• dim. Déc 4th, 2022

Nous dirigeons-nous sérieusement vers le grand Boom ? — Fred Reed.

ByVeritatis

Oct 25, 2022


L’auteur de la déclaration n’a pas précisé comment elle serait détruite. Quoi qu’il en soit, les menaces et contre-menaces tournent autour de l’idée qu’une guerre nucléaire entre la Russie et l’Occident pourrait avoir lieu. Peut-être, avec des armes nucléaires tactiques en Ukraine, dont personne ne se soucie. Le monde est plein d’imbéciles.

Mais :

Les états-majors de la Russie et de la Chine sont, quoi que vous pensiez d’eux, sains d’esprit. Ils connaissent les forces nucléaires massives de l’Amérique. Ils ne vont pas lancer une guerre atomique. On ne peut pas compter sur un comportement sain avec les avocats de seconde zone de Washington, mais les généraux du Pentagone ne sont pas fous. Ils aiment les guerres d’amateurs et les gros budgets, mais si Biden ordonnait une frappe nucléaire, il est probable qu’ils se rappelleraient soudain que le Congrès doit déclarer la guerre et, voyant que leurs écrans radar sont vides de missiles entrants, qu’ils diraient : « Monsieur le Président, nous ne sommes pas autorisés à faire cela ». Et recommander un comité.

À quoi ressemblerait une telle guerre ? Essayons de deviner.

L’Amérique est fragile. Nous ne le remarquons pas parce qu’elle fonctionne sans heurts et parce que lorsqu’une catastrophe locale se produit – tremblement de terre, ouragan, tornade – le reste du pays intervient pour remédier à la situation. Le pays peut gérer des catastrophes normales et régionales. Mais une guerre nucléaire n’est ni normale ni régionale. Très peu d’ogives suffiraient à anéantir les États-Unis de manière irrémédiable pendant des décennies. Cela devrait être clair pour toute personne qui y réfléchit sérieusement.

La défense est impossible. Les défenses antimissiles n’ont aucun sens, si ce n’est celui de canaliser l’argent vers l’industrie de l’armement. Ce n’est pas le moment de parler des leurres, de l’hypersonique, du Poséidon, des planeurs manœuvrants, des Bastions, des MIRV, des bons vieux missiles de croisière, etc. Les villes côtières sont des cibles particulièrement faciles, car elles sont vulnérables aux missiles de croisière lancés par les sous-marins. Washington, New York, Boston, San Diego, Los Angeles, San Francisco, Seattle pour commencer, toutes disparues.

Un pays moderne est un système de systèmes de systèmes, interdépendants et interconnectés – eau, électricité, industrie manufacturière, énergie, télécommunications, transports, pipelines et chaînes d’approvisionnement complexes. Ces systèmes sont interconnectés, interdépendants et dépendent d’un grand nombre de personnes formées qui se présentent au travail. Les ogives modernes ne sont pas les pétards d’Hiroshima. Parler de réparation peu de temps après le bombardement nucléaire d’une agglomération est insensé car la ville compterait plusieurs centaines de milliers de morts, des logements détruits, des incendies massifs, des personnes horriblement brûlées sans espoir de soins médicaux et, en général, des populations trop concentrées sur leur survie pour s’inquiéter d’abstractions telles que les chaînes d’approvisionnement.

La suppression des transports pourrait causer plus de morts que les bombes. Les villes, les banlieues et les villages ne peuvent pas se nourrir seuls. Elles dépendent d’un afflux constant et important de nourriture cultivée dans des régions éloignées. Cette nourriture est expédiée par train ou par camion vers des centres de distribution, comme par exemple Chicago, d’où elle est transbordée vers des villes comme New York. Un mégatonnage important sur Chicago perturberait les lignes ferroviaires et les entreprises de camionnage. Les trains et les camions ont besoin d’essence et de diesel qui viennent de quelque part, vraisemblablement dans des pipelines. Ceux-ci, brisés par l’explosion, brûlant furieusement, prendraient du temps à réparer. Le temps, c’est ce que les villes n’auraient pas.

Que se passerait-il dans la ville de New York, par exemple, même si, chose improbable, elle n’était pas bombardée ? Nous ne tiendrons pas compte ici de la panique totale et du chaos qui s’ensuivrait en apprenant qu’une grande partie du pays a été rasée. Dans les premiers jours, il y aurait des achats de panique et les rayons des supermarchés seraient vidés. La faim ne tardera pas à se faire sentir. Au quatrième jour, les gens se feraient la chasse les uns aux autres avec des couteaux pour obtenir leur nourriture. À la fin de la deuxième semaine, les gens se mangeraient entre eux. Littéralement. Cela arrive dans les famines.

La plupart des choses en Amérique dépendent de l’électricité. Elle provient de centrales qui brûlent des matériaux, généralement du gaz naturel ou du charbon. Ceux-ci arrivent sur des trains, qui ne circulent pas, ou dans des camions, qui ne circuleront probablement pas. Ils dépendent de champs pétrolifères, de raffineries et de pipelines peu susceptibles de fonctionner. Tout ce qui précède dépend des employés qui continuent à aller travailler au lieu d’essayer de sauver leur famille. Donc, pas d’électricité à New York, qui se retrouve dans l’obscurité.

Cela signifie pas de téléphone, pas d’internet, pas d’éclairage et pas d’ascenseurs. Comment cela se passerait-il dans une ville de gratte-ciel ? La plupart des gens seraient presque sans communication dans une ville sans lumière. D’énormes embouteillages se formeraient lorsque les personnes possédant une voiture essaieraient de partir – pour aller où ? tant que l’essence dans le réservoir durerait.

D’où vient l’eau à New York ? Je ne sais pas, mais elle ne coule pas spontanément jusqu’au trentième étage. Elle doit être pompée, ce qui implique de l’électricité, de là où elle vient à là où elle doit aller. Pas d’électricité, pas de pompe. Pas de pompe, pas d’eau. Et pas de chasse d’eau pour les toilettes. On pourrait boire l’eau de la rivière, bien sûr. Pensez aux foules.

Selon toute vraisemblance, la société civile s’effondrerait à la fin du quatrième jour. Les ethnies les plus viriles surgiraient des ghettos avec des fusils et des gourdins pour se nourrir. Les policiers auraient disparu ou seraient en train de s’occuper de leurs familles ou de piller eux-mêmes. La civilisation n’est qu’un mince vernis. Les rues et les métros ne sont pas sûrs, même sans une guerre nucléaire. La majorité des gens seraient désarmés et incapables de se défendre. Les gens qui n’ont jamais touché à une arme à feu comprendraient soudain l’intérêt de l’utiliser. Si vous pensez que cela n’arrivera pas, transmettez mes salutations à Tinker Belle.

Il ne serait donc pas nécessaire de bombarder une ville pour la détruire, mais seulement de la couper des centres de transport pendant quelques semaines. Un attaquant détruirait bien sûr de nombreuses villes en plus des infrastructures nécessaires. Ceux qui planifient les guerres nucléaires sont peut-être des psychopathes, ou simplement des geeks insulaires jouant avec des abstractions sans effusion de sang, mais ils ne sont pas idiots. Ils ont soigneusement calculé comment endommager le plus gravement possible un pays cible. En deux mois à peine, peut-être deux cents millions de personnes mourraient de faim. Vous trouvez cela fantastique ? Dites-moi pourquoi c’est fantastique.

Entre parenthèses, à l’époque où je parcourais le E-ring au Pentagone, j’ai lu des manuels sur la manière de maintenir les soldats au combat après qu’ils aient reçu des doses létales de radiations. Ils ne meurent pas immédiatement et, selon la dose, on peut leur administrer des stimulants pour qu’ils restent debout, du moins c’est ce que disaient les manuels. Ces manuels discutaient également de la question de savoir si ces morts-vivants devaient être informés qu’ils étaient sur le point de mourir. Les auteurs ont utilisé l’expression évocatrice « altération du terrain » pour décrire les paysages où tous les arbres sont couchés sur le côté, et nous avons tous entendu parler de « surmortalité ». Après une guerre nucléaire, des millions de personnes mourraient lentement des suites des radiations – lisez les articles sur Nagasaki et Hiroshima – et les cadavres brûlés pourriraient dans les rues, trop nombreux pour être enterrés par des survivants ayant d’autres préoccupations.

Comment les cultures de la saison suivante seraient-elles plantées ? Réponse : elles ne le seraient pas. D’où viendrait l’engrais ? Des pièces pour les tracteurs, les camions, les moissonneuses ? Pour les fabriquer, il faut des usines qui fonctionnent et qui ont besoin d’électricité, de matières premières et de travailleurs. Si l’agresseur choisissait de frapper les terres agricoles avec des bombes au cobalt contaminées par les radiations, ces régions seraient mortelles pendant des années. Les planificateurs nucléaires pensent à ces choses.

Parmi les « intellectuels de la défense », il y a, ou il y avait lorsque je couvrais ces choses, un discours insensé sur la façon dont l’Amérique pourrait « absorber » une première frappe russe et avoir suffisamment de missiles en réserve pour détruire la Russie. Ces gens devraient être enfermés dans des boîtes scellées et gardés dans des mines de charbon abandonnées.

Notez également que Biden, Blinken, et Bolton, bibbety bobbety boo, et leurs familles, vivent à DC, la cible prioritaire. Tant que les rats seront à bord du navire, ils ne le couleront pas. Si on les découvre en train de monter à bord d’un Greyhound quittant Washington à trois heures du matin, habillés en lavandières, il sera temps de s’inquiéter.

Fred REED

source : The Saker

traduction Avic pour Réseau International





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

onze + trois =