• jeu. Déc 8th, 2022

L’Autriche s’apprête-t-elle à vivre un séisme politique ? – Les moutons enragés

ByVeritatis

Nov 16, 2022


Le parti autrichien de la liberté, hostile à l’immigration et aux sanctions, est désormais à égalité en tête des sondages

Alors que l’Europe est confrontée au double défi d’une crise économique et d’une crise de l’immigration, les partis à travers l’Europe connus pour leur position ferme contre la migration de masse voient leur popularité augmenter massivement, et l’Autriche n’est pas différente.

Maintenant, un nouveau sondage montre que le Parti de la liberté d’Autriche (FPÖ) conservateur est à égalité pour la première place pour la première fois depuis 2017.

Cet été, le SPÖ, parti de gauche, était encore en tête dans tous les sondages avec jusqu’à 8 points de pourcentage, mais le parti subit actuellement une baisse substantielle de son soutien, selon une vague de nouveaux sondages, dont un de la Société Lazarsfeld qui montre que le parti FPÖ, dirigé par Herbert Kickl, est maintenant à égalité avec le SPÖ en première place avec 26 %.

En deuxième position se trouve le parti conservateur ÖVP (21 %), qui dirige actuellement le pays dans le cadre d’une coalition avec le parti des Verts (11 %).

Herbert Kickl, le leader du FPÖ, bénéficie d’un regain de soutien pour sa double position contre l’immigration et les sanctions contre la Russie.

Ce n’est pas non plus le seul sondage montrant un bond de la popularité du FPÖ, le sondage de Politico plaçant le FPÖ à deux points du SPÖ.

Comme Remix News l’a précédemment rapporté, le SPÖ, parti de gauche, a obtenu de mauvais résultats lors des élections régionales au Tyrol, tandis que le FPÖ a surperformé, les résultats de cette région servant de baromètre pour le reste du pays.

Cependant, depuis ce vote le mois dernier, la crise de l’immigration à laquelle le pays est confronté n’a fait qu’empirer, et les partis au pouvoir ont montré qu’ils avaient peu de solutions pour mettre fin à l’immigration incontrôlée dans le pays.

« L’Autriche est actuellement fortement sollicitée par l’immigration clandestine. La contribution que nous apportons en Europe est disproportionnée. La politique migratoire de l’UE a échoué. Il n’y a toujours pas de protection forte des frontières extérieures de l’Union européenne, et la réalité du problème est ignorée« , a déclaré au début du mois le leader de l’ÖVP, le chancelier autrichien Karl Nehammer, au journal autrichien Kronen Zeitung.

L’Autriche avait déjà reçu plus de 56 000 demandes d’asile en août et les experts s’attendent à un nouveau record de demandes cette année, éclipsant même la crise des réfugiés de 2015 et 2016.

Le FPÖ est le seul grand parti à s’opposer aux sanctions contre la Russie

Cependant, la vague de migrants n’est pas le seul facteur de soutien au FPÖ.

Le parti a appelé de manière agressive à la fin des sanctions contre la Russie, demandant même l’organisation d’un référendum sur la fin de toutes les sanctions.

« Il est enfin temps d’apparaître dans l’UE et de dire : Ces sanctions nous nuisent bien plus qu’à Poutine. C’est notre peuple qui doit en payer la facture« , a déclaré la vice-présidente du FPÖ, Dagmar Belakovich, lors de la séance plénière du Conseil national.

Le chef du parti, Herbert Kickl, a également souligné l’absolue nécessité de l’énergie russe pour les ménages et les entreprises autrichiens. L’inflation a bondi à 10,5 % en septembre, principalement en raison de la flambée des prix de l’énergie.

« Si vous étiez honnête, vous devriez dire à la population : Nous ne pouvons pas nous passer de ce pétrole et de ce gaz russes pendant longtemps« , a déclaré M. Kickl.

« Nous avons besoin de cette énergie bon marché pour les ménages, pour le chauffage, pour la cuisine, pour l’eau chaude, pour les entreprises manufacturières. » Il a fait valoir que le gouvernement ne peut pas compenser cela.

Autre signe inquiétant pour le gouvernement en place, 40 % des Autrichiens souhaitent de nouvelles élections, et seulement 20 % des personnes interrogées considèrent actuellement que la coopération du gouvernement est « stable et bonne. »

En Allemagne, l’Alternative pour l’Allemagne (AfD) a connu une hausse similaire de ses sondages sur les mêmes questions de migration et de sanctions, bien que sa progression n’ait pas été aussi spectaculaire.

En définitive, le FPÖ est confronté à moins d’obstacles pour accéder au pouvoir en Autriche, car il bénéficie d’un soutien beaucoup plus important de la part de la population et a déjà gouverné au sein de coalitions par le passé.

Pour comprendre les tensions géopolitiques voir notre entretien avec Stanislas Berton :

Source : ZeroHedge

Géopolitique-Profonde

Tous les articles, la tribune libre et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs. Les Moutons Enragés ne sauraient être tenus responsables de leur orientation.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

7 − 7 =