• lun. Nov 28th, 2022

le Quad qui compte vraiment

ByVeritatis

Nov 16, 2022


par Pepe Escobar.

L’Asie du Sud-Est est au centre des relations internationales pendant toute une semaine, à l’occasion de trois sommets consécutifs : le sommet de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ANASE) à Phnom Penh, le sommet du Groupe des vingt (G20) à Bali et le sommet de la Coopération économique Asie-Pacifique (APEC) à Bangkok.

Dix-huit nations représentant environ la moitié de l’économie mondiale étaient représentées au premier sommet de l’ANASE en personne au Cambodge depuis la pandémie de Covid-19 : les 10 pays de l’ANASE, le Japon, la Corée du Sud, la Chine, l’Inde, les États-Unis, la Russie, l’Australie et la Nouvelle-Zélande.

Avec la politesse asiatique caractéristique, le président du sommet, le Premier ministre cambodgien Hun Sen (ou « colombien », selon le soi-disant « leader du monde libre »), a déclaré que la réunion plénière était quelque peu animée, mais que l’atmosphère n’était pas tendue : « Les dirigeants ont parlé de manière mature, personne n’est parti ».

Il revenait au ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, d’exprimer ce qui était vraiment significatif à l’issue du sommet.

Tout en faisant l’éloge de la « structure inclusive, ouverte et égale de sécurité et de coopération de l’ANASE », Lavrov a souligné comment l’Europe et l’OTAN « veulent militariser la région afin de contenir les intérêts de la Russie et de la Chine dans l’Indo-Pacifique ».

Une manifestation de cette politique est la façon dont « AUKUS vise ouvertement la confrontation en mer de Chine méridionale », a-t-il déclaré.

Lavrov a également souligné que l’Occident, par le biais de l’alliance militaire de l’OTAN, n’accepte l’ANASE « que nominalement » tout en promouvant un programme totalement « flou ».

Ce qui est clair en revanche, c’est que l’OTAN « s’est rapprochée des frontières russes à plusieurs reprises et a déclaré au sommet de Madrid qu’elle avait pris une responsabilité mondiale ».

Ce qui nous amène à l’argument décisif : « L’OTAN déplace sa ligne de défense vers la mer de Chine méridionale ». Et, a ajouté Lavrov, Pékin est du même avis.

Voici, de manière concise, le « secret » de notre incandescence géopolitique actuelle. La priorité numéro un de Washington est l’endiguement de la Chine. Cela implique d’empêcher l’UE de se rapprocher des principaux moteurs de l’Eurasie – la Chine, la Russie et l’Iran – engagés dans la construction du plus grand environnement de libre-échange/connectivité du monde.

S’ajoutant à la guerre hybride menée depuis des décennies contre l’Iran, l’armement infini du trou noir ukrainien s’inscrit dans les étapes initiales de la bataille.

Pour l’Empire, l’Iran ne peut pas profiter de devenir un fournisseur d’énergie bon marché et de qualité pour l’UE. Et en parallèle, la Russie doit être coupée de l’UE. L’étape suivante consiste à forcer l’UE à se couper de la Chine.

Tout cela correspond aux rêves les plus fous et les plus tordus des straussiens et des néocons : pour attaquer la Chine, en enhardissant Taïwan, il faut d’abord affaiblir la Russie, en instrumentalisant (et en détruisant) l’Ukraine.

Et tout au long de ce scénario, l’Europe n’a tout simplement aucun pouvoir.    

Poutine, Raïssi et la piste Erdogan

La vie réelle à travers les nœuds clés d’Eurasie révèle une image complètement différente. Prenez par exemple la rencontre détendue qui a eu lieu la semaine dernière à Téhéran entre le haut responsable russe de la sécurité, Nikolaï Patrouchev, et son homologue iranien, Ali Shamkhani.

Ils ont discuté non seulement de questions de sécurité, mais aussi d’affaires sérieuses, notamment d’échanges commerciaux dynamiques.

La National Iranian Oil Company (NIOC) signera le mois prochain un accord de 40 milliards de dollars avec Gazprom, contournant les sanctions américaines, et englobant le développement de deux champs gaziers et de six champs pétroliers, des échanges de gaz naturel et de produits pétroliers, des projets de GNL et la construction de gazoducs.

Immédiatement après la rencontre Patrouchev-Shamkhani, le président Poutine a appelé le président Ebrahim Raïssi pour qu’il poursuive « l’interaction dans les domaines de la politique, du commerce et de l’économie, et notamment du transport et de la logistique », selon le Kremlin.

Le président iranien aurait plus que « salué » le « renforcement » des liens entre Moscou et Téhéran.

Patrouchev a soutenu sans équivoque Téhéran face à la dernière aventure de révolution de couleur perpétrée dans le cadre de la guerre hybride sans fin de l’Empire.

L’Iran et l’UEE négocient un accord de libre-échange (ALE) parallèlement aux accords d’échange de pétrole russe. Bientôt, SWIFT pourrait être complètement contourné. L’ensemble du Sud global observe.

Simultanément à l’appel téléphonique de Poutine, Recep Tayyip Erdogan, de la Turquie, qui mène sa propre surenchère diplomatique et revient tout juste d’un sommet des nations turques à Samarcande, a souligné que les États-Unis et l’Occident dans son ensemble attaquent la Russie « presque sans limites ».

Erdogan a précisé que la Russie était un État « puissant » et a salué sa « grande résistance ».

La réponse est arrivée exactement 24 heures plus tard. Les services de renseignement turcs sont allés droit au but en soulignant que l’attentat terroriste perpétré dans la rue piétonne Istiklal d’Istanbul, perpétuellement animée, avait été conçu à Kobané, dans le nord de la Syrie, qui répond essentiellement aux États-Unis.

Cela constitue un acte de guerre de facto et peut avoir de graves conséquences, notamment une révision profonde de la présence de la Turquie au sein de l’OTAN.

La stratégie à plusieurs voies de l’Iran

Une alliance stratégique Russie-Iran se manifeste pratiquement comme une fatalité historique. Cela rappelle l’époque où l’ex-URSS a aidé militairement l’Iran via la Corée du Nord, après un blocus imposé par les États-Unis et l’Europe.

Poutine et Raïssi passent à la vitesse supérieure. Moscou et Téhéran élaborent une stratégie commune pour faire échec à la militarisation des sanctions par l’Occident collectif.

L’Iran, après tout, a un palmarès absolument exceptionnel pour ce qui est de réduire en miettes les variantes de la « pression maximale ». En outre, il est désormais lié à un parapluie nucléaire stratégique offert par les « RIC » des BRICS (Russie, Inde, Chine).

Téhéran peut donc maintenant envisager de développer son énorme potentiel économique dans le cadre de la BRI, de l’OCS, de l’INSTC, de l’Union économique eurasienne (UEE) et du partenariat pour la Grande Eurasie dirigé par la Russie.

Le jeu de Moscou est de la pure sophistication : s’engager dans une alliance stratégique pétrolière de haut niveau avec l’Arabie saoudite tout en approfondissant son partenariat stratégique avec l’Iran.

Immédiatement après la visite de Patrouchev, Téhéran a annoncé le développement d’un missile balistique hypersonique de fabrication nationale, assez similaire au KH-47 M2 Kinjal russe.

L’autre nouvelle importante concernait la connectivité : l’achèvement d’une partie d’une voie ferrée reliant le port stratégique de Chabahar à la frontière avec le Turkménistan. Cela signifie une connectivité ferroviaire directe imminente avec les sphères d’Asie centrale, de Russie et de Chine.

Ajoutez à cela le rôle prédominant de l’OPEP+, le développement des BRICS+ et la volonté pan-eurasienne de tarifer le commerce, l’assurance, la sécurité, les investissements dans le rouble, le yuan, le rial, etc.

Il y a aussi le fait que Téhéran ne se soucie guère des interminables atermoiements collectifs de l’Occident sur le Plan d’action global conjoint (JCPOA), communément appelé accord sur le nucléaire iranien : ce qui compte vraiment maintenant, c’est l’approfondissement des relations avec les « RIC » des BRICS.

Téhéran a refusé de signer le projet d’accord nucléaire de l’UE à Vienne. Bruxelles était enragée ; aucun pétrole iranien ne « sauvera » l’Europe, remplaçant le pétrole russe en vertu d’un plafond absurde qui sera imposé le mois prochain.

Et Washington a enragé car il pariait sur les tensions internes pour diviser l’OPEP. 

Compte tenu de tout ce qui précède, il n’est pas étonnant que le « Think Tankland » américain se comporte comme une bande de poulets sans tête. 

La queue pour rejoindre les BRICS

Lors du sommet de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) à Samarcande en septembre dernier, il était déjà tacite pour tous les acteurs de voir comment l’Empire cannibalise ses alliés les plus proches.

Et comment, simultanément, la sphère de l’OTAN, qui se rétrécit, se tourne vers l’intérieur, en se concentrant sur l’ennemi intérieur, en incitant sans relâche les citoyens moyens à marcher au pas derrière une conformité totale à une guerre à deux volets – hybride et autre – contre les concurrents impériaux pairs, la Russie et la Chine.

Comparez maintenant avec le président chinois Xi Jinping qui, à Samarcande, a présenté la Chine et la Russie, ensemble, comme les principales « puissances mondiales responsables » déterminées à garantir l’émergence de la multipolarité.

Samarcande a également réaffirmé le partenariat politique stratégique entre la Russie et l’Inde (le Premier ministre indien Narendra Modi l’a qualifié d’amitié indéfectible).

Cela a été corroboré par la rencontre entre Lavrov et son homologue indien Subrahmanyam Jaishankar la semaine dernière à Moscou.

Lavrov a fait l’éloge du partenariat stratégique dans tous les domaines cruciaux – politique, commerce et économie, investissements et technologie, ainsi que des « actions étroitement coordonnées » au Conseil de sécurité des Nations unies, aux BRICS, à l’OCS et au G20.

En ce qui concerne les BRICS, Lavrov a confirmé que « plus d’une douzaine de pays » sont candidats à l’adhésion, dont l’Iran : « Nous pensons que le travail de coordination des critères et des principes qui devraient sous-tendre l’expansion des BRICS ne prendra pas beaucoup de temps ».

Mais d’abord, les cinq membres doivent analyser les répercussions révolutionnaires d’un élargissement des BRICS+.

Encore une fois : le contraste. Quelle est la « réponse » de l’UE à ces développements ? Elle propose un énième train de sanctions contre l’Iran, visant les fonctionnaires et les entités « liées aux affaires de sécurité » ainsi que les entreprises, pour leurs prétendues « violences et répressions ».

La « diplomatie », à la manière de l’Occident collectif, ressemble à peine à de l’intimidation.

Pour en revenir à l’économie réelle – comme sur le front du gaz – les intérêts nationaux de la Russie, de l’Iran et de la Turquie sont de plus en plus imbriqués, ce qui ne manquera pas d’influencer l’évolution de la situation en Syrie, en Irak et en Libye, et constituera un facteur clé pour faciliter la réélection d’Erdogan l’année prochaine.

En l’état actuel des choses, Riyad a, à toutes fins utiles, effectué une étonnante manœuvre à 180 degrés contre Washington via l’OPEP+. Cela peut signifier, même de manière tordue, le début d’un processus d’unification des intérêts arabes, guidé par Moscou.

Des choses plus étranges se sont produites dans l’histoire moderne. Il semble que le moment soit venu pour le monde arabe d’être enfin prêt à rejoindre le Quad qui compte vraiment : la Russie, l’Inde, la Chine et l’Iran.

Pepe Escobar

source : Press TV

traduction Réseau International



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

12 + 9 =