• jeu. Déc 1st, 2022

le retrait de troupes russes de la rive droite du fleuve Dniepr se poursuit — RT en français

ByVeritatis

Nov 11, 2022



Notre journaliste Vera Gaufman revient sur le retrait de troupes russes troupes situées sur la rive droite du Dniepr dans la région de Kherson, annoncé le 9 novembre.

«Dans le secteur de Nikolaïev, Krivoï-Rog, les unités du groupement de troupes russes se déplacent vers des positions préparées sur la rive gauche du Dniepr, en stricte conformité avec le plan qui a été approuvé», a déclaré ce 10 novembre le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konachenkov.

La veille, le patron de ce même ministère, Sergueï Choïgou, avait ordonné le retrait de forces présentes sur la rive droite du fleuve Dniepr dans la région de Kherson. Une décision «difficile», avait reconnu le 9 novembre le général Sergueï Sourovikine, responsable des forces se trouvant dans les territoires de l’«opération militaire spéciale» en Ukraine. Estimant «vain» de maintenir un groupement sur cette rive du fleuve, le haut gradé suggérait un redéploiement défensif le long de la rive gauche, afin de préserver les vies et la capacité de combat des forces russes dans cette zone.

Les Ukrainiens méfiants

L’annonce de ce retrait avait été reçue avec une «extrême prudence» par la partie ukrainienne. «L’ennemi ne fait pas de cadeau et ne manifeste pas de geste de bonne volonté», déclarait le soir du 9 novembre le président ukrainien Volodymyr Zelensky dans son message quotidien aux Ukrainiens. Disant ne pas pouvoir «ni confirmer, ni infirmer» la réalité du retrait russe, le général Oleksiï Gromov, haut responsable de l’état-major ukrainien, a pour sa part déclaré à la presse ce 10 novembre que «l’ennemi n’a pas eu d’autre choix que de fuir».

La ville de Kherson a été prise par les troupes russes début mars, quelques jours après le lancement de l’offensive russe en Ukraine. Elle est la capitale administrative de la région éponyme, ayant rejoint la Fédération de Russie à la suite de l’organisation en septembre d’un référendum local. Kiev et ses alliés occidentaux ont contesté toute légitimité à ce scrutin et dénoncé une «annexion» de la part de la Russie, considérant toujours la région de Kherson comme partie intégrante de l’Ukraine.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

trois × cinq =