• mer. Déc 7th, 2022

Après avoir soutenu l’occupation des territoires palestiniens pendant 55 [ou 75] ans, à quoi donc la “gauche” israélienne s’attendait-elle exactement ? (Haaretz)

ByVeritatis

Nov 8, 2022


Que pensiez-vous qu’il allait se passer ? Que pensait la gauche sioniste, qui a sombré dans le coma après les accords d’Oslo ? Qu’il était possible de revenir au pouvoir en sortant du coma ? Les mains vides ? Sans alternative et sans leadership ? Sur la seule base de la haine de Netanyahou ? En dehors de cela, elle n’avait rien à offrir.

Personne ne devrait être surpris par ce qui s’est passé. Il ne pouvait en être autrement. Cela a commencé avec l’occupation – pardonnez cette mention ennuyeuse et clichée – mais c’est là que cela a vraiment commencé, et il fallait que cela culmine dans un gouvernement de racisme et de transfert. Cinquante ans d’appel à la haine contre les Palestiniens et de tactiques de peur à leur égard ne peuvent aboutir à un gouvernement de paix. Cinquante ans de soutien israélien presque total, de la part de la gauche et de la droite sionistes, à l’occupation, ne pouvaient se terminer autrement qu’avec Ben-Gvir comme héros populaire. Une occupation sans fin ne pouvait que conduire au gouvernement Benjamin Netanyahou-Itamar Ben-Gvir. Car si vous devez avoir une occupation, alors vous devez embrasser sa version authentique, celle qui l’endosse sans aucune gêne : la version Ben-Gvir.

Il était tout simplement impossible de continuer à entretenir les illusions – |un État] juif et démocratique, une occupation éclairée, une occupation temporaire – et tout ce répertoire de phrases fatiguées. Le temps de la vérité était arrivé, et c’est ce que Netanyahou et Ben-Gvir vont nous dire.

Hier, Israël s’est réveillé à l’aube d’un nouveau jour, dans lequel tous les balbutiements et les euphémismes appartiennent désormais au passé. Désormais, l’occupation n’est plus que cela, et il en va de même pour la suprématie juive en Israël. Désormais, le sionisme est promu au rang de racisme déclaré. Hier, la mort de la ligne verte a également été officiellement déclarée : l’occupation est ici, partout. Quiconque pensait que ce qui se passe à Yitzhar reste à Yitzhar ne faisait que se tromper. Quiconque pensait que Yesha est là et pas ici se trompait. Depuis longtemps maintenant, Yesha se rapproche à grands pas d’Israël, avec son nationalisme et son fondamentalisme enracinés, et pendant toutes ces années, personne ne s’est levé pour l’arrêter. Aujourd’hui, il est trop tard. Il y a deux jours, le mouvement a été achevé.

Il est inutile de poursuivre une campagne de blâme maintenant – Yair Lapid a siphonné les votes travaillistes, les travaillistes n’ont pas fusionné avec Meretz, Balad n’a pas rejoint la Liste commune. Ces choses n’auraient été que des analgésiques temporaires pour une maladie incurable. Même si tout cela ne s’était pas produit, rien du tableau général n’aurait été différent : la société qui s’est formée ici est en partie religieuse et en grande partie raciste, la haine des Arabes étant son principal carburant, et il n’y avait personne pour s’y opposer.

Ce qui s’est passé il y a deux jours n’a pas commencé il y a deux jours. Peut-être que c’est Golda Meir qui a commencé, peut-être Shimon Peres, mais quoi qu’il en soit, aucun de leurs successeurs n’a essayé de faire autrement pour endiguer la marée. Avez-vous vraiment pensé que Yair Lapid, un droitier modéré et creux, rempli de bonnes intentions, était capable d’offrir une alternative à Ben-Gvir ? Quelle alternative ? Tuer en douceur ? Embrasser Emmanuel Macron ? Maintenant, Israël a décidé qu’il préférait ne pas être doux quand il s’agit de tuer. Le prochain gouvernement évitera au moins l’autolissage.

Pendant des années, une gauche et un centre sans gouvernail qui manquaient de leadership et de courage ont désespérément tenté de ramper vers la droite et de lui ressembler. Il fallait que cela se termine avec Ben-Gvir et avec le Shas nationaliste. Il n’y avait pas d’autre issue possible.

Pendant des années, les Israéliens ont parlé du peuple élu, de l’Holocauste après lequel tout est permis, des Arabes qui veulent nous jeter à la mer, de notre droit à la terre en raison des récits bibliques, des FDI comme l’armée la plus morale du monde, de David contre Goliath, des Arabes israéliens comme une cinquième colonne, du monde entier qui est contre nous et que quiconque nous critique est un antisémite. Que pensions-nous qu’il ressortirait de tout cela ? En fait, Ben-Gvir a pris son temps. Il aurait pu faire son grand saut il y a longtemps. C’est ce qui arrive quand vous avez un Bolsonaro et pas de Lula en face de lui. C’est ce qui arrive lorsque les cris de “Mort aux Arabes”, qui seront désormais répétés dans les écoles lors de l’assemblée matinale, n’ont pas été accueillis par un seul cri de “Liberté pour les Arabes”. C’est là que ça a commencé, c’est là que ça se termine.

Gideon Levy
Source originale : https://www.haaretz.com/opinion/2022-11-03/ty-article/.premium/after-m…

Traduit par Fausto Giudice, Tlaxcala https://tlaxcala-int.blogspot.com/2022/11/gideon-levy-apres-avoir-soutenu.html





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

un × quatre =