• jeu. Déc 1st, 2022

Si l’Europe coupe les liens avec la Russie

ByVeritatis

Nov 7, 2022


par Fulvio Scaglione

Les sabotages du Nord Stream et du pont de Crimée, au-delà de l’identité de leurs exécutants matériels, confirment une déconnexion de plus en plus rapide et violente entre la Russie et notre continent. Mais peut-on effacer des siècles d’histoire et d’identité en quelques mois ?

Même dans le langage courant, « couper les ponts » indique une rupture totale et définitive. Et c’est précisément une coupure de ponts, symbolique et concrète tout à la fois, qui s’est passée ces dernières semaines entre la Russie et l’Europe. D’abord l’attaque contre les gazoducs Nord Stream, le dernier et le plus important lien entre la Russie extractrice de gaz naturel et l’Europe à l’industrie transformatrice. Puis le pont de Crimée, un lien (ainsi qu’une attache) entre la Russie et le territoire de l’Ukraine. Il y a ceux qui abordent tout cela comme un derby, comme une manifestation d’encouragement pour tel ou tel prétendant. Et ceux qui vivent au moins toute l’angoisse du conflit dont ces actes sont l’expression. Mais il y a plus, si l’on regarde en perspective : la scission dramatique au sein d’un même continent, d’une même civilisation, d’une même histoire.

Les besoins de l’économie nous amènent à évaluer fréquemment les conséquences pratiques de la guerre en Ukraine. Quelle que soit la raison, et qui que ce soit à blâmer, il s’agit d’une situation absurde où le chancelier allemand Scholz va chercher du gaz dans le lointain Canada et ne peut plus en recevoir de la Russie voisine. Mais le drame réel et profond réside dans la faille continentale qui s’est produite et qui marquera, c’est désormais clair, le siècle que nous vivons. Et cette situation, même si elle relève d’une matière purement économique, annonce toutes les conséquences ultra- et extra-économiques possibles : dans les jours mêmes de l’attaque contre les gazoducs Nord Stream, puis dans les jours précédant immédiatement celle contre le pont de Crimée, les statistiques ont révélé le fait que la Chine achète désormais plus d’hydrocarbures (à hauteur de 220 millions de dollars par jour) à la Russie que toute l’Europe occidentale (150 millions par jour).

Ce n’est pas un hasard si le conflit implique directement l’Ukraine et la Russie, et indirectement la Biélorussie, la Pologne et les États baltes, c’est-à-dire l’immense région qui a toujours fait office de charnière entre l’Europe occidentale et l’Europe orientale et qui, précisément pour remplir cette fonction, a subi d’interminables changements de frontières, de régimes et de maîtres, s’enrichissant d’influences infinies et absorbant, souvent de manière traumatisante, d’infinies différences.

Jusqu’en 1989, l’Europe était artificiellement divisée par un haut et puissant mur idéologique mais, par essence, incapable de briser la cohésion intime du continent. L’archipel soviétique, du Moscou de l’Ukrainien Vasilyj Grossman au Prague de Milan Kundera, a produit des intellectuels et des artistes qui auraient été chez eux à Paris ou à Berlin, et la tombe d’Emmanuel Kant, le plus européen des philosophes, est restée miraculeusement intacte dans le Kaliningrad-Koenigsberg qui avait connu un siège féroce en 1945.

Depuis le 24 février, un mur de fer et de feu s’est à nouveau dressé, que l’invasion russe de l’Ukraine a inauguré, mais qui avait en quelque sorte été préparé au fil des ans par l’incapacité et le manque de volonté de trop d’acteurs européens qui oubliaient délibérément de se considérer comme faisant partie d’un tout, d’un ensemble. Aujourd’hui, nous assistons à un double retournement. Celle de l’Europe occidentale, qui tourne le dos à un Orient qui a eu le tort fondamental de ne pas adopter pleinement (et comment le pourrait-il ?) ses valeurs et ses critères. Et celle de l’Europe de l’Est, largement habitée territorialement par des Russes et des russophones, qui renonce à son ancrage occidental et s’engage dans un voyage plein d’inconnues pour tenter de s’arrimer à son Est, à l’Asie, principalement à la Chine.

Certes, un mouvement culturel s’est développé en Russie pour réévaluer la contribution historique des provinces éloignées de la partie européenne du pays. Mais la grande littérature, comme la musique, la peinture, l’architecture et la philosophie de la Russie sont européennes et l’Europe ne serait pas ce qu’elle est sans elles. Y a-t-il, en Russie, un écrivain influencé par l’humus asiatique qui puisse tenir la dragée haute à Dostoïevski ? Et quelqu’un dans notre partie du monde pourrait-il dire que Josip Brodsky est un écrivain soviétique et non un écrivain européen ? Ou que Nikita Mikhalkov, aujourd’hui partisan résolu du poutinisme et de l’opération spéciale en Ukraine, n’est pas un cinéaste pleinement, typiquement et magnifiquement européen ?

Les torsions auxquelles nous assistons sont des mouvements contre nature, qui ne profiteront à personne. Et ce sont des mouvements contre une histoire qui, malgré les narratifs actuels, a été dans l’ensemble plus convergente que divergente. Le grand érudit Sergey Soloviov a fait remarquer qu’alors que le roi Ferdinand le Catholique (Ferdinand II d’Aragon, époux d’Isabelle de Castille) conquiert Grenade et met fin à la présence des Arabes dans le cap sud-ouest de l’Europe, le tsar Ivan le Terrible affirme l’expansion de la Moscovie orthodoxe contre les khanats héritiers de la Horde d’or mongole dans le cap nord-est du même continent. Aller à l’encontre de l’histoire est toujours une mauvaise idée.

source : Arianna Editrice via Euro-Synergies



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

8 + 18 =