• mar. Déc 6th, 2022

Retours aux fondamentaux

ByVeritatis

Nov 6, 2022


  1. Campagne de dons Octobre 2022

    Chers amis lecteurs. Nous lançons une campagne de dons pour ce mois d’Octobre et nous comptons sur vous pour nous aider à continuer notre travail de réinformation. Comme vous le savez, l’entretien et le fonctionnement de notre site ont un certain coût, et nous dépendons presque entièrement de vos dons pour en assurer le financement. Réseau International a besoin de vous plus que jamais pour assurer la continuité de son travail de réflexion et de réinformation

    18 628,96 € atteint

par Patrick Reymond.

« Les combats qui ont lieu en Ukraine ont finalement peu d’importance. La guerre, la vraie, est entre l’Occident et la Russie, et elle se terminera lorsque l’un des deux camps s’effondrera. C’est exactement ce qui s’est passé pendant la Première Guerre mondiale, lorsque les Empires centraux se sont effondrés, à cause de l’économie, pas parce qu’ils avaient été vaincus sur le champ de bataille. Ce n’était pas le cas, les combats continuaient de se dérouler à l’extérieur de leurs frontières. Ils ont été vaincus quand, suite au blocus mis œuvre par la marine anglaise, plusieurs centaines de milliers de civils allemands sont morts de faim. La population a alors exigé la fin des combats, même si cela voulait dire accepter la défaite.

Les Russes produisent du blé, du gaz, du pétrole, des engrais, au-delà de leurs besoins. Les pénuries, pour eux, cela veut dire remplacer leurs BMW par des Lada. Cela ne touche pas le russe moyen, qui roule en Lada et ne prend pas l’avion ».

On peut rajouter :

« Chez nous, c’est autre chose, et on le verra vite. La Grande-Bretagne importe la moitié de sa nourriture. À cause de la pénurie d’engrais, les rendements agricoles vont s’effondrer, et on le sentira déjà en 2023 ».

C’est la prospective Deagel, avec des réductions de population importantes. Les pays occidentaux, eux, ne peuvent qu’imprimer de l’argent et rêver.

De fait, les empires centraux se sont bien effondrés militairement. Le premier pays à demander l’armistice, c’était la Bulgarie, devant la percée franco serbe, ensuite, l’empire ottoman, réduit à l’Anatolie, menacée militairement par la percée sur Istanbul, enfin, l’Autriche Hongrie, menacée par la même percée franco serbe, le front italien avait volé en éclat, et l’Autriche industrielle en rupture d’approvisionnement de denrées agricoles que la Hongrie se réservait.

L’alliance « germano-touranienne », s’est effondrée dans le Touran.

De fait, le seul front qui tenait très fragilement encore, c’était le front occidental, mais l’offensive préparée pour le 14 novembre 1918 aurait certainement réglé le problème vue la disproportion des forces en présence en Lorraine (6 divisions contre une cinquantaine). Le problème pour les alliés, c’est que la paix aurait été une « paix française ».

Le gros problème de l’Allemagne tout au long de cette guerre a été sa dépendance alimentaire aux importations, forte avant guerre, la carence de moyens de transports, face aux puissances maritimes. Fondamentalement, c’est la différence entre le transport maritime et le transport terrestre qui a été déterminante. On véhicule moins de marchandises avec les chemins de fer qu’avec un navire. Les entrepôts de l’armée allemande étaient remplis de munitions et d’armes, et les moyens de les acheminer, insuffisants. Et les moyens de transports avaient aussi la charge d’approvisionner les populations et l’industrie. Au bout de 4 ans, il est clair que le matériel ferroviaire avait beaucoup vieilli, était déjà insuffisant AVANT la guerre et encore plus pendant. De même, le réseau était surchargé.

Pour l’empire Ottoman, la déficience était pire encore, et les chemin de fer, de peu de capacités, ce qui a entrainé des pertes humaines énormes, plus par la famine et les épidémies que par les combats. Les soldats ottomans crevaient de faim et désertaient en masse. L’attaque contre le canal de Suez ne put se réaliser qu’avec 20 000 hommes.

Comme quoi, entreprendre une guerre, nécessite de gros stocks et beaucoup de marges sur les moyens. On voit que les occidentaux n’ont ni l’un ni l’autre pour l’Ukraine. Seulement une cuistrerie et une outrecuidance démentielle…

Pendant ce temps, les dépotés français débiles mentales profonds autant qu’incurables, se focalisent sur un « qu’ils retournent en Afrique ». Autre façon de reconnaitre, que pour les anti-raciste et woke, le continent, c’est un trou à merde. Pour l’Europe trou à merde, il faut simplement 2023.

On peut penser aussi avec raison, que ces « migrants » sont eux aussi, des débiles mentaux profonds et incurables. Se précipiter dans un continent qui a toutes les chances de connaitre famines, pandémies et qui va crever de froid, il faut le faire dans la bêtise.

« Si la Russie tient en Ukraine, le système impérial des États-Unis s’effondre. »

Pour l’essayiste, avec 1000 milliards de dollars de déficit sur les échanges de biens et les multiples signes de son décrochage tant sur le plan industriel que militaire, l’Amérique tient aujourd’hui le monde « par des symboles » qui masquent la réalité ainsi que par le règne du dollar, son système financier, Internet et la langue anglaise. Si la Russie survivait aux sanctions, la démonstration serait faite de la fin de sa capacité de contrôle et de contrainte. Les faiblesses de l’empire seraient mises au jour ».

source : La Chute



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cinq + neuf =