• sam. Déc 10th, 2022

soutenus par le maire, des manifestants exigent des examens scolaires en basque (VIDEOS) — RT en français

ByVeritatis

Nov 14, 2022



Des défenseurs de la langue basque se sont rassemblés à Bordeaux avec le soutien du maire Pierre Hurmic pour réclamer de pouvoir passer tous leurs examens scolaires, comme le brevet des collèges ou le bac, en basque.

Plusieurs centaines d’élèves, parents et professeurs se sont rassemblés sur le parvis des Droits-de-l’Homme, le 14 novembre à Bordeaux, pour revendiquer le droit des collégiens et des lycéens à passer tous leurs examens en langue basque.

C’est très important, c’est notre identité, c’est notre culture

«On aimerait que le brevet des collèges soit corrigé en basque, et aussi le baccalauréat», explique Chantal Oyhamburu, enseignante et parent d’élève de 49 ans. «C’est très important, c’est notre identité, c’est notre culture, on la défend depuis qu’on est tout petit et on la défendra toujours», a déclaré à l’AFP Maika Brust, professeur d’EPS de 28 ans au lycée Bernat Etxepare à Bayonne.

Les manifestants dénoncent la dernière réforme du baccalauréat, en 2017, qui a supprimé la possibilité de passer certaines épreuves − histoire-géographie et mathématiques − en langue basque. Idem pour le brevet : «On a un veto du ministère sur l’épreuve de sciences», corrigée par des correcteurs non bascophones, a déploré Peio Jorajuria, 43 ans, président de Seaska, auprès de l’AFP.

Soutien du maire écologiste Pierre Hurmic

Le maire EELV de Bordeaux Pierre Hurmic, originaire du Pays basque, est venu apporter son soutien aux manifestants. «Je suis vraiment attaché à la biodiversité des langues, des cultures dans le monde, ces atouts indispensables à la survie des peuples», a-t-il déclaré. Il a précisé que lui-même n’était pas bascophone.  

Environ 4 200 élèves de tous niveaux, répartis dans 38 établissements scolaires publics et privés, suivent actuellement un enseignement en basque, selon la fédération Seaska. «Après avoir effectué tout l’apprentissage en euskara, il est indispensable que les examens validant ces études, le brevet comme le bac, puissent être passés en langue basque, afin que son enseignement soit reconnu», considère son directeur, Hur Gorostiaga.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

9 + 11 =