• jeu. Déc 1st, 2022

Après la chute d’un missile en Pologne, un renforcement de l’OTAN en Europe de l’Est ? (ENTRETIEN) — RT en français

ByVeritatis

Nov 16, 2022



Interrogée par RT France, Karine Bechet-Golovko fait le point sur la situation après la chute d’un missile en territoire polonais. Selon elle, l’OTAN pourrait se saisir de cette affaire pour renforcer sa présence militaire aux portes de la Russie.

Karine Bechet-Golovko, professeur invitée à l’université d’Etat de Moscou, est revenue ce 16 novembre pour RT France sur les conséquences de la chute d’un missile en Pologne, qui a tué deux civils.

Si les Etats-Unis et l’OTAN ont pris leurs distances vis-à-vis des accusations du président ukrainien Zelensky pour qui la Russie serait responsable, l’Alliance atlantique pourrait se saisir de l’événement pour renforcer sa présence militaire en Europe, selon Karine Bechet-Golovko. «Le plus important c’est de voir les décisions politiques et militaires qui vont suivre. On voit déjà Stoltenberg lancer l’OTAN vers un renforcement de la présence – notamment en Pologne mais pas seulement – des systèmes de défense anti-aérienne», a-t-elle ainsi estimé, soulignant que ces systèmes étaient sources de conflit entre la Russie et l’OTAN, puisque Moscou considère qu’ils ont un pouvoir offensif.

«Il est tout à fait possible que cette mise en scène extrêmement dangereuse conduise à un renforcement de la présence militaire de l’OTAN et des Etats-Unis aux frontières de la Russie», analyse la professeur, pour qui cela constituerait «déjà en soi est une aggravation du conflit».



Source link

One thought on “Après la chute d’un missile en Pologne, un renforcement de l’OTAN en Europe de l’Est ? (ENTRETIEN) — RT en français”
  1. Renforcer leur présence pourquoi faire?
    La guerre?
    Ont-ils les moyens de la mener et de la gagner dans les temps impartis, la réponse est non, puisque, si l’on comprend bien ce que disent les Russes et leur chef Vladimir Poutine, les décisions sont prises depuis le début de l’opération spéciale pour le développement qui en suivrait, c’est à dire qu’une intervention directe des forces otaniennes entrainerait et impliquerait directement le territoire américain à l’exposition de frappes nucléaires, il n’y aura aucun autre scénario.

    Mobiliser des troupes qui resteraient en attente durant une période de temps imprévisible implique un déploiement de moyens matériels, financiers et humains que nos économies ne peuvent déjà plus supporter, si en plus il faut aux mêmes bellicistes de pacotille être prêts aussi bien à intervenir vis-à-vis de la Chine qui a bien compris maintenant que plus elle jouera l’attentisme et la prudence quant à Taïwan, moins il lui sera facile de réunifier son territoire puisqu’elle laisse du temps à ses adversaires de se mettre en capacité de lui faire échec.

    L’Iran n’est plus une peur pour israël, c’est la terreur même.
    On ne peut plus se contenter de n’observer que ce qui se déroule en Ukraine et aux frontières de la Russie, l’Occident est implicitement invité par le monde non-occidental à se ressaisir ou alors s’impliquer dans un conflit majeur dans lequel il n’a pas les plus infimes chances de survivre, la bête est gravement blessée et atterrée dans son coin, certes, elle peut charger dans un dernier baroud d’honneur, mais face à des dizaines de canons, elle foncera peut-être sur l’un d’entre-eux et le blessera, mais elle ne survivra pas.
    Si, l’Iran dévoile au monde qu’il a la technologie de la balistique hypersonique, c’est qu’il n’est pas au niveau du prototype, or, ce pays hyper surveillé a pu mener comme il l’entendait tous les développements militaires qu’il voulait, alors que la bande de fauconneaux était rivée sur ses capacités nucléaires… pour lesquelles ils sont dorénavant sans accord, il n’y a que de faibles et stupides imbéciles pour être aussi arrogants et mépriser ainsi les aptitudes des autres, alors, très franchement s’ils veulent aller au combat ou constituer une illusion de menace, envers ceux devenus plus forts qu’eux, qu’ils fassent, dans un cas comme dans l’autre, ils perdent tout.

    Dans tous les cas de figures, ils perdent! celui où ils perdraient le moins, est justement celui qu’ils ne voulaient absolument pas et qu’ils pensaient résoudre par la guerre… la ruine que va leur provoquer le krach boursier qui arrive en galopant et est directement provoqué par leurs adversaires qui ne se laisseront plus mitonner par eux, aux sanctions, c’est fini.

    Je l’ai dit depuis longtemps, le zéro covid chinois est une arme imparable.
    Elle va encore s’activer cet hiver et, ça va pas être une sinécure pour nos économies avec tous les différents remous qui vont s’ébranler dans le même espace temps.
    Malheureusement, Mme Bechet-Golovko est trop imprégnée par ses paradigmes devenus trop naturels chez elle pour qu’elle s’en défasse au gré des situations et de leurs évolutions, il lui faudrait savoir faire le poirier sur les un matelas d’eau pour observer stablement tout ce qui se passe dans toutes directions, on peut admettre que parfois ça soit pas facile.
    Je crois plutôt qu’il va y avoir une certaine prise de conscience au niveau de la valétaille de l’Otan, cette situation qui a mené chacun au bord du précipice de la réalité, va engendrer une prise de conscience du réel chez certains, sinon au sein de leurs peuples, les choses vont changer, mais pas forcément comme elle le pense, même si effectivement la bande de bécassots fauconneaux va continuer à produire les mêmes éléments de langage.
    Elle ne devrait pas négliger que suite à l’attentat perpétré sur son sol, la Turquie a dit qu’elle envisageait d’étudier la valeur de son alliance avec un partenaire, les USA, qui soutiennent ceux qu’elle accuse de l’attaquer lâchement, ce sont des choses à observer attentivement pour la suite, car la Turquie ne pourra jamais vivre avec un pied dans l’Otan et l’autre dans les BRICS, c’est pas possible, l’heure des choix se précise et, franchement, perdre la Turquie pour récupérer la Suède et la Finlande, ça serait une défaite sans nom.
    À la vérité, si la Russie réciproquement se mettait à déployer des armes chez certains de ses alliés, personne en Occident ne bougerait, sauf pour aller vomir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

deux × 4 =