• mer. Déc 7th, 2022

Sun Tzu entre dans un bar de Kherson

ByVeritatis

Nov 11, 2022


par Pepe Escobar.

Accord ou pas, le général Winter arrive en ville – prêt à divertir son invité d’honneur Sun Tzu avec autant de nouveaux plats à leur table.

L’annonce de la retraite de Kherson pourrait avoir signalé l’un des jours les plus sombres de la Fédération de Russie depuis 1991.

Quitter la rive droite du Dniepr pour établir une ligne de défense sur la rive gauche peut relever du bon sens militaire. Le général Armageddon lui-même, depuis son premier jour de travail, avait laissé entendre que cela était peut-être inévitable.

En l’état actuel de l’échiquier, Kherson se trouve du « mauvais » côté du Dniepr. Tous les habitants de l’oblast de Kherson – 115 000 personnes au total – qui souhaitaient être relogés sous des latitudes plus sûres ont été évacués de la rive droite.

Le général Armageddon savait que cela était inévitable pour plusieurs raisons :

Pas de mobilisation après que les plans initiaux de l’opération militaire spéciale aient mordu la poussière ; destruction des ponts stratégiques sur le Dniepr – avec un pilonnage ukrainien méthodique de trois mois des ponts, ferries, pontons et jetées ; pas de deuxième tête de pont au nord de Kherson ou à l’ouest (vers Odessa ou Mikolaïv) pour mener une offensive.

Et puis, la raison la plus importante : l’armement massif associé à la gestion de facto de la guerre par l’OTAN s’est traduit par une énorme supériorité occidentale en matière de reconnaissance, de communications, de commandement et de contrôle.

Au final, la retraite de Kherson peut être une perte tactique relativement mineure. Pourtant, sur le plan politique, c’est un désastre absolu, un embarras dévastateur.

Kherson est une ville russe. Les Russes ont perdu – même temporairement – la capitale d’un tout nouveau territoire rattaché à la Fédération. L’opinion publique russe aura d’énormes difficultés à absorber la nouvelle.

La liste des points négatifs est considérable. Les forces de Kiev sécurisent leur flanc et peuvent libérer des forces pour attaquer le Donbass. L’armement par l’Occident collectif reçoit un coup de pouce majeur. Les HIMARS peuvent maintenant potentiellement frapper des cibles en Crimée.

Les perspectives sont terribles. L’image de la Russie dans l’ensemble du Sud global est gravement ternie ; après tout, cette décision équivaut à l’abandon du territoire russe, tandis que les crimes de guerre ukrainiens en série disparaissent instantanément du « récit » principal.

Il y a longtemps que les Russes auraient dû, au minimum, renforcer leur principale tête de pont stratégique sur la rive ouest du Dniepr afin qu’elle puisse tenir – à moins d’une inondation largement prévue du barrage de Kakhovka. Et pourtant, les Russes ont également ignoré la menace de bombardement du barrage pendant des mois. Cela dénote une mauvaise planification.

Maintenant, les forces russes vont devoir conquérir Kherson une nouvelle fois. Et en parallèle, stabiliser les lignes de front, tracer des frontières définitives, puis s’efforcer de « démilitariser » définitivement les offensives ukrainiennes, soit par la négociation, soit par des bombardements en tapis.

Il est assez révélateur qu’un grand nombre de spécialistes des renseignements de l’OTAN, des analystes aux généraux à la retraite, se méfient de l’initiative du général Armageddon : ils y voient un piège élaboré ou, comme le dit un analyste militaire français, « une opération de tromperie massive ». Du pur Sun Tzu. Cela a été dûment intégré dans le récit officiel ukrainien.

Donc, pour citer Twin Peaks, ce classique de la culture pop subversive américaine, « les hiboux ne sont pas ce qu’ils semblent ». Si c’est le cas, le général Armageddon chercherait à mettre à rude épreuve les lignes d’approvisionnement ukrainiennes, à les séduire pour qu’elles s’exposent, puis à s’engager dans une chasse massive à la dinde.

Soit c’est Sun Tzu, soit un accord est en préparation et coïncide avec le G20 qui se tiendra la semaine prochaine à Bali.

L’art de l’accord

Une sorte d’accord semble avoir été conclu entre Jake Sullivan et Patrouchev.

Personne n’en connaît vraiment les détails, même ceux qui ont accès aux flamboyants informateurs de la 5ème Colonne à Kiev. Mais oui – l’accord semble inclure Kherson. La Russie garderait le Donbass mais n’avancerait pas vers Kharkiv et Odessa. Et l’expansion de l’OTAN serait définitivement gelée. Un accord minimaliste.

Cela expliquerait pourquoi Patrouchev a pu prendre l’avion pour Téhéran en même temps que l’annonce de la retraite de Kherson, et s’occuper, en toute décontraction, de très importantes affaires de partenariat stratégique avec Ali Shamkhani, secrétaire du Conseil suprême de sécurité nationale d’Iran.

Il se peut également que l’accord ait été le « secret » incorporé dans l’annonce de Maria Zakharova selon laquelle « nous sommes prêts à négocier ».

Les Russes quitteront les rives du Dniepr dans le cadre d’une retraite militaire organisée. Cela ne serait pas possible sans négociations entre militaires.

Ces négociations par voie détournée se déroulent depuis des semaines. Le messager est l’Arabie saoudite. L’objectif américain, à court terme, serait de parvenir à une sorte d’accord Minsk 3 – avec Istanbul/Riyad en annexe.

Personne ne prête la moindre attention au clown coké Zelensky. Sullivan est allé à Kiev pour présenter un fait accompli – en quelque sorte.

Le Dniepr sera – en théorie – la ligne de front réglée et négociée.

Kiev devra avaler une ligne de contact gelée à Zaporijia, Donetsk et Lougansk – Kiev recevant de l’électricité de Zaporijia, donc cessant de bombarder ses infrastructures.

Les États-Unis proposeraient un prêt de 50 milliards de dollars, plus une partie des actifs russes confisqués – c’est-à-dire volés – pour « reconstruire » l’Ukraine. Kiev recevrait des systèmes modernes de défense aérienne.

Il ne fait aucun doute que Moscou n’acceptera aucune de ces dispositions.

Notez que tout cela coïncide avec le résultat des élections américaines – où les démocrates n’ont pas vraiment perdu.

Pendant ce temps, la Russie accumule de plus en plus de gains dans la bataille pour Bakhmout.

On ne se fait aucune illusion à Moscou sur le fait que ce crypto-Minsk 3 serait respecté par l’Empire « incapable de respecter un accord ».

Jake Sullivan est un avocat de 45 ans qui n’a aucune expérience stratégique et dont « l’expérience » se résume à faire campagne pour Hillary Clinton. Patrouchev peut le manger au petit-déjeuner, au déjeuner, au dîner et au goûter de fin de soirée – et vaguement « accepter » n’importe quoi.

Alors pourquoi les Américains sont-ils prêts à tout pour proposer un accord ? Parce qu’ils pressentent peut-être que la prochaine action des Russes, avec l’arrivée du général Winter, devrait permettre de gagner définitivement la guerre aux conditions de Moscou. Cela inclurait la fermeture de la frontière polonaise par un mouvement de longue portée, depuis la Biélorussie. Avec les lignes d’approvisionnement en armes coupées, le destin de Kiev est scellé.

Accord ou pas, le général Winter arrive en ville – prêt à divertir son invité d’honneur Sun Tzu avec de nombreux nouveaux plats à leur table.

Pepe Escobar

source : Strategic Culture Foundation

traduction Réseau International



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatre × 1 =