• jeu. Déc 8th, 2022

“Les non-vaccinés, groupe le plus discriminé”: retour sur les déclarations du nouveau chef de gouvernement de l’Alberta

ByVeritatis

Nov 8, 2022


Le 11 octobre 2022, Danielle Smith est officiellement devenue la nouvelle Première ministre de la province de l’Alberta (Canada). Aussitôt, elle a tenu à rassurer ceux qui avaient voté pour elle, rappelant ses promesses de campagne quant à la fin de toutes les restrictions sanitaires et de l’obligation vaccinale. Lors de la conférence de presse qui s’est tenue dans la Government House, elle n’a pas hésité à prendre la défense des personnes non-vaccinées, qui constituent selon ses dires « le groupe le plus discriminé que j’ai vu de toute ma vie ».

Des déclarations choc…

Le 11 octobre 2022, Mme Smith a été assermentée lors d’une cérémonie qui s’est déroulée au sein de la Government House. À cette occasion, elle a pris la parole pour souligner que les droits et les libertés des Albertains avaient été mis à rude épreuve au cours de la crise du Covid-19 et garantir qu’elle « veillerait à ce que ces droits et libertés soient protégés et ne soient plus jamais tenus pour acquis ».

« Les non-vaccinés ont été le groupe le plus discriminé que j’ai vu de toute ma vie », a-t-elle déclaré aux journalistes présents.

« Je ne pense pas avoir jamais connu une situation dans ma vie où une personne était licenciée de son emploi, n’était pas été autorisée à regarder ses enfants jouer au hockey, n’était pas été autorisée à rendre visite à un être cher dans un centre de soins de longue durée ou un hôpital, ou bien encore n’était pas été autorisée à prendre l’avion pour aller voir sa famille à l’autre bout du pays », a-t-elle encore ajouté.

…qui ont fait scandale

Aussitôt, des voix au sein de la gauche canadienne se sont élevées pour critiquer ces propos jugés scandaleux et “offensants” à l’égard des minorités : « Être non-vacciné est un choix. Faire partie de la communauté noire, de la communauté juive ou de la communauté 2SLGBTQ+ n’est pas un choix », lui a-t-il été reproché, rapporte Global News.

Le lendemain, devant la pression, Danielle Smith, a fait une déclaration concernant les commentaires prononcés la veille sans pour autant renoncer à ce qu’elle avait dit.

« Hier, j’ai fait des commentaires concernant la discrimination dont ont souffert les personnes non vaccinées au cours des deux dernières années. Mon intention était de souligner le mauvais traitement des personnes qui ont choisi de ne pas se faire vacciner et qui ont été punies par des interdictions de travailler, voyager ou, dans certains cas, voir leurs proches […] Je tiens à préciser que je n’avais pas l’intention de banaliser de quelques manières que ce soit la discrimination à laquelle sont confrontées les communautés minoritaires et d’autres groupes persécutés, ici au Canada et dans le monde entier, ni de créer de fausses équivalences avec la terrible discrimination et persécution historiques subies par tant de groupes minoritaires au cours des dernières décennies et des derniers siècles […] Nous devons travailler activement ensemble en tant qu’Albertains et Canadiens pour mettre fin à toute discrimination contre toutes les communautés minoritaires », a déclaré M. Smith.

Durant la campagne, celle qui allait devenir quelques semaines plus tard Première ministre de l’Alberta, avait présenté aux électeurs son projet de loi sur la souveraineté, mesure phare de son programme. Un projet en rupture avec ce qu’elle avait qualifié « d’intrusion “anarchique” de M. Trudeau dans les juridictions provinciales », notamment en matière de politique sanitaire et énergétique.

Si Danielle Smith entend réaffirmer les droits constitutionnels de l’Alberta, cette loi devrait néanmoins être conçue dans le respect des droits constitutionnels et se conformer aux décisions de la Cour suprême du Canada, plus haute juridiction du pays.





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 × 1 =