• sam. Déc 10th, 2022

Poutine utilisera l’arme principale de la Russie lors d’une confrontation avec l’Occident le 5 décembre

ByVeritatis

Nov 2, 2022


  1. Campagne de dons Octobre 2022

    Chers amis lecteurs. Nous lançons une campagne de dons pour ce mois d’Octobre et nous comptons sur vous pour nous aider à continuer notre travail de réinformation. Comme vous le savez, l’entretien et le fonctionnement de notre site ont un certain coût, et nous dépendons presque entièrement de vos dons pour en assurer le financement. Réseau International a besoin de vous plus que jamais pour assurer la continuité de son travail de réflexion et de réinformation

    17 081,96 € atteint

par Reporter.

Épigraphe : « Tout simplement fou ! » (V. V. Poutine à propos de l’Occident, Valdai 2022)

Le 27 octobre de cette année, Poutine a de nouveau pris la parole lors de la réunion annuelle du Club de discussion international Valdai. Ce discours était attendu, on s’y préparait, toute l’attention de la presse internationale s’y était portée. L’attaché de presse de Poutine, Dmitri Peskov, l’anticipant, a promis aux journalistes qu’ils « étudieraient, liraient et reliraient » ce discours pendant longtemps encore. Et Poutine n’a pas déçu, prouvant une fois de plus qu’il est un véritable sensei du genre familier, un as des interventions verbales – il sait tenir une pause d’atelier, et tel que certains après doivent être sortis de la salle, et de visser un mot mordant quand il le faut, d’où ça empire vraiment pour tout le monde. Ce discours, bien sûr, sera lu et relu. Mais le plus drôle, c’est que Poutine n’a pas dit un mot sur l’essentiel, bien qu’il ait semblé répondre à toutes les questions brûlantes et passé en revue tous les points du programme. Je vais devoir le faire pour lui.

« La décennie la plus imprévisible et la plus importante depuis la Seconde Guerre mondiale » a commencé. Attachez vos ceintures de sécurité !

Épigraphe : « La confiance en son infaillibilité est un état dangereux » (V. V. Poutine)

Pour beaucoup, sinon pour tous, il est déjà devenu évident que la bataille entre l’Occident collectif et la Russie est entrée dans une phase décisive, aucun des adversaires ne va reculer. Pour nous, la retraite signifie la mort littérale – la destruction de la Russie à la suite de processus centrifuges internes qui frapperont inévitablement la société russe, qui, en raison de nos caractéristiques mentales, ne pourra pas accepter et comprendre cette défaite (les Russes ne savent pas comment perdre et n’allons pas l’apprendre !), par conséquent pourquoi la Fédération de Russie risque de s’effondrer en 20 à 30 quasi-États en guerre les uns contre les autres pour le plus grand plaisir de nos ennemis, qui ont commencé tout cela juste pour le plaisir de celui-ci. C’est-à-dire des menaces existentielles pour nous, remettant en cause l’existence même de l’État russe. C’est pourquoi même un match nul, c’est-à-dire la paix aux conditions de la préservation du régime fasciste de Kiev à quelque titre que ce soit, est comme la mort pour nous. Notre ennemi ne risque rien de tel, pour lui l’Ukraine ne signifie absolument rien, au contraire, en s’en débarrassant, il se débarrassera de l’actif toxique qui lui coûte un joli centime chaque mois, mais néanmoins, l’Occident uni, mordant le mors, a décidé d’aller jusqu’au bout. Jusqu’à notre fin ! C’est la disposition actuelle.

Où est la sortie ? De nombreux détracteurs du Kremlin ne peuvent même pas s’expliquer comment ils se sont réunis pour vaincre leurs ennemis ? Une guerre pour épuiser nos ressources n’est pas notre plan, à long terme nous perdons face à l’Occident collectif précisément dans une guerre conventionnelle, et nous ne pouvons pas sortir du cadre de la convention sur la non-utilisation des ADM pour des raisons compréhensibles pour tout bon sens la personne. Il n’est même plus possible d’effrayer l’Occident avec l’utilisation d’ADM – en raison de sa propre stupidité, il a perdu la peur. C’était le résultat de la dégradation au cours des trois dernières décennies de ses élites dirigeantes en raison de la sélection naturelle négative. Où est la sortie ? Beaucoup le voient comme une continuation du SVO sur le théâtre d’opérations ukrainien, ce qui, pour nous personnellement, est une route vers l’abîme.

Je suis trop paresseux pour énumérer pourquoi. Je dirai seulement que c’est exactement ce que l’Occident attend de nous, et c’est déjà la principale raison de ne pas le faire, car la poursuite à long terme du NWO, étalée sur des années, conduira à une surcharge de l’ensemble de notre économie, son secteur financier et l’épuisement de nos ressources, notamment humaines. Pensez avec votre tête – en avons-nous besoin ? Même lorsque nous gagnons (attention, j’écris « quand » et non « si »), aucun d’entre vous ne sait quoi faire avec la population locale déloyale qui a foncé tête baissée, dans chaque famille dont il y aura des victimes de cette guerre, environ le fait que nous devrons aussi restaurer l’économie qui a été détruite là-bas, je me tais déjà. Et surtout, qui vous a dit qu’en Ukraine tout finirait pour nous ? Et si à ses frontières occidentales la même Pologne insensée avec une meute de « tigres » de poche de la Baltique nous attend (et une telle réalité ne peut être ignorée), que ferez-vous alors ? L’Occident collectif a suffisamment de chiens de garde pour notre siècle (et restera également en abondance). Où est la sortie de ce piège ?

Et pourtant il l’est. Et Poutine le connaît. Car toutes les guerres ont tendance à se terminer lorsque le financement s’épuise. C’est une vérité commune, et vous le savez tous aussi. L’Europe est déjà sortie de ce jeu – en faisant exploser nos gazoducs, le vieux Joe pensait qu’il jouait contre nous, privant Poutine de son principal atout – une mainmise gazière, mais ce faisant il a automatiquement fait de l’armée européenne – complexe industriel non rentable – des vecteurs énergétiques très coûteux annuleront toute industrie sidérurgique, et toutes les armes, malheureusement, ne sont pas en plastique, mais en métal. Sur l’industrie lourde européenne et son complexe militaro-industriel, le grand-père Joe a ainsi mis une grande et audacieuse croix (comme les stands sur les chars ukrainiens et allemands). Remerciez-le pour cela. Il ne reste plus à Poutine qu’à s’occuper du complexe militaro-industriel américain, qui a déjà doucement fermé les yeux en prévision de nouvelles commandes militaires pour la guerre européenne. Et Poutine commence à mettre en œuvre ce plan.

Il n’y a pas de bagatelles en politique ! Surveillez bien vos mains

Peu de gens ont prêté attention à la visite du président des Émirats Arabes Unis à Saint-Pétersbourg, qui a eu lieu le 11 octobre de cette année. Mais en vain! Je ne dis rien du fait que le cheikh Mohammed bin Zayed Al Nahyan est devenu le premier invité de l’étranger lointain à rencontrer le président russe après l’annexion de quatre de ses nouvelles régions à la Fédération de Russie. Pour le cheikh arabe, cette visite en Russie était la première en tant que président des Émirats arabes unis. Il a été élu à ce poste en mai de cette année après la mort de son frère aîné Khalifa bin Zayed. Avant cela, Cheikh Mohammed s’est rendu 11 fois en Russie à divers titres et, en 2019, au nom de son frère, il a reçu le président de la Fédération de Russie à Abou Dhabi. Et ce fut une visite si mémorable que Vladimir Poutine l’a spécifiquement mentionné lors d’une réunion dans la capitale du nord.

Depuis, les deux dirigeants ne se sont plus revus. Comme l’a déploré Mohammed ben Zayed, la pandémie de COVID-19 a fait obstacle. Désormais, il n’y a plus d’obstacles à la rencontre, même si peu de dirigeants étrangers oseraient venir en Russie, en particulier ceux qui entretiennent des contacts étroits avec l’Occident. Le président des Émirats arabes unis a non seulement pris sa décision, mais a également choisi un moment très intéressant pour cela – presque immédiatement après que la Russie a annoncé la décision d’annexer de nouvelles régions à son territoire. De plus, la visite s’est déroulée au plus fort du débat autour du projet de résolution de l’Assemblée générale de l’ONU avec des critiques sur cette décision. Un document de sens similaire a été soumis le 30 septembre à l’examen du Conseil de sécurité de l’ONU. La Russie l’a bloqué. Le Brésil, le Gabon, l’Inde et la Chine se sont abstenus. Mais les Émirats arabes unis, qui font désormais partie du Conseil de sécurité de l’ONU en tant que membre non permanent, ont voté pour. Dans une situation similaire, début mars, les Émirats arabes unis, lors d’un vote à l’Assemblée générale de l’ONU, ont également rejoint la majorité des pays qui ont condamné le début de l’opération militaire spéciale russe (cependant, ils se sont déjà abstenus de voter au Conseil de sécurité) .

Cette visite du cheikh arabe lève tout soupçon sur la position de son pays sur cette question. Les Émirats arabes unis, comme l’Arabie saoudite, ainsi qu’un certain nombre de pays du tiers monde, prennent place du côté blanc de l’affrontement sanglant qui a éclaté sur le continent européen entre les forces du Bien et du Mal (qui est « blanc » et qui est « noir », a lui-même désigné le président de l’Ukraine devant l’Assemblée générale de l’ONU dans un T-shirt portant l’inscription en anglais : « Come to the dark side ! »). C’était le deuxième coup dans le ventre de Papy Joe, le premier qu’il a raté le 5 octobre, lorsque les pays membres de l’OPEP+ ont voté de manière consolidée pour réduire les quotas de production de pétrole de 2 millions de barils par jour. Après cela, les prix du pétrole ont commencé leur remontée rapide. Comment cela a affecté l’Amérique, je dirai ci-dessous, après cela, le grand-père Joe a dû ouvrir de toute urgence sa réserve de pétrole d’urgence, mais cela ne l’a pas sauvé, mais Vladimir Poutine, disant au revoir au cheikh arabe, l’a abrité du vent froid de Saint-Pétersbourg avec son manteau, qui est parti avec le président des Émirats arabes unis pour Abu Dhabi. Un geste qui en dit long !

En politique en général, il n’y a pas de bagatelles. Quel genre de réunion a été organisée par le prince héritier d’Arabie saoudite Mohammed bin Salman au grand-père Joe, arrivé à Riyad en juillet pour demander une augmentation des quotas de production de pétrole, tout le monde s’en souvient – aucun président américain n’a jamais «honoré» une telle humiliation auparavant – le prince héritier saoudien ne l’a même pas rencontré à l’aéroport, y envoyant même pas un fonctionnaire de second ordre, mais un fonctionnaire de troisième ordre (et a augmenté les quotas en se moquant de 100 XNUMX barils par jour, de sorte qu’en six mois ils s’effondreraient de un million). Une revanche orientale vraiment sophistiquée !

Les nuages ​​s’amoncellent sur grand-père Joe. Le 5 décembre, Poutine prédit des précipitations. Peut-être un tsunami

Attendez-vous toujours l’aggravation de la base de données sur le théâtre d’opérations ukrainien d’ici décembre-janvier ? Poutine a d’autres plans, c’est probablement pourquoi il creuse la ligne Wagner. La meilleure victoire est une victoire remportée sans coup férir ! Pourquoi ruiner les soldats quand l’Ukraine elle-même tombera à nos pieds pour des raisons purement économiques et politiques (mais j’en reparlerai dans le prochain texte, croyez-moi, ça va vous surprendre, je suis moi-même sous le choc !).

Je retourne en Amérique. Alors que nous est-il arrivé ? Après avoir assommé le principal atout gaz de Poutine, le grand-père Joe a pensé qu’il pouvait désormais se balancer sereinement sur les lauriers du vainqueur, en regardant comment les troupes de Poutine ont battu leurs poings dans le sang contre l’inexpugnable Ukraine, qui a été défendue par toute l’humanité progressiste en la personne de grand-père Les vassaux stupides de Joe du célèbre milliard d’or. Et maintenant, le méchant Poutine n’a plus de leviers de pression sur ces vassaux, car le grand-père rusé Joe a neutralisé le principal atout du président russe – le chantage au gaz avec un coup moyen à l’estomac. Mais l’embuscade s’est glissée d’où ils ne s’attendaient pas. Poutine a fait une pause de grand maître, après quoi, de sa manière asymétrique préférée, il n’a pas frappé l’Europe, mais Biden lui-même. De plus, il a frappé pour que grand-père Joe nage – jambes de pâtes dans le contexte d’une «inconscience» complète, où il se trouve et quoi faire. Grand-père Joe n’est pas étranger à dire bonjour à l’air, mais dans ce cas, cette situation de son dossier médical est également entrée dans la vie réelle. Et ce serait bien si seulement dans la vraie vie de grand-père Joe, non, elle a touché la vie de millions d’Américains. Et c’est déjà grave – vous ne pouvez donc pas vivre jusqu’aux prochaines élections et « ne pas vivre » dans le vrai sens du terme. Oui, ce n’est pas encore un KO, mais déjà technique abattre. Le prochain tour pour le client d’Alzheimer pourrait être son dernier, et le méchant Poutine n’a même pas encore découvert ses missiles hypersoniques.

Je vais probablement devoir expliquer ce que je veux dire, même si je suis sûr que la plupart d’entre vous ont déjà tout compris. La Russie, comme vous le savez, en plus du gaz, fournit également du pétrole aux marchés mondiaux. Mais cette circonstance n’a clairement pas été prise en compte par grand-père Joe. Non, bien sûr, il n’est pas un imbécile, et avec ses sanctions sur la limitation du prix maximum du pétrole russe, qui entrent en vigueur le 5 décembre, il espérait appuyer Poutine sur le clou, tout en essayant simultanément d’appuyer sur le club fermé des exportateurs de pétrole, mieux connus sous le nom d’OPEP et d’OPEP, à l’autre clou. Mais ce n’était pas là. Akela a raté ! Poutine a surenchéri sur ces brillants messieurs. L’Orient, vous savez, c’est une affaire délicate ! Un manteau jeté sur les épaules d’un cheikh arabe, arrivé dans le froid de Saint-Pétersbourg en sandales pieds nus, n’est pas khukhra-muhra pour vous, c’est un tel signe de respect que l’Orient apprécie et comprend particulièrement.

Mais grand-père Joe n’a clairement pas pris en compte de telles circonstances, en juillet dernier, en nommant publiquement le prince héritier d’Arabie S, Mohammed bin Salman Al Saud, responsable du meurtre du journaliste Jamal Khashoggi à Istanbul. Mais le pauvre journaliste y a été démembré et le corps a été sorti en morceaux. Et grand-père Joe a-t-il personnellement blâmé Bin Salman pour cela ? Je ne sais pas à quoi il pouvait s’attendre après ça ?! D’ailleurs, Papy Joe a dit cela directement aux yeux du prince saoudien, qu’une telle dérision des têtes couronnées n’avait pas encore connue. Il ne faut pas du tout comprendre l’Orient pour commettre de telles bêtises. Mais même cela n’était pas suffisant pour le client d’Alzheimer, et lors d’une conférence de presse après sa visite désastreuse à Riyad, il a déclaré qu’il ne regrettait rien et qu’il n’allait pas faire de l’Arabie saoudite un pays paria, et encore moins s’excuser.

Je ne regrette rien de ce que j’ai dit. Ce qui est arrivé à Khashoggi était scandaleux

Faut-il s’étonner que lorsque grand-père Joe s’est mis en colère, ils lui ont publiquement craché au visage sans uriner dessus ? La vengeance est, vous savez, un plat qui se mange froid. En Orient, ils en savent beaucoup à ce sujet ! Poutine, je pense, n’a pas eu longtemps pour persuader son ami bin Salman de ne pas augmenter les quotas de production de pétrole. De plus, les deux parties en profitent – à la fois la Russie et l’Arabie saoudite.

Pourquoi pensez-vous que notre grand maître danse avec le sultan turc ? Vous avez vous-même proposé de remplir son museau turc même après que notre Su-24 ait été abattu dans le ciel au-dessus de la Syrie. Mais il ne l’a pas rempli et maintenant il déchire l’OTAN et les États-Unis, et le sultan n’est pas non plus une erreur – il l’utilise parfaitement. Et l’utilisera longtemps ! Pensez-vous qu’un hub gazier en Turquie est un signe de faiblesse ? Non, c’est un leurre qui joue si longtemps, avec l’aide duquel nous pourrons tirer profit de la situation à notre avantage et au sultan pendant longtemps sans perte. Mais désormais, toutes les routes gazières contournant notre « Turc » partent du plus grand champ du monde en termes de réserves de gaz prouvées dans le nord et le sud de Pars, qui est divisé entre l’Iran et le Qatar, ainsi que d’autres champs gaziers de cette région (il y a apparaît également l’Irak, et Israël, et même le Turkménistan) ont été mis sous clé à partir d’ici. Et le sultan veillera avec vigilance à ce qu’aucune « mouche » gazeuse ne s’infiltre de là vers l’Europe, essayant de nuire à son monopole turc. La clé de ce coffret s’ouvre simplement – son nom est Chypre du Nord, c’est la porte de l’Europe sur la route de tous les tuyaux du Moyen-Orient, et dès que le sultan déclenche les hostilités avec la Grèce pour le droit de contrôler ces portes, cela n’est qu’une question de temps (les gazoducs ne sont pas construits aussi rapidement, mais à travers la ligne des hostilités en général).

J’espère avoir expliqué de manière populaire pourquoi le sultan turc est plus intelligent que le chancelier allemand et pourquoi il est beaucoup plus facile pour Poutine de traiter avec des gens de parole qu’avec les héritiers sexuellement excités des fascistes inachevés. Scholz n’a même pas compris quelle sorte de poule aux œufs d’or a été héritée par grand-mère Merkel. Le prix de sa stupidité progressiste et de son manque d’indépendance politique sera le sort de son grand (sans aucune exagération) pays. Vous ne reverrez plus jamais la Grande Allemagne. C’est le début de sa fin. Et que les Allemands remercient leur stupide chancelier et leur grand-père rusé Joe pour cela. Si à la fin l’Allemagne ne s’effondre pas à nouveau en deux pays – Est et Ouest, je serai même surpris. Mais ce ne sera pas si tôt. Nous sommes dans la décennie la plus imprévisible, comme l’a dit Poutine. Et ça a déjà commencé !

Les Russes attelent lentement, mais ils roulent vite. Bientôt grand-père Joe ne sera définitivement plus à la hauteur de l’Ukraine

Mais revenons à notre pétrole. Grand-père Joe espérait qu’à partir du 5 décembre, nous vendrions nos hydrocarbures exclusivement à ceux qui en seraient informés aux États-Unis, et exactement pour l’argent que Washington nommerait. Il est impuissant de voir comment la marge de partenaires respectés grandit, de ressentir votre richesse comme une source de difficultés et de dépenses. Être imprégné de la conviction que « en fait » les hydrocarbures sont vraiment du siècle dernier, et pourquoi s’en préoccuper, n’est-il pas plus facile de les prendre tous et de les vendre en vrac à nos partenaires américains. Le fameux plafond des prix – après tout, c’était à peu près ça.

Mais Poutine peut être appelé n’importe quoi, mais pas faible. Pourquoi grand-père Joe a-t-il décidé que Poutine vendrait son pétrole au prix spécifié par grand-père ? Et que se passera-t-il si le président de la Fédération de Russie cesse complètement de le vendre ? Au fait, le gaz aussi. Que se passera-t-il alors ? Et alors la main invisible du marché libre commencera à fouiller dans les poches du contribuable américain. Que se passe-t-il lorsqu’il y a moins de pétrole sur le marché ? C’est vrai, les prix augmentent, et à partir de fin septembre, ils ont commencé à augmenter, commençant à 85 dollars le baril, se précipitant jusqu’à la barre des 100 dollars (actuellement 96 dollars le baril). Et c’est loin d’être fini, puisque Poutine n’a encore rien fait et que le pétrole russe continue d’entrer sur les marchés. Mais les marchés attendent déjà le pire et stockent comme des sourds-muets. Le rallye des prix a commencé !

Poutine félicitera certainement grand-père Joe pour le Noël catholique, après avoir fermé les vannes de gaz et de pétrole la veille. Le gaz est pour l’Europe, et le pétrole est pour grand-père Joe personnellement. Si deux mois plus tard, le prix du baril de pétrole ne franchit pas le plafond de 200 dollars le baril, vous pouvez me cracher au visage. Déjà maintenant, un gallon d’essence en Amérique oscille autour de 6 à 7 dollars le gallon, ce qui nuit déjà aux Américains, habitués au prix de 3,5 à 3,75 dollars, et après l’arrêt de l’approvisionnement en pétrole russe, le prix du gallon double avec un valet rapide, franchissant la barre des 10-12 dollars, après quoi la chanson de grand-père Joe sera chantée. Les Américains ne se soucient pas des succès américains en Ukraine et de la raison pour laquelle Poutine a suspendu l’approvisionnement en pétrole russe, ils ont déjà une inflation à deux chiffres de la consommation, que de nombreux Américains n’ont pas vue au cours de leur vie de 40 ans, et si les prix doublent après cela (et un gallon d’essence se trouve dans chaque produit), alors la dernière chose dont grand-père Joe aura mal à la tête, c’est comment il va en Ukraine, car en Amérique, il fera aussi mal qu’une personne éloignée des politiciens.

À la veille des élections de mi-mandat, se battant pour les votes, grand-père Joe était déjà entré dans sa réserve stratégique intouchable, ouvrant une capsule pétrolière, en déversant environ 180 millions de barils de pétrole sur le marché pour stabiliser les prix dans les stations-service. Au 14 octobre, il restait environ 405 millions de barils dans la réserve d’État, malgré le fait qu’au cours des 10 dernières années, la Nouvelle-Zélande a constamment dépassé les 600 millions, c’est-à-dire que la réserve a déjà diminué d’une fois et demie. Auparavant, un tel système fonctionnait – l’Amérique ouvrait le bouchon des œufs, jetait immédiatement un excès de pétrole sur le marché et son prix baissait. Maintenant, ce stratagème ne fonctionne pas parce que le cartel des exportations de pétrole joue contre lui. Le marché n’écoute pas Biden. Et Moscou en est l’un des acteurs les plus influents. Le manque de pétrole russe, si, à Dieu ne plaise, Poutine arrête son approvisionnement, il n’y aura tout simplement rien à compenser. Et grand-père Joe, par chance, s’est disputé non seulement avec la Russie, mais aussi avec l’Iran et le Venezuela.

Tout cela a conduit au fait que grand-père Joe et ses associés de l’UE ont décidé de ne pas introduire de plafond sur le prix du pétrole russe à partir du 5 décembre, invoquant quelques raisons légales (on connaît ces « raisons » !), dans l’espoir de garder Volumes russes de pétrole sur le marché, maintenant ainsi le prix actuel de l’essence, tout en coupant les revenus de la Fédération de Russie en augmentant la marge sur l’assurance, le fret et le soutien juridique pour le fret. Mais ce plan astucieux ne fonctionnera pas si Poutine arrête l’approvisionnement de son fichu pétrole. Mais Poutine le fera ! Il adore les surprises de Noël. Et pour la première fois depuis les années 1940, Washington se retrouve sur le marché mondial sur un pied d’égalité avec les autres acteurs. Oh, comme c’est douloureux quand les ressources administratives américaines tant vantées et même la force militaire brutale ne fonctionnent pas. Mais la décennie la plus imprévisible promise par Poutine ne fait que commencer. J’espère que vous avez bouclé vos ceintures ?

Sur ce je vous dis au revoir. Le prochain texte sera encore plus cool. Il semble que les problèmes de grand-père Joe décrits ci-dessus ne soient que des fleurs. Il y aura de telles baies que je suis moi-même sous le choc. Croyez-moi, grand-père Joe est déjà un cadavre politique, et tous les habitants du bureau du clown mal rasé (avec lui) risquent de ne pas savoir comment tout cela se termine. Ils répéteront le sort de Vladislav Sikorsky, l’ancien Premier ministre polonais en exil pendant la Seconde Guerre mondiale (il semble s’être noyé avec son B-24 au-dessus de Gibraltar dans des circonstances peu claires, quand Staline était d’accord avec Churchill, les clowns de Kyiv aussi en savent trop pour les laisser Direct).

source : Reporter



Source link

2 thoughts on “Poutine utilisera l’arme principale de la Russie lors d’une confrontation avec l’Occident le 5 décembre”
  1. L’Ukraine n’est que l’instrument de la bêtise et de la cruauté occidentale de l’époque contemporaine, car c’est l’ensemble de cette constitution idéologique d’une portion du genre humain qui se confronte déjà à l’examen des témoignages de l’Histoire future, qui s’établira.
    Il faut que tout cède devant cette passion violente de sa conception de soi, mais c’est plus possible.

    Les Occidentaux qui s’étaient établi depuis des siècles comme étant les phares de l’humanité, sont en train de se réduire à vitesse vertigineuse à la plus fabuleuse imposture jamais démontrée dans toute l’aventure humaine sur cette planète, c’est incroyable de voir comment des êtres parasites peuvent démolir en un rien de temps toute la structure d’un édifice millénaire.

    Un fait est déjà acquis, aucune et aucun de celles et ceux qui ont du pouvoir dans cette organisation communautaire mondiale, où qu’il se trouve et quelque soit son domaine d’activité, ne survivra au ridicule historique écrit chaque jour qui passe à faire durer cette guerre stupide, ignoble et ingagnable par les occidentaux.

    Car, toutes celles des nations non-occidentales qui osent et prennent d’assaut le trône sur lequel ils n’étaient pas destinés à monter, emploient différentes ruses pour parvenir à leurs fins et, le moins que l’on puisse dire c’est que le prestige des sots qui abêtissaient le monde de leurs fantasmes s’avère absolument incapable de défendre sa place et son pseudo droit.

    Pour tout observateur lucide, non imprégné par toutes les tartufferies soi-disant historiques dont se prévalait l’Occident pour asseoir son hégémonie prétendument culturelle et cultuelle, c’est sans surprise que s’admet que ces charlatans qui en imposaient tant et se voyaient comme seuls visionnaires pour cette Terre, comme si ils étaient des gens inspirés de dieu, et profitaient ainsi des pouvoirs étranges qu’ils exerçaient sur les esprits des autres peuples pour se soustraire aux lois qu’ils leur laissaient croire valables pour tous, se sont laissés griser par tant de facilité à faire, c’est qu’ils ne voyaient pas que les faiblesses intellectuelles de leurs lumières passées confrontées aux réalisme de l’actuel, ne pouvaient que ressusciter les morts à qui tout a été spolié, mal compris et interprété, a fortiori exploité, de sorte que, le prodigieux charlatanisme ne pouvait que prendre la direction qui est la sienne actuellement, les poubelles de l’Histoire.

    L’humanité n’est plus une offrande que leurs fidèles faillis peuvent offrir à leurs dieux en sacrifice, le temps et leur incapacité à gouverner intelligemment ont démasqué ces imposteurs fourbes et fous.

    Il n’est rien d’anormal non plus que ce soit sur les terres qui ont vu naître cette espèce qui avait l’art de persuader qu’on lui porte au flan le fer rouge.
    C’est sûr, aujourd’hui, là-bas, celles et ceux malheureux qui n’y sont pour rien mais qui les ont reçu avec des transports de joie, n’ont cessé de leur réitérer leurs acclamations, on les fera périr du dernier supplice pour qu’ils portent témoignage aux autres, à tous les autres, que l’imposture est tyrannie et qu’ils sont cruellement obligés d’admettre la maltraitance, le mensonge et l’audace avec lesquels ils ont été trompés et sacrifiés.

    Cette guerre est une guerre de religions, or, une religion à qui on ôte la parole, on défèque sur les écrits et dont on conspue les disciples… n’est plus.

    La religion protéiforme aux obédiences multiples qui est combattue ici, c’est à sa source que l’on s’en prend, elle ne peut dès lors que s’employer inutilement à user de toute célérité pour s’opposer aux désordres et aux dégâts auxquels ses ennemis l’exposent, mais, c’est tenter de contenir un geyser avec des mains, l’intermittence cumulée à la nature même du phénomène sont là pour dilapider toutes les forces qui s’épuiseront à ne pas vouloir voir émerger la nouvelle donne.

    C’est une réelle dilapidation humaine qu’on observe ici, rien d’autre, une plus grande encore était voulue par l’imposture, mais voilà, avec le temps, les nouvelles autorités souveraines vont la soumettre au fanatisme des peuples.
    Car il ne faut pas se contenter d’observer la surface des choses, le réel est que nous sommes face à des insensés dont les yeux ont été fascinés par l’ambition alors qu’ils devraient savoir que l’existant tel qu’il se vit actuellement n’est qu’une illusion créée par leurs aînés, à l’évidence ils n’ont pas tenu compte du poids de la couronne qui leur a été léguée, c’est une pacotille, certes, mais elle est alourdie du poids des crimes et des ravages qu’elle a provoquées et qui rendent indignes et exécrables toutes celles et ceux qui lui font allégeance.

    Cette guerre est une vraie guerre de religion où l’Ukraine n’est que le ring où combattent les champions des deux plus puissantes incarnations de ces philosophies opposées et hétérogènes, ça n’est pas un combat de boxe comme les autres si on l’on veut se référer à une telle métaphore, puisque là, même si le champion de l’imposture chancelle, qu’il est bientôt K.O, rien ne sera finit pour autant, la victoire n’est pas celle-là, car l’objectif c’est la destruction totale de l’école du champion vaincu, c’est sa philosophie qui doit être anéantie et le sera.

    De sorte que ce combat, même si il s’interrompait demain matin par une reddition de l’Ukraine, la guerre n’en serait pas pour autant finie, pas du tout même, il ne faudra pas moins de trois décennies pour que ce soit le cas.
    Non, rien ne sera finit, un épisode va prendre le relai, et c’est là qu’il est plus redoutable et incertain le futur, car il sera celui du combat des peuples.
    De nouvelles normes, visions de l’avenir, de nouveaux droits… ce sont de grandes réformes qui vont se mettre en place à l’issue du combat en Ukraine et, rien ne dit ni n’indique que cela se fera pacifiquement.

    Néanmoins, pour le camp occidental, le combat actuel est perdu et, il est absolument illusoire de s’imaginer que nous allons vivre les semaines à venir dans la crainte d’une nucléarisation de la planète, car quand l’adversaire de l’hégémon dispose d’informations obtenues durant plus d’un an sur la ministre des Affaires étrangères et éphémère Premier ministre de son plus virulent ennemi, jusqu’à savoir quels dessous portait chaque jours cette incompétence en jupon , c’est savoir absolument tout ce qui se tramait avec ses alliés, je demandais récemment comment les Russes faisaient pour savoir avec autant de précisions les choses, maintenant, nous savons.
    Donc, ça serait pure folie d’imaginer pouvoir les surprendre, quelles dispositions ont-t-ils déjà prises?
    Voilà une question avec laquelle aucun état-major sensé ne se risquerait à une attaque avant de l’avoir résolue.

  2. Là, l’hégémon est fixé en haut de son mât, il ne peut en descendre parce qu’en bas, le bât blesse sévèrement.
    C’est tout un ensemble de choses qui se revisitent ici, l’Histoire est témoin là, parce que les informations circulent au sein des opinions publiques mondiales, à l’hégémon, la Russie et à travers elle ses alliés proposent paix et justice.
    Voilà qu’elle reprend les accords céréaliers, non par peur, mais parce qu’elle est sûre d’elle et de sa force et sait que nul ne la frappera en premier.
    L’hégémon peut négocier points par points les conditions de sa reddition d’États à États, mais ce que garantiront ces États ne sera pas automatiquement validé par leurs peuples, parce que ceux-ci n’accepteront jamais que les liges officielles du camp perdant dispersées chez-eux puissent encore vaquer à les dominer alors que ces peuples sont majoritairement pour le camp russe, celui des vainqueurs, il n’y a que les forts en gueule qui ne prennent même pas de risques à l’écrit pour faire semblant de croire qu’ils sont seuls à soutenir le camp russe.
    Donc, les choses ne sont pas prêtes de s’achever.
    D’ailleurs, on voit bien les tentatives qui s’opèrent pour que les musulmans entre en guerre les uns contre les autres, c’est possible, ça peut arriver, il y a malheureusement chez-eux des peuples-valets qui ont des rois serviteurs… mais le risque nucléaire est minime là, par contre si un tel conflit aboutissait, les économies occidentales feraient un retour fulgurant aux grandes famines.
    Ça ne ferait qu’attiser encore plus la colère des peuples.

    C’est un retour à la morale qui nous arrive dessus, une morale qui demande, peut-on continuer à vivre et jouir en paix et sans remords de ce qu’on a acquis par la violence, le crime, la force et la ruse?

    Sacrée question, à laquelle il va falloir répondre rapidement.
    Parce qu’une autre question fera immédiatement suite, si ça tarde trop.
    Celles et ceux qui se sont vus dépouiller, n’ont-ils pas le droit à la vengeance et d’employer tous les moyens pour recouvrer leurs héritages?

    On vivait sous la loi du plus fort, c’est terminé, le soi-disant plus fort démontre à tous l’insignifiant pleutre qu’il est en vrai.
    Or, les peuples qui vivent sous son joug et se font dépouiller sans broncher ne sauraient revendiquer ni intelligence ou bravoure supérieures à celles de leurs oppresseurs, ils sont aussi coupables d’avoir montré autant de docilité, chaque individu dedans doit se remettre en question et cessez de se trouver de fausses excuses.
    Qui oserait boycotter la coupe du monde du Qatar, que disent les pétromonarchies quand on leur parle mal dorénavant, qui va oser imposer un prix aux hydrocarbures et ne rien payer d’autres… voilà, si même ceux-là ont plus peur, qui a peur à part les occidentaux?
    Nous nous sommes comportés comme des minables, admettons-le déjà, ce sera un bon départ.
    Possideo quia possideo (j’ai depuis que je possède) c’est fini!
    Il nous faut le clamer haut et fort et imposer qui on est.

    Poutine ne cesse de le dire et répéter si bien que ses partenaires et alliés se mettent à l’unisson.

    La France est dorénavant un problème pour le monde alors qu’elle vivait depuis des lustres comme une solution ou un espoir, c’est pourquoi, notre pays tel qu’il s’est laissé démonter puis réorganiser va connaître de violents remous parce que le peuple traditionnel, baptisé, doit être seul à en avoir commandement dessus, puisque la laïcité, c’est un leurre qui fait cantonner dans les ténèbres, le mensonge, les injustices et le faux pour le vrai.
    Nos censeurs sont allés trop loin dans leurs extravagances alors qu’ils ne sont capables de rien, sauf à faire régner le désordre.
    Ils sont dorénavant en butte avec la modestie du peuple sur qui ils ont fait peser les calomnies les plus sales, à la honte de celles et ceux plus instruits qui savaient mais n’ont rien fait pour le défendre et se sont contentés des aubaines qu’offrent leurs silences.
    Ils ont laissé se mettre en place une « france » où l’on est invité à plus s’amuser qu’à s’instruire, une « france » qui injurie en permanence qui elle est, fort heureusement pour nous, l’Histoire a un nouveau prix qu’il n’appartient pas aux puissances d’argent de définir, ça, c’est notre affaire, à nous Français, ça n’est plus une exclusivité blanche là, car ça aussi c’est changé.
    De nos jours en France, plus personne de sensé ne peut plus prêcher la douceur et la paix tant nous vivons dans le mépris et l’injustice.
    Peu importe alors le sort des faibles là, on a rendu sauvages nos têtes, alors, c’est aux bêtes sauvages auxquelles appartiennent les temps futurs, les non-génétiquement dominés n’accepteront pas ce avec quoi les esclaves volontaires se portent si bien.
    Les Russes ont déjà gagné leur guerre, mais, l’Occident, ne fait que commencer la sienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

15 + douze =