• dim. Déc 4th, 2022

Ils accusent les confinements et les retards de soins associés d’être à l’origine de tous les décès cardiaques excessifs

ByVeritatis

Nov 8, 2022


et qualifient la responsabilité des vaccins de « théorie de la conspiration »

par Will Jones.

Après une brève période pendant laquelle les séquelles post-vaccinales ont été identifiées comme les principaux responsables de la forte augmentation du nombre de décès non-vaccinaux en 2022, cette théorie ne semble plus avoir la cote. Serait-ce parce qu’ils ont compris que si le virus est à blâmer, alors, par la même logique, les séquelles du vaccin sont également impliquées ?

Ni le vaccin ni le virus ne figurent dans les dernières explications de l’augmentation des décès dus aux maladies cardiaques et aux accidents vasculaires cérébraux. La British Heart Foundation a publié une analyse qui rejette la faute sur la réduction de l’accès aux soins de santé pendant la pandémie et sur les retards qui en ont résulté dans le système. Voici un article de la BBC à ce sujet :

« Selon une organisation caritative, les perturbations extrêmes des services du NHS sont à l’origine d’une forte hausse des décès dus aux maladies cardiaques depuis le début de la pandémie.

La British Heart Foundation (BHF) a déclaré que les retards des ambulances, l’inaccessibilité des soins et les attentes pour une intervention chirurgicale sont liés à 30 000 décès cardiaques supplémentaires en Angleterre. Elle a appelé à une nouvelle stratégie pour réduire les temps d’attente « inacceptables ».

Le gouvernement a déclaré qu’il investissait 500 millions de livres supplémentaires pour réduire la pression sur les ambulances et augmenter la capacité des hôpitaux.

La BHF a déclaré que son analyse suggère que 395 000 personnes en Angleterre pourraient être sur une liste d’attente pour un test ou une procédure cardiaque d’ici avril 2023 si les tendances actuelles se maintiennent, contre 224 000 avant le début de la pandémie de Covid.

Les médecins et les groupes représentant les patients sont de plus en plus préoccupés par le nombre élevé de décès, toutes causes confondues, enregistrés cette année. Selon les données de l‘Office for National Statistics, le nombre total de décès en Angleterre était 17% plus élevé que ce à quoi on aurait pu s’attendre au cours de la semaine se terminant le 21 octobre, sur la base de la moyenne des années précédentes.

Une partie de cette hausse peut encore s’expliquer par le Covid, qui a été mentionné sur 523 certificats de décès en Angleterre au cours de la semaine du 14 octobre. Un autre facteur pourrait être le vieillissement de la population. Les données relatives à la surmortalité ne tiennent pas compte du fait que les personnes âgées sont désormais plus nombreuses. Ce facteur pourrait être responsable de plus de la moitié de la surmortalité totale.

Une nouvelle analyse des données de mortalité par la BHF suggère que les maladies cardiaques figurent parmi les causes les plus courantes, responsables de 230 décès par semaine en plus des taux prévus depuis février 2020. L’organisme de bienfaisance a déclaré que les perturbations « importantes et généralisées » des services de soins cardiaques étaient à l’origine de cette augmentation. Son analyse des données du NHS a montré que 346 129 personnes étaient en attente de soins cardiaques urgents à la fin du mois d’août 2022, soit une augmentation de 49% depuis février 2020. Elle a précisé que 7 467 patients attendaient depuis plus d’un an une intervention cardiaque, soit 267 fois plus qu’avant la pandémie. Dans le même temps, le délai moyen d’intervention des ambulances en cas de suspicion de crise cardiaque est passé à 48 minutes en Angleterre, contre un objectif de 18 minutes, selon les derniers chiffres du NHS.

La BHF a déclaré que les difficultés d’accès aux soins en face-à-face avec les médecins généralistes et les hôpitaux peuvent également avoir contribué à cette augmentation. Elle cite une modélisation du NHS England qui suggère que la baisse du nombre de personnes faisant contrôler leur tension artérielle à cause de Covid pourrait entraîner 11 190 crises cardiaques et 17 702 accidents vasculaires cérébraux supplémentaires sur trois ans.

Michael Simmons, dans The Spectator, note l’étrange manque d’intérêt du gouvernement pour la cause de ces dizaines de milliers de décès.

Malgré la pression croissante exercée par les universitaires, les cliniciens et maintenant les organisations caritatives, le gouvernement manifeste toujours peu d’intérêt pour ce qui pourrait être considéré comme l’une des plus grandes crises sanitaires de notre histoire. Le ministre de la Santé de l’époque avait promis une enquête au début de l’année, mais nous en sommes à notre troisième gouvernement depuis lors. Un fonctionnaire de l’Office for Health Improvement and Disparities n’était même pas au courant qu’il s’agissait d’un sujet qu’il surveillait (il le fait) lorsqu’on lui a posé la question en début de semaine.

Le vide communicationnel sur cette question devient un problème. Les cliniciens de haut niveau commencent à s’inquiéter du fait que le manque d’attention du gouvernement et des services de santé alimente les théories du complot. Le Dr Charles Levinson, PDG de Doctorcall, m’a dit : « Le silence autour de la surmortalité non covidienne alimente les théories du complot – plus ça dure, plus ça empire. Si les autorités n’abordent pas correctement la question et n’en discutent pas, cela ne fera que saper davantage la confiance dans la santé publique ».

Les personnes préoccupées par les éventuels effets à long terme du vaccin ne sont pas les seules à être intriguées par la surmortalité. Certains adeptes des données m’ont contacté pour suggérer qu’il n’y a peut-être pas de décès excessifs du tout. Certains s’inquiètent du fait que les moyennes brutes utilisées par l’ONS ne tiennent pas compte du vieillissement de la population et des autres changements démographiques qui se produisent au fil du temps. Mais les personnalités les plus éminentes du monde universitaire de la statistique réfutent cette affirmation. Oui, les données de l’ONS sont brutes, disent-ils, mais ce n’est pas le seul résultat indiquant une augmentation de la surmortalité.

L’OHID utilise une méthodologie compliquée pour sa base de référence des décès moyens, qui tient compte de l’évolution de la population. Il constate une surmortalité dans 23 des 39 semaines de cette année. L’Institute and Faculty of Actuaries (qui se contente de comparer les décès à leur niveau de 2019) constate également une surmortalité : 1 388 décès pour la semaine du 21 octobre, soit un peu moins que l’ONS. Ainsi, trois sources distinctes, avec trois méthodologies différentes, trouvent la même chose. L’excès de décès n’est pas un « problème de données ». »

Il s’agit d’une bonne réponse à l’idée de « vieillissement de la population » avancée par la BBC ci-dessus pour expliquer potentiellement plus de la moitié des décès excédentaires. Nous pourrions également faire remarquer que, puisque la population n’a pas commencé à vieillir soudainement, si c’était l’explication, cela devrait se produire chaque année et nous verrions toujours ces décès excédentaires dus à un « problème de données ». Mais un rapide coup d’œil sur la dernière décennie montre que la surmortalité en 2022 est bien supérieure à celle de toutes les autres années.

Un consultant en médecine d’urgence m’a dit qu’à son avis, les types de problèmes cardiovasculaires qui font des pics et tuent des gens ne sont pas ceux que l’on attendrait d’un retard de traitement.

« L’absence d’optimisation thérapeutique anti-angineuse se traduit généralement par une augmentation de l’angine stable, et non par les syndromes coronariens aigus qui entraînent une fibrillation ventriculaire et une mort cardiaque subite chez les adultes.

À ce stade, il est très difficile de le prouver, mais la logique voudrait, en se basant sur la chronologie, que les décès soient directement attribuables aux effets cardiovasculaires des thérapies à ARNm, peut-être avec la négligence de l’enfermement qui augmente la vulnérabilité à ces dernières. Il est facile d’établir une corrélation entre les décès d’origine cardiaque et les thérapies par ARNm, alors que le TIV [coagulation sanguine] a été plus facilement corrélé à la thérapie par ADN (AstraZeneca). N’oubliez pas que la thérapie par l’ADN (AZ) n’est pratiquement plus sur le marché et qu’ils n’ont pas recommandé de rappels. Le moment où les événements cardiovasculaires se produisent est celui des thérapies à ARNm (Pfizer, Moderna).

Lorsque vous constatez un changement dans la santé d’une population (dans ce cas, un excès de mortalité toutes causes confondues et une hausse des maladies cardiovasculaires), vous devez examiner comment le comportement de la population a changé. Il n’y a que deux chevaux dans cette course – les lockdowns et leur effet sur la santé et l’accès aux soins, et les thérapies ARNm. Une hypothèse raisonnable serait que le premier a ouvert une vulnérabilité sur laquelle le second a capitalisé. »

Je suis sûr que le manque d’accès aux soins de santé pendant la pandémie et les retards dans les soins d’urgence jouent un rôle dans la surmortalité cardiaque et cérébrale. Mais pourquoi les responsables sont-ils si sûrs que les vaccins expérimentaux à ARNm et à ADN – dont les liens avec les problèmes cardiaques et de coagulation sanguine sont connus – qui ont été injectés à la grande majorité de la population ne jouent pas également un rôle ? Pourquoi cette possibilité n’est-elle même pas évoquée, sauf peut-être pour la rejeter comme une « théorie du complot » ? D’éminents cardiologues, les docteurs  Aseem Malhotra et Peter McCullough ainsi que le chirurgien général de Floride, le docteur Joe Ladapo, ont soutenu cette théorie, et des députés ont évoqué cette possibilité au Parlement. À quel moment les journalistes vont-ils traiter cette question avec le sérieux qui lui est dû, compte tenu notamment de la gravité de l’affaire, et se joindre aux appels à une enquête en bonne et due forme ?

source : Daily Sceptic via Le Blog Sam la Touch



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-neuf − 3 =