• mer. Nov 30th, 2022

Retour momentané. A méditer sur ce qui suit ! – Les moutons enragés

ByVeritatis

Oct 29, 2022


En effet certains ne me connaissent pas ou m’ont oublié ! Pour faire simple, je suis de culture amérindienne initialement Crie, et suis en relation constante avec la communauté Salish (Côte Ouest Canada). Mon domaine de recherche est d’abord la science de la Terre et l’histoire très lointaine de l’humanité. Mais depuis 1986, à la perspective de la création du GIEC et de ses objectifs officiels, je me suis mis à rechercher quels étaient ces objectifs officieux ! A la sortie du premier rapport on flairait la manipulation des informations et l’escroquerie déguisée.

Avec le temps et plusieurs observations de faits et gestes, il devenait évident qu’un mensonge était bien établi. Ce serait trop long pour revenir sur la masse d’informations collectées, mais une chose alarmante semble bien se concrétiser. Non c’est loin d’être de l’alarmisme, et n’attend qu’un fait pour qu’il s’avère.

Il faut savoir lire parfois entre les lignes de sites scientifiques et gouvernementaux dont je dispose d’accès, ce qui me permet de glaner, des rapports d’analyses, des échanges, des publications, etc d’utile. Mais ce qui m’a mis le plus, la puce à l’oreille, mauvaise stratégie de leur part, c’est que sur des questions pourtant bien précises, et à des éminences, ce fut le silence, ou ont eu pour toutes réponses, de totales absurdités, d’un sous-fifre. Trêve de blablateries, venons-en aux faits.

La manipulation de l’opinion publique prend une tournure écœurante, par ce qu’on oblitère à la masse, la réalité. On nous a toujours fait croire que la disparitions des dinosaures était due à une météorite. Pourquoi n’est-il jamais fait mention d’un « rayonnement gamma » hors norme. Un tel sursaut est sensé provenir d’une explosion d’une étoile ou d’une planète ! Tient une étoile ! Mais notre « soleil » en est une, mais elle est toujours bien là ! Donc d’où vient ce rayonnement alors ? Eh oui, ça vient bien de notre étoile. Voyez ce qui suit.


Un cycle de X millions d’années ?

Si on se réfère à l’échelle de temps, on peut constater que près de tous les 100 millions d’années séparent les extinctions massives, et la dernière en date est justement celle du Crétacé (dinosaures) ! Le Météorite, tant est qu’il eut un fort impacte sur Terre, sa localisation ne peut justifier une mort instantanée de la flore et la faune à ses antipodes ! Seul un fait de longue durée et qui plus externe à l’atmosphère et n’ayant pas entravé la rotation, peut être responsable.

Autre indice de taille, les viscères et les ossements ! Leur étude prétend que c’est dû à l’absence d’oxygène que le processus de dégradation n’a pas pu se produire ! Pas faux, mais comment blanchissons-nous nos aliments pour qu’ils gardent leur aspect et nutriment avant congélation ? Par un bain rapide dans une eau/vapeur à très haute température ! Donc seule une exposition à un bref rayonnement gamma et une ionisation de la planète pendant sa rotation l’aura permis sur toute la surface, pour conserver les fossiles végétaux et animaux.

CME, la bulle au-dessus de « reset » du 15 octobre, elle a duré près de 9 heures. Ce 26/10 une double a eu lieu et a duré aussi 9 heures ! C’est ainsi quasi tous les jours depuis des mois.

Profile d’une fin d’un monde ?

Qui ne s’est pas plaint de la luminosité puissante du soleil, de sa chaleur, des brûlures qu’il occasionne même lors de brèves expositions ? Mais pourquoi et comment ? Les causes sont multiples. Prenons-les dans l’ordre !

  1. L’activité solaire : On connait « les vents solaires », ils sont produits lors des éjections/projections coronales. Ils véhicules des particules ionisantes et s’accompagnent de divers ondes dont leurs fréquences sont « calorifiques ». Ces « masses » mettent entre 24 et 72 heures pour atteindre le « bouclier naturel » qu’est la « Magnétosphère » et les dévier de la Terre. Sans lui, nous cuirions !
  2. La magnétosphère : Bouclier naturel résultant de l’activité complice entre les activités solaire et intra-terrestre. Celle-ci bien qu’elle existe depuis que la Terre est Terre, il semble selon plusieurs études, qu’elle s’affaiblit. Dès lors, une partie des vents solaires qui autrefois n’atteignaient pas la Terre, la percute encore partiellement, mais de plus en plus fréquemment !
  3. La « haute atmosphère » : Elle est composée de l’exosphère, la couche la plus proche de l’espace où gravitent les satellites, ensuite de la thermosphère/ionosphère où circulent les navettes et, les aurores boréales se développent et enfin de la mésosphère dont la base se situe à plus ou moins 50 km d’altitude où les météorites deviennent visibles. Il y a quasi rien à dire sur cette couche.
  4. La « basse atmosphère » : Beaucoup plus intéressante car elle se compose de la stratosphère où circulent les avions stratosphériques (militaires) et supersoniques, couche devenant protectrice pour toutes vies sur et en Terre. En effet, car entre 20 et 30 km d’altitude se situe la « couche d’Ozone dite de haute altitude », cette couche est un filtre hyper important pour toutes choses sur et en Terre. Elle est le dernier filtre du rayonnement résiduel après la « magnétosphère », sans elle la vie sur Terre ne pourrait survivre que maximum 48h jusqu’à une profondeur de 350 m (mer ou terre). J’y revient plus tard car il y a à redire concernant action de l’homme !
  5. La troposphère : Elle s’élève jusqu’à 10 km là où circulent les avions commerciaux et est la limite des vapeurs d’eau et de la tête des Cumulonimbus (nuages d’orages en forme d’enclume) , limite aussi appelée la Tropopause.

On en revient donc à la magnétosphère, cette barrière protectrice s’affaiblit et laisse ainsi passer une partie du vent solaire, qui est chargé de matières et de rayons ionisants 1 millions de fois pire qu’ait pu produire la bombe d’Hiroshima. Avec eux circule un rayonnement gamma autrement dit électromagnétique, il est extrêmement plus pénétrant que le rayonnement ionisant, donc pour s’en protéger, il faut avoir une grande épaisseur de blindage. Enfin au niveau santé des êtres vivants, ils seraient la cause de brûlures sévères tant sur la surface de la peau en interne, de cancers et, et de mutations génétiques irréversibles.

La couche d’ozone de haute atmosphère. Elle n’a absolument rien à voir avec celle dont on parle lors des pics de chaleur. Cet ozone est naturel et filtre bien des résidus qui sont amenés par les vents solaires. L’usage de gaz comme le fréon ont effectivement endommagé cette couche. Mais malgré la cessation de leurs usages n’a rien amené de vraiment concluant, Le fameux « Trou dans la couche d’Ozone », qu’on a voulu nous faire gober « qu’il s’était refermé », il y a une bonne décennie d’ici, en fait, il s’est « MULTIPLIE » on en retrouve plein, tant dans l’hémisphère sud que dans le nord. Mais comment se sont-ils multiplié à ce point et quels impacts peuvent-ils avoir sur nous !

A cette question, l’usage de gaz destructeurs CFC et Halogènes, n’est plus à mettre en cause (Protocole de Montréal), mais bien à l’usage d’ondes artificielles. Vous vous rappelez peut-être du « Système HAARP » il utilisait le rebond sur la couche ionosphérique pour atteindre l’opposé de la planète sans devoir utiliser d’antenne pour continuer sa route. Mais voilà pour atteindre cette couche, les ondes doivent traverser la couche d’ozone, et de fait l’endommage, et avec l’action du rayonnement solaire, la dégradation locale, perdure plus longtemps et finit par ne plus se refermer. Sur la capture ci-dessous, 25 octobre, les zones bleues, sont ces trous, et sous ces derniers il n’est pas étonnant qu’il fasse plus chaud, à cela ajoutons le déplacement des masses d’air et leur mouvements d’ascension ou de descente, le Jetstream, on s’aperçoit que tout coïncide avec ce qu’on subit, ces derniers jours.

Certains opposants y ont vu une arme atmosphérique, voir sismique, toujours est-il que de nombreux indices ne leur donneraient pas tort du tout. Tempête soudaine en France, modifications météo lors de la guerre du Golf et atteintes mentales sévères réversibles sur de nombreux GI’s, évènement sismique en Chine, modification de la couche nuageuse, etc. Malgré les dires du Pentagone sur l’arrêt des recherches sur ce système, il a toutefois été miniaturisé et est actuellement embarqué sur un destroyer sillonnant le Pacifique Sud et souvent en mouillage en Corée du Sud. Il n’est pas à exclure qu’il soit devenu encore plus mobile. D’autres puissances en ont également développé des similaires.

Haarp Alaska.

Il est un fait que cette couche est très sensible face aux types d’ondes utilisées par l’humain, mais à l’époque où la multiplication de ces trous s’est le plus rapidement développée, la population commençait seulement à connaître les fours à micro onde et les mobiles.

Ces trous laissent donc passer les rayonnements solaires les plus calorifiques, petit rappel, les habitants d’une région de Patagonie a subitement souffert de nombreux cas de brûlures à l’exposition au soleil. https://www.liberation.fr/terre/2003/10/13/en-patagonie-sous-le-trou-de-la-couche-d-ozone_447876/ Donc il n’est pas plus étonnant que l’exposition au soleil ces dernières années en Europe, s’avère de plus en plus pénible. Je vais mettre la carte de la NASA démontrant ce qui se passe au-dessus de nos têtes, alors que les températures avoisinent les 23°C pour ce 28 octobre. Cette carte n’est qu’une similaire à tant d’autres durant ces épisodes de canicules.

Il devient clair me semble-t-il que le dit « Réchauffement » prétendument dû essentiellement à l’usage des hydrocarbures fossiles, n’est qu’une fumisterie et une escroquerie. D’autant, que de très nombreuses autres causes sont omises volontairement, afin de garantir la valeur pénale du CO². N’en déplaise à certains, mais jusqu’à ce jour aucune étude « sérieuse et impartiale », n’est parvenue à démontrer clairement que le CO² « est » le coupable. De plus, il y a 4 millions et demi d’années, notre atmosphère renfermait 4 X le taux actuel, malgré cela, débutait une ère glaciaire !!!



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

un × quatre =