• mar. Déc 6th, 2022

Twitter “marque” et limite la portée des médias cubains — Patricia María GUERRA SORIANO

ByVeritatis

Oct 26, 2022


Twitter a averti qu’il ne recommanderait ni n’amplifierait, parmi les utilisateurs, les comptes ou publications de Cubadebate, Radio Rebelde, Radio Habana Cuba, Gramna, Trabajadores, Juventud Rebelde et Canal Caribe, entre autres, sans distinguer les médias publics financés par des organisations syndicales ou politiques des médias publics d’État.

Edilberto Carmona, qui gère les profils des médias sociaux de Cubadebate, a assuré aux Cubaperiodistas que cette décision “fait partie d’une tentative de classer les médias qu’ils considèrent comme”démocratiques “et d’influencer l’opinion publique à partir de leurs positions de pouvoir”.

“Il est ironique qu’ils reconnaissent l’existence de grands médias avec des caractéristiques telles que la BBC ou NPR, mais qu’ils ne reçoivent pas ces labels, en raison de leur” indépendance éditoriale””, a-t-il déclaré.

“Cubadebate – a-t-il précisé – a subi ce type de blocus à d’autres occasions, comme celui survenu en 2019, à son profil principal et à celui de ses rédacteurs et collaborateurs, ce qui ne fait qu’ajouter un indice à ce que nous savions : informer d’un point de vue alternatif à l’ordre géopolitique occidental est surveillé et censuré.”

Pour l’analyste espagnol Carlos González Penalva, cette manipulation d’algorithmes pour rendre certains médias moins visibles par rapport à d’autres fait partie de “la construction de l’unanimité du troupeau”, c’est-à-dire imposer une seule histoire. “ Nous sommes passés des graffitis nazis aux Juifs à l’étiquetage par les publications de Twitter. “

La méthodologie utilisée par Twitter pour paramétrer les “médias affiliés au gouvernement” est discrétionnaire, sans rien expliquer pourquoi il qualifie ainsi certains médias de certains gouvernements du monde, pas tous (ou la plupart) des médias d’État ou gouvernementaux ; ni ceux qui reçoivent la plupart des ressources des gouvernements pour fonctionner, certains violant les lois de pays tiers.

ADNCuba, Cubanet ou Diario de Cuba, pour citer un exemple, qui reçoivent de l’argent des institutions fédérales américaines pour un “changement de régime à Cuba”, apparaîtront-ils avec l’étiquette “médias affiliés au gouvernement américain” ?

Il y a un cadre péjoratif évident dans cette sélection pour connivence politique. Avec cela, Twitter montre sa propre “ligne éditoriale”.

La plateforme gère le contenu, comme tout autre média, en l’occurrence celui qui est guidé par les lois et les stéréotypes de son gouvernement, celui des États-Unis.

Il ne “modère pas le contenu”, comme il le répète souvent pour maquiller ses actions, mais filtre et gère l’information sous un biais politique.

Traduction : après les médias russes et chinois voici venu le tour des médias cubains d’être censuré par Twitter.





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-neuf − dix-huit =