• lun. Nov 28th, 2022

Près de 5 millions de personnes ont besoin « d’aide urgente » au Burkina


https://fr.sputniknews.africa/20221026/pres-de-5-millions-de-personnes-ont-besoin-daide-urgente-au-burkina-1056638218.html

[email protected]

+74956456601

MIA „Rosiya Segodnya“

2022

Actus

fr_FR

Sputnik Afrique

[email protected]

+74956456601

MIA „Rosiya Segodnya“

https://cdnnfr1.img.sputniknews.com/img/07e6/07/1e/1055695032_3:0:1024:766_1920x0_80_0_0_81d04c11f82b360d2336634c91e5e8bf.jpg

Sputnik Afrique

[email protected]

+74956456601

MIA „Rosiya Segodnya“

burkina faso, afrique subsaharienne, onu, aide, aide humanitaire, terrorisme

burkina faso, afrique subsaharienne, onu, aide, aide humanitaire, terrorisme

S’abonnerTelegram

Martin Griffiths, sous-secrétaire général de l’Onu, a annoncé que 4,9 millions de personnes ont besoin « d’aide urgente » au Burkina Faso, surtout dans le nord du pays où plusieurs villes sont soumises à des blocus de groupes terroristes.

Quelque 4,9 millions de personnes ont besoin « d’aide urgente » au Burkina Faso, s’est alarmé ce mercredi 26 octobre, Martin Griffiths, sous-secrétaire général de l’Onu chargé des affaires humanitaires.

Cela concerne avant tout le nord du pays où plusieurs villes sont soumises à des blocus de groupes terroristes, a indiqué M.Griffiths, de retour d’une visite à Djibo.

Selon lui, si l’Onu a pu fournir de la nourriture à 1,8 million de personnes cette année, « près de 4,9 millions de personnes ont besoin d’aide urgente, soit un cinquième de la population du Burkina, et près de 10% de la population a été contrainte de fuir son foyer », dans le pays.

La ville de Djibo est soumise depuis plusieurs mois à un blocus des terroristes qui ont coupé les principaux axes y menant en faisant sauter des ponts. La population de la ville, autour de 300.000 habitants, a triplé en quelques années avec l’arrivée de déplacés internes chassés par des attaques terroristes.

« La situation à Djibo n’est pas unique. Des dizaines de localités au Burkina font face à un fléau similaire: des routes bloquées par la présence de groupes armés qui laissent les populations sans nourriture, médicaments ou services essentiels », indique M.Griffiths.

Lors de sa visite au Burkina Faso, il a rencontré le capitaine Ibrahim Traoré, arrivé au pouvoir lors du coup d’État du 30 septembre. Selon M.Griffiths, le capitaine s’est engagé à prendre « les mesures nécessaires » pour que l’Onu puisse remplir ses « obligations » humanitaires.





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

neuf − deux =