• mar. Déc 6th, 2022

L’anti-globalisme se généralise – ce qui signifie qu’un désastre artificiel est sur le point de se produire. — Enfant de la Société –

ByVeritatis

Oct 25, 2022


great reset

J’ai remarqué par le passé que les criminels ont tendance à se vanter de leur criminalité lorsqu’ils pensent que personne ne peut rien y faire. Franchement, dans leur narcissisme, beaucoup d’entre eux ne peuvent s’empêcher de se délecter du moment et de faire savoir à tous combien ils sont « supérieurs » au reste d’entre nous. Nous avons assisté à de nombreux moments de ce genre de la part des élitistes au sein des institutions globalistes ces deux dernières années, au plus fort de la pandémie.

Il y avait des gens comme les universitaires globalistes du MIT qui proclamaient que nous ne reviendrions « jamais à la normale » et que nous allions devoir accepter la perte de beaucoup de nos libertés pour le reste de notre vie afin de combattre la propagation de la Covid-19. Il y a eu des gens comme Klaus Schwab qui ont déclaré le début du « Grand Reset« et le lancement de ce que la mafia de Davos appelle la « 4e révolution industrielle ». Il y a eu aussi de NOMBREUX leaders politiques comme Joe Biden qui se pavanent sur la scène médiatique en accusant leurs adversaires idéologiques (conservateurs pour la plupart) d’être des « ennemis de la démocratie ».

Si leur vision de la « démocratie » est la tyrannie médicale et l’expansion forcée du marxisme culturel, ou si leur idée de la démocratie est la coopération du gouvernement avec le monopole des entreprises et l’effacement des principes fondateurs de notre pays, alors oui, je suppose que je suis effectivement un ennemi de la « démocratie ».

Les globalistes se prélassaient vraiment dans l’éclat de leur victoire présumée. Ils pensaient qu’ils nous tenaient, nous les paysans, par la peau du cou et que leur agenda était pratiquement assuré. Mais comme je le dis depuis l’année dernière, les élites financières ont peut-être célébré leur victoire un peu trop tôt.

Le programme Covid a complètement échoué si l’objectif était de mettre en œuvre des obligations et des restrictions de longue date en Amérique du Nord et en Europe. Si vous voulez savoir à quoi aurait ressemblé le succès des globalistes, il suffit d’examiner la Chine avec ses cycles de confinement sans fin et ses passeports vaccinaux numériques. Les élites voulaient ce résultat pour l’Occident et ils ne l’ont pas obtenu. Elles ont failli, mais des millions d’Américains, de Canadiens et d’Européens ont tenu bon et le coût pour nous forcer à nous conformer aurait été trop élevé.

Même Joe Biden a ouvertement admis que la pandémie était terminée. Ils ont abandonné les obligations parce qu’ils savaient que s’il fallait en venir à la guerre, ils perdraient.

Si l’objectif de l’usine à peur de la pandémie était simplement de faire injecter à la population des vaccins à ARNm, là aussi ils ont échoué. Avec de nombreux États américains non vaccinés à 40 % (selon les chiffres officiels) et de nombreuses régions du monde avec de grandes populations non vaccinées, il existe un groupe de contrôle massif pour les vaccins Covid. Si des problèmes de santé liés au vaccin ARNm se développent constamment (comme la myocardite), le public saura ce qui les a causés grâce à ce groupe témoin. Les globalistes avaient besoin d’une vaccination proche de 100 % et ils ne l’ont pas eue et de loin.

Il n’y a pas d’échappatoire pour eux – Ils ont largement surestimé l’apathie du public face à l’autoritarisme. La rébellion est trop importante et ils finiront par devoir répondre de leurs offenses.

Un exemple concret : Les dernières élections en Italie se sont soldées par une victoire écrasante de la coalition conservatrice et le nouveau premier ministre (et première femme premier ministre), Georgia Meloni, a prononcé cette semaine un discours de victoire enthousiaste qui dénonce directement l’invasion des nations occidentales par l’extrême gauche, le globalisme et la collusion empoisonnée avec les grandes entreprises pour faire taire les dissidents. Elle a appelé à un retour à la liberté, et quelle a été la réponse des médias traditionnels ? Ils l’ont traitée de « fasciste ».

L’élection italienne n’est qu’une petite partie d’une tendance en cours, un réveil du peuple aux menaces imminentes présentées par les globalistes, et les globalistes ne peuvent pas l’arrêter.

La peur qu’ils éprouvent est palpable. L’antiglobalisme est en train de se généraliser, et les gens vont commencer à chercher des réponses. Pourquoi nos conditions économiques se sont-elles autant dégradées ? Pourquoi sommes-nous confrontés à une crise stagflationniste ? Pourquoi les prix de tout continuent-ils à grimper ? Pourquoi avons-nous presque perdu toutes nos libertés civiles au nom de la lutte contre un virus dont le taux de létalité médian officiel est de 0,23 % ? Pourquoi des contrôles inutiles des politiques carbones sont-ils institués en pleine crise de la chaîne d’approvisionnement ? Pourquoi les politiciens et les banques ne font-ils qu’empirer les choses ?

L’opinion publique réclame de plus en plus de comptes, et ce sont les têtes des globalistes qui finiront sur le billot. Tous les chemins de la destruction mènent à eux et aux politiques qu’ils ont imposées à la population.

Bien sûr, lorsque les criminels ont l’impression d’être acculés, ils déclenchent parfois des incendies et prennent des otages dans un ultime effort pour rester en vie et passer entre les mailles du filet. Je crois que nous nous rapprochons de cette étape de ce terrible drame. Il est important d’accepter les conditions du champ de bataille telles qu’elles sont et de ne pas sous-estimer l’ennemi. La vérité, c’est que les globalistes disposent de moyens considérables pour faire des ravages et qu’ils ont déjà mis en branle certains de ces désastres.

Comme je l’ai averti il y a de nombreuses années (bien avant en 2017 dans mon article « La fin du jeu économique continue »), les tensions avec les nations orientales sont utilisées pour diminuer le rôle du dollar américain en tant que monnaie de réserve mondiale et pétro-monnaie. Le conflit provoque également des pénuries de ressources et une faiblesse de la chaîne d’approvisionnement, sans parler d’une crise énergétique en Europe qui est maintenant irréversible avec le sabotage des pipelines du Nord.

J’ai également prédit en 2017 que la Réserve fédérale répéterait un modèle de relèvement des taux d’intérêt dans une grave faiblesse économique provoquant une augmentation des turbulences économiques. Ils ont utilisé une tactique très similaire au début de la Grande Dépression, que l’ancien président de la réserve fédérale Ben Bernanke a ouvertement admis comme étant la cause de l’effondrement déflationniste à long terme.

Extrait de mon article de 2017 :

Le changement de président de la Fed n’a absolument aucune signification en ce qui concerne la politique. Jerome Powell poursuivra exactement les mêmes initiatives que Yellen ; les mesures de stimulation seront supprimées, les taux seront augmentés et le bilan sera réduit, laissant la bulle de marché massive que la Fed a initialement créée vulnérable à l’implosion.

Une personne observatrice… aurait pu remarquer que les banques centrales du monde entier semblent agir de manière coordonnée pour retirer les mesures de relance des marchés et augmenter les taux d’intérêt, coupant ainsi les lignes d’approvisionnement en argent facile qui ont longtemps été une béquille pour notre économie paralysée.

La Banque des règlements internationaux, la banque centrale des banques centrales et l’institution qui rédige les initiatives de politique globale pour toutes les autres banques membres, a appelé à PLUS de hausses de taux la semaine dernière. En dehors d’une intervention mineure de la Banque d’Angleterre, les preuves montrent que les globalistes souhaitent un crash et créent des conditions d’instabilité. Ils ont installé les dominos à l’avance et ont maintenant décidé de les faire tomber. Je pense qu’il s’agit d’un dispositif de sécurité, d’un déclencheur de panique au cas où ils n’obtiendraient pas le contrôle qu’ils voulaient de la pandémie de Covid.

Ils accuseront la Russie, la Chine, les conservateurs, n’importe quoi et n’importe qui d’autre qu’eux-mêmes pour tenter de détourner l’attention du public des actions bancaires internationales qui ont créé les conditions du crash en premier lieu. Nous ne pouvons pas les laisser faire. Quoi qu’il arrive ensuite, il est essentiel que les gens se souviennent qui nous a vraiment fait ça et qui doit être puni.

Au cours des deux prochaines années, les courtiers en pouvoir de l’establishment vont tenter d’utiliser un écran de chaos afin de semer les graines de la peur dans la population. Ils vont essayer d’exploiter cette peur pour obtenir une gouvernance encore plus centralisée et modifier les fondements mêmes de notre société tout en étouffant ce qui reste de nos libertés. C’est le seul jeu qu’il leur reste, mais au moins nous savons maintenant avec certitude que nous sommes des millions et des millions de personnes qui ne se soumettront pas et qui se battront. Et nous savons que les globalistes ont peur ; s’ils n’avaient pas peur, ils ne recourraient pas à des mesures aussi radicales.

Source Alt-Market

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone



Source link

3 thoughts on “L’anti-globalisme se généralise – ce qui signifie qu’un désastre artificiel est sur le point de se produire. — Enfant de la Société –”
  1. Les crises internationales ne cessent de se succéder sous l’égide de cette Amérique tellement incapable de s’adapter aux changements brutaux qui s’opèrent à travers les peuples qui jusqu’ici vivaient sous la domination de ses politiques, que cette Amérique pour la même période en observation, vingt ans, n’est qu’une somme de contradictions et d’immobilismes qui font qu’elle n’est plus qu’une entité inerte, qui, sans son fabuleux dispositif de communication extérieur, serait déjà passée à la trappe.
    C’est une chose de rêver tout haut, de ce que moi je vois, aucun des rêves formulés par les idiots congénitaux ne se réalisent, faut les regarder tels qu’ils sont, se sont des incapables, ils savent compter, pas penser.
    Les poltrons d’hier focalisaient sur Orwell et big-brother, ceux d’aujourd’hui, Schwab et great reset, verticalisez un peu !
    L’Amérique de Biden nous joue la vision renouvelée d’elle-même encore une fois, mais dans à peine 21 jours elle sera de nouveau une nouvelle Amérique avec de nouvelles ambitions et une nouvelle vue d’elle-même et des autres, autant le dire… c’est foiré !
    Voltaire disait : « L’Histoire est un témoin. »
    Jusqu’ici, cela était faux ! car nous n’étions pas, nous l’humanité, face au narratif de l’Histoire, mais face à de fabuleuses narrations fantasmées par un camp où l’on fait vivre les Hommes dans une fantasmagorie hollywoodienne dans laquelle la distribution des rôles de gentils et de méchants estimaient pouvoir être prédéfinies pour toujours dans l’inconscient des populations de ce camp, non seulement afin de toujours les cantonner dans les ténèbres du mensonge pour qu’elles soient volontaires à se sacrifier à la demande pour que celles des autres camps demeurent toujours dans les rôles qui leur sont affectés, mais aussi pour que ces populations vivant sous l’assujettissement hollywoodien vivent et meurent en permanence en races de valets.
    Tout ça n’était qu’une parodie de vie.
    Dans le monde occidental, chaque citoyen est consciencieusement éduqué à son insu à ne se concevoir que comme un clou sur lequel la ou les puissances auxquelles il appartient sont des marteaux qui lui frapperont dessus avec une violence incroyable si, d’aventure il voulait s’estimer autre chose que tel qu’on l’a conçu intellectuellement.

    Le même Voltaire disait, que pour rendre compte de l’Histoire avec vérité, il fallait vivre dans un pays libre.
    Nous sommes donc, en pleine Apocalypse actuellement, car de plus en plus d’entre-nous, Occidentaux, percevons que nous n’avons, en vérité… jamais été libres depuis des siècles.

    Notre soi-disant culture occidentale, aujourd’hui décriée partout ailleurs, induisait des biais de perception des autres par nous, pour autant nous ne savions et ne percevions pas que cette vue déformée du Monde était viciée dès le départ et ne pouvait qu’aboutir à la situation actuelle, qui démontre que nous sommes l’Inculture qui avons prétentieusement voulu nous imposer aux vraies cultures, dorénavant, nous sommes échoués.
    Car, c’est à l’aide de la raison que les nouveaux théoriciens à travers le Monde vont rétablir les faits et les vérités, maintenant, les preuves de l’existence des réalités passées, plus personne ne peut aujourd’hui les dissimuler, c’est trop tard.

    L’Amérique, gendarme du Monde, c’est une faute inexcusable pour la vision et toute la constitution de l’Histoire occidentale, puisque, l’Amérique c’est l’inculture par excellence.
    Le fait est vite vérifiable, les valeurs occidentales dont on parle tant aujourd’hui se fondent essentiellement sur une base théologique, or, la théologie occidentale ces dernières années s’est montrée absolument incapable de s’adapter aux changements qui s’opéraient dans ses sociétés, aussi bien dans le contexte social, intellectuel, universitaire que culturel au point de vue artistique et créatif, tout est boueux là, donc, si ces valeurs occidentales s’annulent le modèle qu’elles incarnaient disparaît avec, infailliblement.

  2. Les évènements guerriers actuels n’existent que pour poser sa pierre tombale sur un artifice qui n’a que trop duré et trop fait de mal autours de lui durant trop de temps.

    Comment la théologie occidentale pourrait-elle provoquer une réflexion sérieuse et en profondeur dans l’espace public sans aller exploser toutes les nouvelles acceptations déjà faites tant au niveau des genres, des identités, des droits à faillir et de toutes les ignominies qui se mettent déjà en place dans les pays qui se revendiquent de sa culture, sans créer des déchaînements de passions et de violences au sein des populations ?
    La soi-disant matière grise occidentale vivaient jusqu’ici dedans déresponsabilisée, de sorte qu’elle jouissait des avantages dévolues à sa paresse volontaire, le temps perdu est irrattrapable dès lors, sauf si les situations de chaos qui en découleraient inévitablement devaient aboutir à une restauration complète et actualisée dans le vrai de ce qui devrait être et qui n’est pas, à savoir un camp dans lequel les entités humaines vivraient libres et respectées comme telles.
    Actuellement, c’est le Mal qui vit sans contrainte dans notre camp, donc, il vit libre lui, chacun qui voudrait l’incarné trouvera une chapelle et son assemblée pour le prêcher, quiconque voudrait s’y opposer, sera voué aux gémonies.
    C’est notre réalité actuelle, sans travestissement, aucun.
    Nous avons laissé refaçonner un monde, dit occidental, sans auditeurs sur nos doutes, le tout, en même pas un demi-siècle.
    Alors, où allons-nous, que voulons-nous dorénavant, puisque, notre brouet, plus personne n’en veut hors de chez-nous, quant à chez-nous, nous nous sommes auto-dressés à ne jamais sérieusement nous plaindre de rien, on rouspète… c’est tout.
    Où existe-t-il dans nos sociétés occidentales des médiateurs qui intercéderaient entre les folles volontés qui ne font que s’imposer et celles et ceux d’entre-nous, nombreux, incomparablement majoritaires, qui, quand nous objectons dignement sommes comparés aux pires vilenies humaines, complotistes, anti ceci-cela, fascistes, réactionnaires, extrémistes…
    Le Mal vit libre comme le Mensonge en Occident.
    Tant et si bien, que de nos jours, vouloir la paix c’est être un Homme mauvais.
    L’Homme sensé occidental déroute la communauté et inquiète les autorités, triste fin, non ?
    Nous vivons dans une imposture permanente, par exemple, le soi-disant journalisme va nous rendre soi-disant compte d’une information tirée objectivement du terrain et de ce qu’il y a observé, mais c’est pour mieux nous livrer aux mains d’experts plus absurdes les uns que les autres qui vont noyer notre raison et notre entendement de bon sens sous des rhétoriques propres à nous faire oublier qui nous sommes réellement… tout est ainsi.
    De sorte que les réalités nous échappent systématiquement.
    Nous ne voyons pas, refusons même de voir, que l’Amérique est un Gulliver en carton qui exige des lilliputiens en papier dominés par elle qu’ils la protègent coûte que coûte, non, ça nous ne le voyons pas, l’Amérique est forte, c’est l’hégémon pour lequel on sacrifie corps et biens, sinon gare à sa colère.
    Foutaises et pleutreries, quand on est à plus de 31000 milliards de dettes et que chez-soi la pauvreté dévore des classes sociales entières, alors on a absolument pas fait ce qu’il faudrait pour entretenir et construire un arsenal aussi dominateur que ce qui s’affiche sur grand écran, on ne peut avoir autant pris un retard militaire technologique aussi craint sur des adversaires que l’on se fabrique soi-même et quand l’un de ceux-ci va plus loin qu’on l’aurait imaginé, qu’il dépasse allègrement la distance de sécurité prêt à vous refaire le portrait, on se réfugie pas derrière des paquets de sanctions stupides et inefficaces qui coulent votre économie et celles de vos alliés, on ne prétexte pas que le combat mutuel serait dommageable pour l’ensemble de l’environnement, on ne se fourvoie pas dans des actions et des comportements de lâches en faisant la guerre déguisé avec des demeurés shootés à l’adrénaline et autres drogues qui croient qu’ils vont vivre l’aventure et toucher du pognon pour ça, on ne se compromet pas dans une guerre sale, typiquement juive, celle du terrorisme et des attentas, on ne passe son temps à tergiverser en faisant crever de pauvres hères autochtones qui s’ils avaient la possibilité de s’exprimer choisiraient la paix, même celle sans gloire.

  3. Quand on est une puissance réelle, on est pas retranchée derrière des olibrius masculins ou féminins fats, on expose pas à ses anciens alliés qui les payaient chers ; des armements qui confrontés aux combats réels s’avèrent médiocres et doivent être injectés en quantités astronomiques pour donner l’illusion d’une résistance, on ne gesticule pas comme un fou furieux à menacer des entités nations qui jusqu’alors n’existaient pour personne à part celles friquées qui peuvent s’y permettre des séjours exotiques, afin qu’elles condamnent son adversaire devant des Assemblées déjà largement obsolètes et faillies.
    Quand on est une vraie puissance, on ne menace pas, on ne contourne pas un obstacle, on le défonce.
    Quand on est une vraie puissance, on ne parie pas sur l’usure de son adversaire à espérer qu’il s’écroule sur lui-même à attendre qu’on ose l’affronter.
    Quand on est une vraie puissance, on ne travaille pas à changer les règles du jeu pour ne pas avoir à aller se colleter avec le balèze qui dévore ce qu’on prétend être à soi.
    Tout n’est que foutaises !
    L’Amérique sous les deux derniers présidents, c’est Trump menace Kim de le rayer de la carte, l’autre se démonte pas et, ça se termine par une visite exceptionnelle de Trump vers Kim, la queue entre les jambes, communication, communication… l’Amérique est à la ramasse.
    Biden, sortie au triple galop d’Afghanistan, alors, devant Poutine… ça peut que faire prout !
    Quand le Bécassot ici se met à parler d’hypothétique paix, c’est pas que la lumière s’est rallumée chez-lui, mais, à quasi 60 centimes d’euros le kw/h pour les particuliers, Allemands, Belges, Anglais, Danois, Italiens, Espagnols, Portugais… en sachant qu’une personne seule, sobre, consomme par jour en hiver un minimum de 20 kw/h, ce sont des factures de plus de 400 euros par mois qu’elle va devoir payer avec ce genre de tarifs, ça c’est sans compter les autres dépenses contraintes et l’alimentation qui ne va pas manquer d’augmenter elle aussi, donc, ça peut pas tenir !
    Les foyers où vivent les familles ne seront pas à 20 kw/h, c’est beaucoup plus, d’ailleurs, au prix de notre électricité, même chez-nous les premières factures hivernales qui vont tomber vont mettre en apoplexie tous les foyers de smicards.
    Or, on le sait bien, même si le Français pense peu, si ça vient à s’arrêter brutalement chez-lui, il est pas forcément en syncope, mais en rage et, le Français en rage, c’est pas du bon.
    Les commerces sont à 90 centimes d’euros chez-nous le kw/h, bouclier ou pas pour les plus petits, avec des gens qui achètent sur Internet à des prix plus attractifs, s’ils n’ont pas de clients, ils vont pas tenir !
    La grande distribution va palier les carences en faisant des offres promotionnelles auxquelles le petit commerce ne pourra faire face, les factures énergétiques concernent les deux entités, la grosse va tuer la petite cette fois, ça va pas faire joli.
    Pour le moment les température sont clémentes, l’arrière saison est douce, mais dès novembre, même si le temps restait tel quel, la morosité va s’installer quand ils verront leurs rues tristes pour Noël, aussi dès que le froid va arriver, ça va pas aller !

    On comprend alors que ces imbéciles soi-disant guerriers et stratèges aient voulu faire une action d’éclat en Ukraine pour mobiliser les cerveaux en faisant sauter une bombe sale, mais, faire cela sera franchir une ligne rouge clairement établie par la Russie et, là, la réponse ne sera pas celle de lâches, l’Amérique subira directement des bombardements nucléaires, aucun autre scénario ne prévaudra.
    Nous avons vu tomber Bojo alors qu’il était le plus fidèle chien de la meute américaine, la bécasse Truss nous était vendue comme une championne de l’économie, une dame de fer bis… on a vu, on a tous vu.
    On a vu comment tous ces connards et ces connasses sont nullissimes, comment ils se trompent sans cesse, croyons-nous vraiment que ces bimanes domestiqués par l’Argent soient capables de prendre les bonnes décisions, disposent réellement des connaissances et aptitudes nécessaires pour se risquer à une guerre nucléaire ?
    Je ne crois pas ça moi !
    Le sort de cette guerre n’est plus entre les mains des dirigeants occidentaux, ce sont les peuples qui vont décider quand ça s’arrête et jusqu’où ça peut aller, aussi, je ne cesse de le dire, nous avons perdu !
    Avant la mi-janvier le Nord Stream2 sera en service, aujourd’hui ils disent criminelle la Russie de bombarder les centrales énergétiques de l’Ukraine, alors que ces ordures avaient programmé de lui soutirer de l’électricité cet hiver, ce sont les pires idiots s’ils avaient pas prévus que c’est l’ABC même pour les Russe de mettre les Ukrainiens dans le noir, le froid et la faim pendant l’hiver, c’est ça la guerre.
    Ils s’en doutaient, mais n’estimaient pas que le carnage puisse être de cette ampleur ni de cette intensité étant donné la prudence vis-à-vis des populations prises par les Russes jusqu’ici, en fait, ils n’avaient tout simplement pas anticipé l’annexion définitive, quand l’ennemi est toujours capable de surprises de cette ampleur à cette période du combat, ses chances de gagner sont assurées.
    En conséquence, si la Russie était contrainte d’utiliser un armement nucléaire tactique parce que c’est ce qui conviendrait le mieux à la situation donnée, elle le fera sans contraintes ou états d’âme et, c’est au pied de la réalité de face à la mort que l’on considérera qui est puissance ou pas dans ce monde.
    Faut pas s’en faire, les Occidentaux ne bougeront pas.
    Plus personne ne peut attaquer la Russie sans voir l’Iran et la Syrie suivre immédiatement, toute escalade est en notre défaveur.
    La vérité, c’est que les populistes qu’on dit extrémistes qui se tiennent en embuscade en Europe actuellement, d’ailleurs, ce sont les mêmes partout dans le monde, sont de vrais exterminateurs des vrais nazis, cette saloperie d’idée qui aime tant les grands holocaustes humains… ils arrivent !
    Vu le coup de Jarnac que le RN a joué à l’Assemblée dernièrement, j’ai l’impression que l’atmosphère va se tendre dans ce pays, les manipulateurs qui sont jusqu’au-boutistes à ne pas comprendre et, qui prétendent ne pas vouloir au nom d’on ne sait quel principe mêler leurs voix à celles du RN lors de votes à l’Assemblée, doivent avoir conscience qu’ils ne sont pas censés avoir d’états d’âmes quand l’intérêt est celui des Français et qu’ils ne sont pas favorables à quelque chose majoritairement, ces gens-là se plaindront après de ne plus pouvoir vivre ou circuler dans leurs circonscriptions avec les-leurs.
    Bref, où qu’on regarde, faut être extrêmement de mauvaise foi pour soutenir que le camp russe et ses alliés sont en train de perdre et par ce fait ne pas croire que les idioties avec lesquelles certaines têtes se tartinent elles-mêmes, ne se produiront jamais, comme la gouvernance mondiale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 × quatre =