste avait suscité une vague d’indignation, à l’exception de certains écologistes.

Le 9 octobre, c’était un Picasso exposé à la Gallery of Victoria de Melbourne qui était pris pour cible par deux activistes d’Extinction Rebellion. Sans purée ni sauce, les deux quinquagénaires avaient toutefois préféré le tableau au mur pour y coller leurs mains et ainsi attirer l’attention sur leur cause. Dans tous les cas, les toiles, protégées par des vitres, n’ont pas été dégradées.

Moins protégées, des voitures de collection ont été prises pour cible au salon de l’automobile de Paris le 22 octobre, lors d’une autre opération coup de poing d’Extinction Rebellion. Qu’importe qu’elles aient été prêtées par un particulier au profit d’une œuvre caritative : trous de parcours de golf, pneus de SUV ou encore événements sportifs, font également partie des cibles des activistes climatiques.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

vingt − 14 =