• lun. Nov 28th, 2022

L’armée américaine n’a jamais été confrontée au niveau d’attrition auquel l’armée ukrainienne est confrontée

ByVeritatis

Oct 26, 2022


helicoptère guerre

Larry Johnson a posté une très bonne description de la CIA en relation avec la Russie moderne et de la masse de conneries que tous ces barbouzes « réputés » débitent sur Poutine et les Russes :

« Les décideurs américains, lorsqu’il s’agit de la Russie, sont des ignorants qui ont peu d’intérêt pour l’histoire. Ils sont aveuglés par l’idéologie et ont tendance à voir la Russie d’aujourd’hui à travers les constructions périmées de la guerre froide. Poutine et la Russie sont ineptes. Ils sont maladroits. Ils sont arriérés. Etc., etc. etc. »

Lisez l’excellent article de Larry qui encadre extrêmement bien d’autres nouvelles qui ont enthousiasmé de nombreux « analystes » militaires. Mais, à mon avis, il s’agit d’une bonne nouvelle dans un sens bizarre qui confirme l’affirmation de beaucoup, dont votre serviteur, depuis le début de l’opération militaire spéciale, que la plupart des forces terrestres russes sont tenues en réserve précisément pour ce genre de contingences :

« La 101e division aéroportée de l’armée américaine n’hésiterait pas à entrer en Ukraine si un conflit éclatait entre la Russie et l’OTAN, a rapporté vendredi CBS News en citant les commandants militaires de l’unité. La division d’élite effectue actuellement des exercices de guerre en Roumanie, près de la frontière avec l’État déchiré par la guerre. Les commandants de l’unité ont déclaré à CBS qu’ils seraient prêts à passer en Ukraine si les combats s’intensifiaient – sans préciser ce que cela impliquerait – ou si l’OTAN était attaquée. Ils ont souligné que leur déploiement actuel en Europe, le premier depuis la Seconde Guerre mondiale, a pour but de « défendre le territoire de l’OTAN ». « Nous sommes prêts à défendre chaque pouce du sol de l’OTAN », a déclaré le commandant adjoint, le brigadier général John Lubas, à la chaîne d’information. »

C’est un classique des militaires occidentaux qui bombent le torse et exécutent un Haka, avec en toile de fond un bilan de guerre lamentable pour l’OTAN et les États-Unis, qui ont réussi à tout perdre dans chacune des guerres qu’ils ont menées ces 30 dernières années contre de petites nations. Il y a donc quelques points à noter :

1. L’OTAN ne sera PAS attaquée si elle reste là où elle doit être – dans les pays de l’OTAN. « L’escalade des combats » est un terme délibérément opaque, car même le niveau des combats qui se déroulent actuellement dans l’ancienne Ukraine dépasse l’expérience tactique, opérationnelle et stratégique de l’armée américaine. « L’acuité » opérationnelle des planificateurs et des commandants du Pentagone et de la Grande-Bretagne sera étudiée pendant des décennies dans les académies militaires sérieuses sur la façon de ne pas mener une vraie guerre. Mais là encore, l’exemple brillant de Zap Brannigan et de son approche consistant à submerger les ennemis par des vagues successives de chair à canon semble être le fil conducteur de la formation des chefs militaires de l’OTAN.

2. Le déploiement de 4700 parachutistes américains en Roumanie est risible, même par rapport aux réalités d’une seule direction opérationnelle du théâtre de l’opération militaire spéciale, qui voit actuellement environ le même nombre hebdomadaire de pertes que l’armée ukrainienne (FAU) et aucun officier ou soldat américain n’a jamais été confronté à de telles réalités de combat dans sa vie. L’armée américaine n’a jamais non plus été confrontée au niveau d’attrition auquel les FAU sont confrontées aujourd’hui. C’est tout simplement en dehors de l’expérience militaire de l’Amérique. Quelle sera la durée de la stabilité au combat – c’est-à-dire la capacité à effectuer des tâches de combat tout en maintenant l’attrition – de la 101e dans les conditions actuelles d’impact du feu, on ne peut que spéculer, mais je dirais au mieux deux-trois semaines.

3. Mais alors, bien sûr, vient l’autre question que le Brigadier Général John Lubas ne comprend pas – la seule façon dont la 101e peut « entrer » en Ukraine est à la condition d’une guerre totale de l’OTAN contre la Russie, ce qui nécessitera, même dans un cadre conventionnel (non nucléaire, c’est-à-dire), quelque chose entre 500 000 et 700 000 troupes terrestres de l’OTAN pour la première « vague » – une tâche impossible pour l’OTAN et les États-Unis, à moins que l’OTAN ne s’engage pleinement et je suis sûr que le public américain accueillera cette nouvelle avec enthousiasme et détermination. Voilà le raisonnement de M. Petraeus, qui n’a jamais gagné quoi que ce soit dans sa vie, et qui est pourtant devenu général. Il pense à la force « multinationale » maintenant – je suis sûr que ses expériences stellaires en Afghanistan seront également étudiées (elles le sont déjà) dans le monde entier sur la façon de ne pas combattre, oubliez les véritables opérations d’armes combinées dont il n’a qu’une vague compréhension.

4. Enfin, et ce n’est pas le moins important – je répète ce point depuis des années, ad nauseam – aucun service américain, y compris l’US Air Force, n’a jamais combattu quelque chose comme cela dans la vie de plusieurs générations de militaires américains, du haut en bas de l’échelle. Un point c’est tout. Et, bien sûr, personne dans les forces armées de l’OTAN (principalement les États-Unis) n’a la moindre idée de ce que représente le fait de voir sa patrie dévastée et de perdre ses proches à cause des attaques, de la famine, du froid, des maladies et d’autres choses que la vraie guerre apporte à grande échelle. Les États-Unis n’ont JAMAIS dans leur histoire, y compris pendant la Seconde Guerre mondiale, combattu un ennemi qui pouvait facilement frapper à des profondeurs stratégiques et opérationnelles, et qui peut priver l’OTAN de la plupart de ses moyens ISR. Donc, tant que l’armée américaine se contente de bomber le torse, c’est OK, mais il faut dire que l’Ukraine et les FAU ont parfaitement démontré la valeur réelle (très faible) du « standard » de l’OTAN, l’OTAN n’excellant qu’en matière de relations publiques et de bombardements de civils, et ce sans que les principales forces russes ne s’engagent, jusqu’à présent.

Alors, de quoi s’agissait-il hier ?

« Le ministre russe de la défense, Sergueï Choïgu, a eu un rare contact direct avec le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, a rapporté l’armée russe vendredi. Selon cette brève information, les deux hauts responsables ont « discuté au téléphone de questions de sécurité internationale, notamment de la situation en Ukraine ». Le dernier appel téléphonique entre Choïgu et Austin remonte à mai, les deux parties ayant donné peu de détails à ce sujet. Il s’agissait de la première conversation directe entre les deux responsables depuis que la Russie a envoyé des troupes en Ukraine, fin février.

Je suppose qu’Austin a appelé Choïgu pour l’informer que l’arrivée de la 101e Brigade Combat Team en Roumanie n’était destinée qu’à l’entraînement et non au rassemblement des forces à des fins néfastes. Ceci, plus quelques autres « affaires » concernant le pays 404. Même si l’on peut détester Austin ou Milley, il est bon que les militaires russes et américains se parlent. Pendant ce temps, le chef du parlement de Crimée, Vladimir Konstantinov, a suggéré à quatre régions du pays 404 : Mikolaïv, Odessa, Dnepropetrovsk et Kharkiv de se préparer à des référendums (en russe). Il s’agit du premier « lot », le second, comme l’affirme Konstantinov, étant les oblasts de Soumy, Poltava et Thernihiv. En effet, qui sait de quoi il s’agit, n’est-ce pas ? J’attends également la publication de l’excellente discussion entre Peter Lavelle et George Szamuely sur le soi-disant « réalisme » des paléoconservateurs américains et sur les raisons pour lesquelles ces personnes et leurs opinions sont de moins en moins pertinentes. Je connais beaucoup d’entre eux, pas seulement Pat Buchanan, mais comme je l’ai dit, l’histoire n’est pas le fort de la politique américaine.

Source : Reminiscence of the Future

Traduction Réseau International



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

20 + six =