• lun. Nov 28th, 2022

La fin de partie à l’horizon ?

ByVeritatis

Oct 30, 2022


  1. Campagne de dons Octobre 2022

    Chers amis lecteurs. Nous lançons une campagne de dons pour ce mois d’Octobre et nous comptons sur vous pour nous aider à continuer notre travail de réinformation. Comme vous le savez, l’entretien et le fonctionnement de notre site ont un certain coût, et nous dépendons presque entièrement de vos dons pour en assurer le financement. Réseau International a besoin de vous plus que jamais pour assurer la continuité de son travail de réflexion et de réinformation

    15 186,96 € atteint

par Batiushka.

Certains commentateurs de ce site ont toujours été impatients de voir une action militaire russe plus spectaculaire en Ukraine, une Blitzkrieg de l’Armée rouge impliquant l’aplatissement de Kiev et de nombreuses autres villes. Je soupçonne que, contrairement aux militaires, ils n’ont aucune idée des horreurs de la vraie guerre. Contrairement aux politiciens bellicistes, qui ne se battent pas et ne risquent pas d’être éclaboussés par la cervelle et les entrailles d’autres êtres humains vivants quelques instants auparavant, les militaires sont essentiellement des pacifistes.

Cela ne signifie pas qu’ils sont lâches, mais qu’en tant que professionnels, ils veulent atteindre leurs objectifs en évitant autant que possible les pertes. Le but n’est pas de tuer d’autres êtres humains. D’autant plus en Ukraine, où ceux qui s’opposent à vous sont de la même race que vous et ont des valeurs similaires. Kiev ne sera pas rasée, c’est une ville russe, on l’appelle même « la mère des villes russes ». L’OMS doit être mise en œuvre avec le moins de pertes possible.

L’Ukraine doit être libérée, pas détruite. Cette guerre est menée contre les États-Unis et leurs vassaux aveugles mais serviles, et non contre l’Ukraine et les Ukrainiens. Le peuple ukrainien est pris en otage. Le but de toute libération est de libérer et de sauver les otages, pas de les tuer. Les otages ne sont pas l’ennemi. Les ennemis sont les preneurs d’otages, Zelensky et compagnie. Toute cette opération vise à sauver l’Ukraine, pas à la détruire.

Une autre chose que certains dans les pays occidentaux oublient est que les Russes ont une patience asiatique. C’est tout à fait différent de l’impatience occidentale. La Russie n’a pas oublié les chevaliers teutoniques en 1242, les Polonais au temps des troubles (1598-1613), les Suédois à Poltava en 1709, Napoléon en 1812, les Franco-Britanniques en 1854-56, le Kaiser en 1914, Hitler en 1941 ou Clinton dans les années 1990.

Tout est répertorié et rappelé, tout comme les Chinois n’ont pas oublié le génocide des Chinois par les Britanniques lors des guerres de l’opium, tout comme les Indiens n’ont pas oublié les atrocités commises par les Britanniques lors de la première guerre d’indépendance indienne (que les Britanniques appellent « la mutinerie indienne ») en 1857-8, tout comme les Iraniens n’ont pas oublié le renversement de leur démocratie par les Britanniques en 1953 et les chambres de torture de la police secrète du Shah.

Le fait est qu’il ne faut pas titiller l’ours. Comme les Asiatiques, les Russes eurasiens ont une énorme patience, mais ils n’oublient absolument rien. Lorsque Kiev a commencé ses massacres en Ukraine en 2014, tout a été noté. Après l’affaire du Pont sur le détroit de Kertch, cette patience a pris fin. Les Russes ont maintenant nommé comme commandant en chef de ce qui est maintenant une opération anti-terroriste le général Surovikin, surnommé « général Armageddon ». Son nom, qui vient du mot russe signifiant « sévère », rappelle à tout Russe le grand héros de l’histoire militaire russe du XVIIIe siècle, le général Souvorov.

Mon conseil aux Ukrainiens après deux jours à se prendre 200 missiles ? Soit de se rendre au plus vite, soit de partir maintenant. Parce que, juste à partir des nouvelles du 11 octobre :

Le ministre russe des affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a accusé les États-Unis et le Royaume-Uni d’avoir rompu les négociations menées en mars à Istanbul entre la Russie et Kiev, qui étaient très proches de la paix et dont les conditions étaient plutôt favorables à Kiev. Maintenant qu’elles ont été rompues, Kiev ne recevra pas de conditions qui lui soient favorables le moins du monde. Tout cela, depuis mars, a coûté trop cher à la Russie.

Le chef de la Tchétchénie, Ramzan Kadyrov (et quand il parle, il vaut mieux l’écouter) a déclaré que l’Ukraine a perdu à jamais toute chance d’armistice avec la Russie à cause des activités de Zelensky et de sa « bande satanisée ». Ce qui se passe aujourd’hui est un châtiment pour les enfants, les femmes et les vieillards assassinés et mutilés de sang-froid. Les pays qui se posent aujourd’hui en pacifistes et en juges, et qui condamnent les frappes de missiles sur des cibles militaires, de communication et d’approvisionnement en énergie de l’Ukraine, pendant huit longues années, auraient pu se soucier du sort de ceux qui vivaient dans le Donbass.

Mais, dans une troisième histoire, le président des services de sécurité bélarusses, Ivan Tertel, a déclaré à Minsk qu’il s’attendait à ce que le tournant de l’opération militaire spéciale en Ukraine ait lieu entre novembre et février. Si la Fédération de Russie procède à une mobilisation de qualité et fournit à ses groupes les moyens techniques et les armes de pointe, les opérations militaires entreront alors dans leur phase clé. Cette déclaration fait suite à l’annonce faite le 10 octobre par le président Loukachenko selon laquelle « face à la dégénérescence de la situation aux frontières de la Biélorussie et de l’Ukraine, le président Poutine et lui-même ont décidé de créer une armée régionale commune, qui sera formée dans les deux prochains jours ».

Cela fait suite à la publication d’informations selon lesquelles l’Ukraine a regroupé 15 000 soldats à la frontière avec le Belarus, minant les routes et faisant sauter les ponts. Il se trame quelque chose. La Russie est-elle sur le point de couper les voies d’approvisionnement routières et ferroviaires de l’OTAN à partir de la Pologne et d’arrêter l’approvisionnement des forces de Kiev en matériel militaire occidental ? Une invasion est-elle sur le point de traverser l’ouest de l’Ukraine ? Cela expliquerait le ciblage de Lvov par des missiles russes au cours des deux derniers jours. Depuis le 25 mars, date à laquelle l’Ukraine a été laissée vaincue, elle n’a été relancée que par 1,5 milliard de dollars par mois et des fournitures militaires provenant des pays de l’OTAN, presque toutes par la Pologne, Rzheszow, dans le sud-est de la Pologne, étant devenue une importante plaque tournante de l’approvisionnement. Depuis le 25 mars, c’est devenu une guerre entre la Russie et les États-Unis, qui se cachent derrière leurs caniches à Kiev et en Europe occidentale et orientale.

La fin de la partie semble se profiler à l’horizon. Les conditions hivernales de novembre seront là d’ici trois semaines : suffisamment de temps pour tout mettre en place. D’ici là, la Russie peut calmer l’Ukraine, en envoyant des missiles et en détruisant les bâtiments de la détestée police secrète ukrainienne (SBU) à Kiev et à Lvov, ainsi que toutes sortes de cibles militaires et logistiques et de centrales électriques, sans lesquelles l’Ukraine ne peut fonctionner. Cependant, la Russie fera toujours de son mieux pour sauver le soldat Ukraine, car elle veut sauver l’Ukraine, et non la détruire.

Et au-delà de cela, il y a une autre question, finalement bien plus importante. Il s’agit de la guerre économique mondiale. Ce n’est que lorsque les États-Unis auront commencé à voir le dollar chuter et faire faillite et que l’Europe occidentale aura commencé à souffrir de pannes de courant que les choses bougeront ici. Le 8 octobre, un amendement du Parlement européen demandant l’exploration de toutes les voies de paix en Ukraine a été rejeté par 436 voix contre 118. Ainsi, pour l’instant, près de 80% du Parlement européen préfère la guerre à la paix. En mars dernier, les chiffres auraient probablement été de 554 voix contre 0. Les choses bougent déjà. Cela signifie-t-il que 20% de l’UE est déjà revenu à la raison ? Des manifestations publiques contre l’OTAN ont lieu en Allemagne, en France, voire dans toute l’Europe occidentale. C’est le début.

La fin de la partie pour l’Ukraine est donc à l’horizon. Cependant, au-delà de la lutte dans la province slave de l’Ukraine, pour sauver le soldat Ukraine, il s’agit de sauver le soldat Europe, voire même le soldat Amérique du Nord. C’est beaucoup plus difficile. Les Ukrainiens n’ont été zombifiés que pendant 30 ans (il est vrai que l’extrême ouest galicien l’a été pendant 400 ans), mais l’Europe occidentale a subi un millier d’années de zombification, d’abord sous le schéma pyramidal et le racket du féodalisme (« donnez-nous votre bétail, du maïs et des pièces de monnaie, sinon nous enverrons les chevaliers du château »), aujourd’hui sous le néo-féodalisme (« payez vos impôts et fermez vos gueules, sinon nous vous couperons votre carte bancaire et vous priverons de tout ce qui fait que votre vie vaut la peine d’être vécue »).

Dézombifier les peuples occidentaux ? Eh bien, si vous pouvez creuser un fossé entre le peuple et l’élite, vous avez commencé. Mais tout le problème de la mentalité occidentale réside dans l’autoflagellation de l’infaillibilité. Cela a commencé il y a 950 ans, lorsque le pape occidental a été déclaré infaillible, puis cela s’est étendu à tout le clergé catholique, mais depuis lors, la Réforme a démocratisé l’infaillibilité aux hommes occidentaux, puis au cours des cent dernières années aux femmes occidentales, et au cours des cinquante dernières années à tous ceux qui acceptent la mentalité occidentale, indépendamment de leur sexe, de leur race, de leur croyance et, comme on dit maintenant, de leur « orientation sexuelle ». C’est le fondement du « libéralisme » totalitaire de l’humanisme séculaire : « L’Occident est le meilleur et donc moi aussi ».

Flattez-vous dans vos illusions, si vous voulez. Cela ne durera pas. La fin de partie est à l’horizon.

source The Saker

traduction Hervé, relu par Wayan, pour Le Saker Francophone



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

un × 5 =