• jeu. Déc 8th, 2022

« Même si j’ai peur, je vais me battre » — Federico GARCIA NARANJO


Communiste, internationaliste, héros. Le jeune Colombien Alexis Castillo est tombé à Donetsk sous les tirs d’artillerie. Depuis 2014, il était enrôlé dans les milices populaires de cette république résistant au nettoyage ethnique et à l’agression militaire du gouvernement néonazi d’Ukraine contre la population civile du Donbass.

Originaire de Zarzal, dans le Valle, il s’est rendu très jeune en Espagne, où il a exercé divers métiers et s’est impliqué dans des mouvements sociaux et des organisations antifascistes, espaces qui lui ont permis d’accéder à la connaissance et à l’esprit critique. C’est là qu’Alexis est devenu communiste.

Engagement internationaliste

Après le coup d’État de 2014, la mise en place d’un gouvernement néo-nazi en Ukraine et le début de la guerre civile dans le Donbass, Alexis, lui-même espagnol, a compris que son devoir internationaliste était d’honorer la mémoire des milliers d’hommes et de femmes qui, en 1936, ont voyagé de différents pays vers l’Espagne pour combattre aux côtés des forces républicaines afin de résister au coup d’État fasciste.

Les Brigades internationales ont ainsi marqué une étape importante dans l’histoire de la solidarité internationale et Alexis a compris qu’il ne pouvait être inférieur à leur engagement. Lui aussi a dû monter au front pour défendre l’humanité contre le fascisme, partout où il a osé se montrer.

L’épisode qui a déterminé la décision d’Alexis a été les événements du 2 mai 2014 à Odessa, lorsque des centaines de nationalistes ukrainiens ont brûlé vifs 42 opposants au gouvernement de Kiev au siège des syndicats de cette ville. Ce massacre a fait prendre conscience à Alexis que la population ukrainienne russophone avait besoin de son aide.

Il est arrivé à Donetsk en ne parlant pratiquement pas russe, ce qui a d’abord rendu son adaptation difficile, mais son engagement, son dévouement et sa mystique révolutionnaire lui ont rapidement valu l’affection et le respect de ses camarades. Il y prend le nom de guerre d’Alfonso Cano, se fait des amis, tombe amoureux et a un fils, tisse des liens d’affection avec les habitants, devient un combattant exemplaire et est reconnu et décoré à de nombreuses reprises par ses supérieurs.

Il a été blessé trois fois, la dernière fois très sérieusement, ce qui lui a donné encore plus de force pour continuer. Dans une interview accordée à la télévision russe, où il a raconté les événements au cours desquels il a failli périr, il a déclaré : « Quand j’étais blessé, j’ai vu comme dans les films, j’ai tout vu comme dans les photos, du début à la fin de ma vie, mais la dernière chose que j’ai vue, quand j’ai vu mon fils, j’ai dit non, ce n’est pas le moment, je ne peux pas ». Il a donc survécu à une mine antipersonnel, interdite par la Convention de Genève, mais son commandant et deux de ses compagnons qui l’accompagnaient ce jour-là n’ont pas eu cette chance.

Un amoureux de la paix

Alexis a toujours prétendu être un communiste, un partisan des causes justes, un défenseur de la vie et un amoureux de la paix. Sa marche vers le Donbass ne visait pas à attaquer qui que ce soit mais à protéger la population civile des attaques de l’armée ukrainienne. Il savait que son travail consistait à éloigner la ligne de front des villes pour empêcher l’artillerie ennemie de les atteindre.

Dans son travail au milieu de la guerre, il a contribué à maintenir la population civile dans les meilleures conditions possibles, en apportant de la nourriture, de l’eau et des médicaments. Il a organisé un réseau de volontaires qui ont distribué de l’aide humanitaire. Il a pratiqué la solidarité agissante, l’amour efficace.

Sa vocation de dévouement ne s’est pas limitée aux discours ou aux paroles. Alexis a toujours été utile à ceux qui l’entourent. Quelqu’un qui, selon les mots de son ami, le journaliste et politologue russe Liu Sivaya, « ne vous a jamais apporté de problèmes, mais toujours des solutions ».

« Avec ses yeux ouverts »

Le président Gustavo Petro a reconnu la vie et le combat d’Alexis. Dans un tweet, il a souligné qu’il était un jeune révolutionnaire qui était parti à la guerre « les yeux ouverts », c’est-à-dire de son plein gré et convaincu de faire son devoir.

Sa phrase rappelait une chanson de Silvio Rodríguez à la mémoire d’Eliseo Reyes, le capitaine San Luis, un héros internationaliste tombé avec le Che en Bolivie, « bien-aimé, la clarté est près de moi ». Alexis, comme le capitaine, comme le Che, comme les brigadistes internationaux de 1936, a compris qu’il devait porter sa cohérence jusqu’aux dernières conséquences et offrir sa vie, si nécessaire, pour défendre ses convictions.

Car contrairement à ce que prétend une partie de la presse bien-pensante, Alexis n’était pas un mercenaire. Il n’était pas allé combattre sous contrat ou par l’intermédiaire d’une “société de sécurité” comme celle qui a organisé l’assassinat du président haïtien ou l’opération Gideon au Venezuela. Il n’était pas non plus un ancien militaire engagé pour se battre ou monter la garde, comme il y en a tant en Colombie et qu’ils sont devenus un produit d’exportation.

Non, Alexis est parti à la guerre de son plein gré et convaincu qu’il poursuivait une cause digne d’être défendue, la cause de la vie, de la paix et de l’autodétermination des peuples.

L’une de ses plus grandes préoccupations a toujours été que le monde sache ce qui se passe réellement dans le Donbass. La presse hégémonique a intentionnellement caché la guerre civile au public pendant huit ans, car les atrocités qui y ont été commises ne cadraient pas avec le récit de l’Ukraine en tant que victime qui nous a été colporté depuis lors.

Cette stratégie de dissimulation a contribué à faire croire à une grande partie de l’opinion publique que c’est la Russie qui a déclenché les hostilités en février de cette année, alors qu’en réalité elle a dû intervenir pour mettre fin à une guerre civile qui s’envenimait, s’enlisait et était brutale, et dont la population civile russophone faisait les frais.

Pour Alexis, il était essentiel que la vérité soit connue. Il a donc encouragé les journalistes à se rendre dans la région, a participé à des forums Internet et a fait de son mieux pour faire connaître ce qui se passait dans le Donbass.

Adieu

Le 28 octobre dernier, Alexis défendait avec trois camarades une position reprise aux forces ukrainiennes au nord de l’aéroport de Donetsk. Après avoir subi 22 pertes ennemies au cours d’une bataille acharnée, ils ont été touchés par un obus tiré par l’artillerie ennemie qui les a touchés de plein fouet. Ils ont été tués sur le coup.

Ni Alexis ni ses camarades n’ont souffert. Quelques heures plus tard, au milieu des tirs d’artillerie intenses, des unités des forces spéciales de la milice populaire ont sauvé les corps et les ont emmenés en lieu sûr pour leurs funérailles.

Le combat d’Alexis, son engagement politique, son dévouement à l’humanité, son immense générosité, son caractère bon et fraternel et sa constance jusqu’au bout ont fait de lui un héros de l’internationalisme révolutionnaire. Nous aurions aimé le rencontrer, partager ses expériences, l’inviter à prendre un café au siège de VOZ et lui souhaiter la bienvenue dans son pays.

Il nous reste son exemple, son sourire et sa réflexion : « Peu importe combien de fois je serai blessé, combien de fois je perdrai du sang, je serai prêt à me battre pour ce que je pense. Donc, même si j’ai peur, je vais me battre ».

Adieu, Alexis. Que la terre te soit douce.

Traduction Bernard Tornare

Source en espagnol





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

deux × 5 =