• lun. Nov 28th, 2022

Des habitants de Saint-Denis et le Bataclan reconnus victimes des attentats du 13 Novembre

ByVeritatis

Oct 26, 2022



Quatre mois après le verdict du procès des attentats du 13-Novembre, la justice a reconnu le 25 octobre le statut de victimes de terrorisme à un très large nombre de parties civiles, dont le Bataclan et des habitants de Saint-Denis qui ont salué «une victoire judiciaire». 

Dans son arrêt civil, consulté par l’AFP, la cour d’assises spéciale de Paris a déclaré recevables la très grande majorité des plus de 2 300 personnes qui s’étaient constituées parties civiles au procès pénal qui s’était achevé le 29 juin après dix mois d’audience.

La ville de Paris déboutée 

Selon un décompte de l’AFP, seules 50 personnes physiques ou morales ont été déboutées, dont les communes de Paris et Saint-Denis qui évoquaient un préjudice matériel et d’image. 

Les magistrats professionnels ont également déclaré irrecevables toutes les personnes qui n’avaient pas souffert du dommage directement causé par l’infraction, bien qu’elles aient pu être présentes à proximité des lieux des faits et choquées par les attaques. 

Ainsi, la cour a débouté plusieurs personnes qui se trouvaient à l’intérieur du Stade de France quand les kamikazes se sont fait exploser, ou celles «suffisamment éloignées» du périmètre de tir des assaillants quand ils ont mitraillé des terrasses de café ou commis leur massacre au Bataclan. 

Toutes celles s’étant trouvées dans l’axe des tirs ou dans le périmètre des explosions ont été reconnues victimes.

Jusqu’à présent, ils étaient considérés comme des victimes de seconde zone

Cette reconnaissance par les juges va bien au-delà des réquisitions du parquet national antiterroriste (Pnat), qui avait au cours des débats et lors de l’audience civile, le 5 juillet, contesté les recevabilités d’une centaine de parties civiles, «témoins malheureux» et non victimes directes des attaques.  

Le Pnat sollicitait notamment l’irrecevabilité des occupants d’un immeuble de Saint-Denis où s’étaient retranchés deux membres du commando des terrasses, le chef opérationnel des attentats Abedlhamid Abaaoud et son complice Chakib Akrouh, tués le 18 novembre 2015 lors d’un assaut du Raid. 

Pour le ministère public, les préjudices ayant été causés lors d’une opération de police, les locataires et propriétaires de cet immeuble partiellement détruit après l’assaut auraient dû se tourner vers le tribunal administratif pour demander réparation. 

Rappelant que des constitutions de parties civiles d’habitants de cet immeuble avaient déjà été déclarées irrecevables au cours de l’instruction, le Pnat avait demandé en outre à la cour d’ordonner le retrait de l’aide juridictionnelle provisionnelle accordée lors du procès.

La cour d’assises a eu une toute autre lecture et admis un «lien de causalité» entre les infractions pour lesquelles certains des accusés ont été condamnés pénalement et les préjudices résultant de l’assaut policier et de l’explosion du gilet explosif de Chakib Akrouh le 18 novembre 2015. 

Par conséquent, ces occupants de l’immeuble qui justifient de leur présence sur les lieux au moment des faits sont déclarés recevables. 

La fin des «victimes de seconde zone»

Après «sept ans de bataille, c’est une belle victoire judiciaire», s’est réjoui Maître Méhana Mouhou, avocat de plusieurs dizaines d’habitants de Saint-Denis. 

«Jusqu’à présent, ils étaient considérés comme des victimes de seconde zone. […] La cour d’assises a rendu la dignité à ces victimes qui vont pouvoir enfin tenter une reconstruction psychologique, mais aussi obtenir une indemnisation comme les autres victimes des attentats auprès du Fonds de garantie des victimes du terrorisme», a ajouté Méhana Mouhou. 

Ces personnes ont été «laissées à l’abandon. C’est une reconnaissance aujourd’hui qui est symbolique, qui est courageuse de la part de la cour, mais qui arrive bien trop tard», juge de son côté sa consœur Claudette Eleini. 

La cour d’assises n’a par ailleurs pas suivi les réquisitions du Pnat en ce qui concerne les personnes morales et déclaré recevables le Bataclan et plusieurs établissements visés par les commandos le 13 Novembre, dont les bars La Belle équipe, Le Petit Cambodge et Le Carillon, qui avaient réclamé une «place» au procès.  

L’avocate du Bataclan, Maître Marie Burguburu, s’est dite satisfaite de cet «arrêt juridiquement motivé et symboliquement essentiel». 

L’ensemble des condamnés définitifs, à l’exception de Farid Kharkhach, qui n’a pas été condamné pour terrorisme, ont été reconnus civilement responsables et solidairement tenus de réparer les dommages causés le 13 novembre 2015, et pour certains également ceux du 18 novembre à Saint-Denis. 



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

10 − 4 =