• jeu. Déc 1st, 2022

Provocation de Zelensky : L’OTAN se déballonne

ByVeritatis

Nov 17, 2022


par Boris Guennadevitch Karpov

Hier soir les media occidentaux se déchainent : La Russie, qui vient de lancer une bonne centaine de missiles de croisière sur les infrastructures énergétiques et militaires de l’Ukraine, aurait également tiré 2 missiles en Pologne. Malgré le communiqué de Moscou qui déclare n’avoir tiré aucun missile en Pologne, c’est le branle bas de combat à Varsovie, où le ministre de l’Intérieur affirme que le coupable est bien la Russie. Dans la foulée, les forces polonaises sont mises en état d’alerte et le président polonais Duda appelle Biden à son secours. Une réunion de l’OTAN est convoquée pour ce matin.

Zelensky met de l’huile sur le feu en déclarant que « le missile qui a atteint la Pologne est un « message » de la Russie au G20 ».

Sur Telegram par contre des photos commencent à apparaitre montrant les débris des fameux missiles. Ce sont des S300, de fabrication russe bien sûr, mais servant de défense anti-aérienne… et utilisés par l’Ukraine. Il est logique de penser qu’alors que les missiles russes pleuvent dans la région, y compris à Lvov à quelques kilometrès de la Pologne, l’Ukraine ait lancé des S300 pour tenter d’intercepter les missiles.

L’OTAN, qui déclare avoir « suivi » les trajectoires des missiles, étrangement ne publie pas ses observations. Comme si elle se gardait la possibilité de plusieurs options, dont l’une serait « nous avons la preuve que ces missiles ont bien été tirés de Russie, les photos de Telegram sont des faux ». Les forces de l’OTAN sont mises en « état de préparation au combat ».

En fait l’OTAN attend une décision politique : Doit-on affirmer que la Russie a bombardé la Pologne, et donc lui déclarer la guerre ?

Et c’est là que ça devient intéressant ! Alors que le ministre de l’Intérieur polonais continue d’affirmer que c’est bien la Russie la coupable, Duda déclare que rien ne permet de l’affirmer. Duda ajoute que « même si, de toute manière ça ne devrait pas se reproduire », qu’il s’agissait d’un incident « isolé » ! Et Biden déclare enfin après quelques heures que la Russie n’est vraisemblablement pas responsable, qu’après les premiers examens de la trajectoire du projectile, il était « improbable » qu’il ait été tiré de la Russie.

Ce matin l’Élysée lache le morceau en déclarant « Il ne faut pas d’escalade. Il ne s’agit pas de faire la guerre à la Russie ».

Tout est dit : Il aurait été facile de déposer quelques débris de missiles de croisière russe pour accuser la Russie, et donc pour lui déclarer la guerre. Oui mais voilà, entre livrer des armes et envoyer ses troupes se faire massacrer en Ukraine, il y a un pas que les trouillards de l’OTAN ne sont pas prêts de franchir et il est à parier que MÊME SI la Russie avait bien bombardé la Pologne, l’OTAN n’aurait pas bronché autrement que par quelques déclarations martiales !

Nul doute que l’état-major russe va en tenir compte !

Un mot sur les frappes massives d’hier soir contre l’Ukraine : Il s’agit bel et bien d’une réponse aux occidentaux sur « 3 points :

1- L’ONU a déclaré étudier un mécanisme juridique pour que les avoirs et biens Russes « gelés » soient désormais « confisqués » et donnés à l’Ukraine. Du vol pur et simple.

2- Zelensky a rendu publiques ses conditions pour « négocier » avec la Russie. En particulier, il exige le retrait de toutes les forces russes des « territoires occuppés » incluant le Donbass et la Crimée, d’autre part il exige que la Russie verse à l’Ukraine une avance de 50 milliards de dollars.

3- Ceci s’ajoute aux conditions d’un « plan de paix » secret transmis par les Américains à la Russie il y a quelques jours qui incluent la démission de Vladimir Poutine (!), l’organisation d’élections en Russie avec la participation de Navalny (le revoilà, lui. Actuellement en prison pour escroqueries), la mise sous contrôle international des structures nucléaires russes, et le contrôle international de certaines entreprises stratégiques russes.

Ce plan n’a bien entendu jamais été rendu public, et on se doute de l’accueil que le Kremlin lui a réservé…

En réponse donc, frappes massives hier. Nul doute que la réponse sera comprise.

Pour terminer : Beaucoup imaginent qu’après le retrait de nos forces de Kherson, les jeux sont faits et que la Russie a « perdu ». Il n’en est rien, je ne suis pas un stratège militaire mais je peux affirmer que les objectifs initiaux de la Russie restent d’actualité et seront atteints. Qu’il y ait ou non des « négociations secrètes » n’y change rien, dans toute guerre il y a des négociations. Ici il y en eu déjà en mars dernier, il y en aura d’autres. Le fait est que tant que nos objectifs ne seront pas atteints il n’y aura rien à négocier.

En Russie l’ensemble du pays se tranforme lentement mais sûrement en une situation de guerre. Des lois sont votées en ce sens, des mesures économiques sont prises en ce sens, et l’opinion publique est massivement déterminée à aller au bout. Et le bout n’est pas seulement la démilitarisation de l’Ukraine, mais c’est surtout la mise hors d’état de nuire des forces occidentales qui n’ont de cesse d’attaquer la Russie depuis 20 ans pour lui imposer ses valeurs morales et piller ses ressources.

L’Ukraine n’est qu’une étape, la suite ne dépend que des occidentaux : Qu’ils abandonnent leurs ambitions envers la Russie et la paix reviendra. Sinon ils paieront au prix fort les conséquences de leur impudence.

source : Rusreinfo



Source link

One thought on “Provocation de Zelensky : L’OTAN se déballonne”
  1. Tout ça m’a l’air bien fantasque, tant et si bien que ça ne peut que sembler réel tant ça serait éloigné des réalités.
    Zelensky est haut-perché tout le monde le sait, la manière dont ses soutiens parlent de lui actuellement, montre qu’ils en sont fatigués mais comment sortir ce bougre qui les a tous pris en otage en occupant en permanence l’espace médiatique, même si c’est pour balancer des conneries, nul n’oublie qu’à la base c’est un comique, et comme la censure sur l’hécatombe qui est faite de son peuple est la manière principale de faire de nos pseudo médias, les gens vivent ça comme une sitcom, télétrash ou poubelle, donc sans plus de valeur que les émissions en prime, c’est du divertissement, que les morts soient réels ne fait qu’ajouter un peu de piment à l’éducation mortifère à laquelle les ont soumis jeux et spectacles en tous genres, la mort des autres est un bon spectacle de nos jours, leurs souffrances aussi.

    Combien ont-ils conscience que la guerre mondiale peut être déclarer d’une heure sur l’autre… pas beaucoup, ils sont trop faibles psychologiquement pour errer dans une telle dramaturgie intellectuelle, c’est du matériel humain, il est inutile de les convaincre, ou d’attendre ou espérer leur réveil, un jour ils sortiront avec une vague idée de protester, les tribuns seront là pour commander leurs volontés…

    On disait donc, ils peuvent tuer zelensky, mais faudrait faire endosser le crime à Poutine sans que l’opinion doute, le larguer brutalement est impensable car ça serait avouer tant on est con et comment on s’est montré persistant dans la connerie alors que tant de choses étaient faites et dites pour que ça ne soit pas le cas, donc, ça serait une défaite collective si humiliante que le reste du siècle ne la réparerait pas.

    Donc, il faut le déconstruire, mais ça peut prendre du temps, parce qu’il est lié à la même connerie que ceux qui l’ont supportés, soutenus, aidés, vendus en héros au monde, ça veut dire que la propagande ne doit surtout pas se montrer assez conne pour se flinguer en même temps qu’elle le flinguerait parce que leurs corps sont devenus siamois.
    Donc, même si les conneries qui sont écrites dans cet articles étaient véridiques, ça ne pourrait s’interpréter que comme une manière pour les fauconneaux d’occuper l’espace en attendant d’avoir une solution pour Zelensky, car on peut pas croire qu’après s’être fait autant raboter le fondement par les seuls Russes, les Occidentaux qui prétendent rester l’hégémon sollicitent des Russes l’aménagement d’une sortie de crise en toute gloire, si c’était le cas réellement, l’Amérique serait à l’heure actuelle tapissée de bombes.
    Ce dont nous sommes certains, c’est l’attentat en Turquie, l’explosion près de Dimona, deux bons suppositoires dans l’cul des Polaks pour les calmer et leur rappeler qui est leur maître même s’ils sont sans laisse…
    Une communauté internationale qui disait que poutine et les Russes bluffaient lundi et, qui, jeudi semble tout à fait certaine que la dernière des choses qu’elle veut, c’est une vraie guerre avec ces… bluffeurs russes!
    Elle est emmerdée de voir que le Zelensky ne veut pas lâcher l’affaire, il insiste et persiste et, pour une fois, moi, je veux bien le croire.
    La réalité, c’est que les Russes ne vont certainement pas attendre que tout le monde soit dans les bunkers ou près d’eux pour lancer une attaque, c’est quand tous ces lascars auront en même temps le nez dehors qu’ils vont y aller, on parle là pour les plus éloignés pays en Europe de 90 secondes de temps pour réagir avant que la mort ne fige tout ça définitivement, honnêtement, je ne crois pas qu’il y ait de personnel politique dans ce monde qui soit préparé à une telle éventualité, c’est trop court.
    Quant à l’Amérique, soyons sérieux, la Russie sait parfaitement comment lui faire regagner son royaume d’Hadès sans qu’elle puisse bouger un oreille… tout est prêt!
    On est plus seulement face à l’effet de surprise là, tout est combiné avec une vitesse et force de frappe si considérable que faut pas trop se fier au cinéma, l’occident va à la niche, c’est Poutine qui l’a isolé, il n’y a qu’à les voir devant leurs nouveaux maîtres, c’est des carpettes.
    la guerre continue parce qu’on va pas prendre sa couronne au roi et le laisser vivant avec une succession, ils ont fait l’erreur avec les Russes… faut les finir!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

neuf + 13 =