• mar. Déc 6th, 2022

Vivons-nous dans une simulation ? Il n’y a qu’un seul moyen d’en être sûr

ByVeritatis

Nov 13, 2022


par Jade.

Le philosophe et mathématicien de l’université d’Oxford Nick Bostrom est considéré comme le père de l’hypothèse moderne de la « simulation de la réalité ».

Dans son étude de 2003, Bostrom affirme que notre réalité est une simulation informatique créée par une civilisation hautement développée.

L’astronome David Kipping de l’université Columbia, en étudiant ce concept, a accordé une attention particulière à trois aspects (mieux connus sous le nom de « trilemme de Bostrom » ou l’hypothèse de simulation), chacun d’entre eux étant capable de constituer un scénario indépendant de la réalité :

En général, les civilisations s’autodétruisent avant d’avoir l’occasion de créer des simulations de la réalité ;

Les civilisations avancées ne sont pas intéressées par la création de simulations de la réalité ;

Nous vivons presque certainement à l’intérieur d’une simulation informatique.

Bostrom explique qu’au moins une des trois affirmations doit être vraie. C’est tout à fait logique.

Kipping a combiné les deux premières hypothèses car elles mènent au même résultat : nous ne vivons pas dans une simulation. Ainsi, la probabilité que nous vivions dans une simulation informatique était de 50%.

« Je ne penche pour aucune des affirmations, mais j’essaie de systématiser les données avec lesquelles je travaille », a expliqué M. Kipping.

Même un enfant pourrait deviner la probabilité de 50%, mais pourquoi est-elle si importante dans ce cas ?

Penchons-nous sur un avenir proche

Si un jour l’humanité parvient à créer une simulation de la réalité, même si elle est plutôt tordue et bâclée, alors la probabilité que nous soyons nous-mêmes dans une simulation sera déjà supérieure à 50%. C’est ce qu’explique le « principe des poupées russes » envisagé par Bostrom et Kipping.

Les poupées matryoshka (russes) sont un ensemble de poupées en bois de taille décroissante placées les unes dans les autres

Un ensemble de poupées russes se compose d’une figurine en bois, qui se sépare au milieu, de haut en bas, pour révéler à l’intérieur une plus petite figurine de la même sorte, qui a, à son tour, une autre figurine à l’intérieur, et ainsi de suite.

« Plus les réalités différentes sont intégrées dans la simulation, plus l’ordinateur doit être puissant, responsable de la réalisation d’une telle « poupée russe ». Cependant, plus les « personnages de la simulation » descendent dans le « terrier du lapin », moins ils ont besoin de puissance pour créer leurs propres simulations. »

Supposons que, pour créer la réalité la plus fiable, nous utilisions le principe des superpositions quantiques (« l’image de la réalité » n’existe qu’au moment où elle a un observateur), ce qui permettra d’économiser considérablement des ressources informatiques.

Si cette approche s’avère efficace et que la simulation générée semble très fiable, nous pourrons alors, en observant la simulation de l’extérieur, essayer de trouver des « défaillances dans notre propre matrice ».

En outre, il est possible que les personnages de la simulation que nous avons créée, à un moment donné, pensent également à l’irréalité de ce qui se passe et essaient de commencer à créer leurs propres simulations.

À ce moment-là, le « terrier du lapin » deviendra plus profond, et nos conclusions sur l’irréalité de ce qui se passe recevront des preuves convaincantes.

Aujourd’hui, il est impossible de prouver ou de réfuter de telles affirmations. Si nous créons notre propre simulation avant que l’effondrement civilisationnel ne se produise, il est fort probable que nous vivions dans une simulation que quelqu’un d’autre a également créée.

Compte tenu de la vitesse à laquelle les technologies de réalité virtuelle font irruption dans nos vies, nous sommes déjà à deux doigts de la génération de réalités parallèles.

Comme l’a dit Elon Musk : « La probabilité que nous ne vivions pas dans une simulation informatique est d’une sur des milliards. »

source : Aube Digitale



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 × deux =