• lun. Nov 28th, 2022

les géants de l’agroalimentaire, mégapollueurs


15 novembre 2022 à 10h18,
Mis à jour le 15 novembre 2022 à 11h35

Durée de lecture : 2 minutes

Climat
Pollutions

Si les plus grandes entreprises de viande et de produits laitiers formaient un État, il trônerait au dixième rang des pays les plus émetteurs de gaz à effet de serre. Le 15 novembre, l’Institute for Agriculture and Trade Policy et la Changing Markets Foundation ont sorti un rapport — pas encore disponible en ligne — qui évalue pour la première fois les émissions de méthane de quinze de ces entreprises. Verdict ? Celles-ci émettent environ 12,8 millions de tonnes de ce puissant gaz à effet de serre.

Combinées, les émissions de méthane de ces géants de l’industrie agroalimentaire approchent celles de l’Union européenne (83 %), dépassent de peu celles de la Russie (115 %) et surclassent largement celles de l’Australie (355 %), du Canada (377 %) ou encore de l’Allemagne (705 %). « Les émissions de méthane des grandes entreprises de viande et de produits laitiers rivalisent avec celles des États-nations, mais cachent leur empreinte climatique colossale derrière un vernis de greenwashing et des objectifs nets zéro », dénonce Shefali Sharma, la directrice européenne de l’Institute for agriculture and trade policy.

Manque de transparence des multinationales évaluées

Le rapport pointe par ailleurs le manque de transparence des multinationales évaluées, parmi lesquelles les entreprises françaises Lactalis et Danone. « Elles ont reçu un laissez-passer gratuit pour polluer dans le cadre du Global Methane Pledge, s’alarme Nusa Urbanic, directrice de campagnes de Changing Markets Foundation. Les gouvernements devraient les obliger à déclarer et à réduire leurs émissions et obliger ces entreprises extrêmement riches à mettre leur argent là où elles le disent et à investir dans de vraies solutions climatiques. »

Coïncidence de calendrier ? Le 17 novembre, quarante pays devraient publier des plans nationaux sur le méthane, lors d’une réunion ministérielle sur le Global Methane Pledge à la COP27. Si ce composé chimique ne reste dans l’atmosphère qu’une décennie, son potentiel de réchauffement est quatre-vingt fois supérieur à celui du dioxyde de carbone sur une période de vingt ans. Au regard des politiques actuelles, les émissions de méthane devraient continuer d’augmenter de 30 % entre 2015 et 2050.

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d’une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-huit − 1 =