• mer. Nov 30th, 2022

L’interprétation de l’agression contre Paul Pelosi

ByVeritatis

Oct 31, 2022


Photo : l’agresseur de Paul Pelosi (habillé de face), lors d’une manifestation nudiste à San Francisco.

L’agression dont Paul Pelosi, l’époux de la présidente de la Chambre des représentants, a été victime dans son domicile hautement protégé, a donné lieu à diverses interprétations.

Selon Madame Pelosi et le Parti démocrate, l’agresseur était un trumpiste venu pour la tuer. Ne la trouvant pas, il s’en est pris à son mari dont il a enfoncé le crâne à coups de marteaux. Le vieil homme a été hospitalisé. Ses jours ne sont pas en danger. Selon l’ex-petite amie du suspect, l’homme serait un déséquilibré qui se prend pour Jésus.

Pourtant, aucune trace d’effraction n’a été relevée ; les gardes du corps ne sont pas intervenus ; et le seul marteau trouvé appartenait à Monsieur Pelosi.

À l’interprétation politique dramatique des démocrates qui présente un pays au bord du chaos, une autre interprétation beaucoup plus people fait face.

Selon le Santa Monica Observer [1], citant notamment un témoin de la police, Paul Pelosi, qui est notoirement gay, avait levé un partenaire dans un bar de San Francisco et l’avait ramené chez lui après avoir congédié ses gardes du corps. Son partenaire est un militant naturiste, dénonçant les mensonges du gouvernement sur les attentats du 11-Septembre. Paul Pelosi, ivre, se serait saisi d’un marteau et aurait menacé son partenaire. Celui-ci l’aurait désarmé et frappé.

Alors qu’Hillary Clinton faisait ses choux gras de la violence des trumpistes, Elon Musk, l’homme le plus riche du monde et le nouveau propriétaire de Twitter, a posté un tweet (retiré depuis) envisageant que la vérité ne soit pas celle des démocrates et faisant un lien vers l’article du Santa Monica Observer.

Les agences de presse ont publié des dépêches relatives à cette polémique, mais sans indiquer la position à laquelle Elon Musk faisait référence. Tout au plus ont-elles noté que le Santa Monica Observer était mal noté par NewsGuard, l’association des anciens de l’administration Bush.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

treize − 4 =