• mer. Nov 30th, 2022

des députés insoumis demandent justice pour les «mutilés» de la «révolte» — RT en français

ByVeritatis

Nov 18, 2022



Les Gilets Jaunes soufflent leur quatrième bougie. Depuis l’Assemblée nationale, La France insoumise a annoncé ce 17 novembre qu’elle travaillait à faire reconnaitre les «mutilés» et la «répression policière» survenus au cours de ce mouvement.

Quatre ans jour pour jour après le premier «acte» de ce qu’ils appellent une «révolte», la présidente du groupe LFI Mathilde Panot et les députés Raquel Garrido, Arnaud Le Gall et Andrée Taurinya ont présenté ce 17 novembre leur «plan d’action législatif» en conférence de presse au palais Bourbon.

«Cet événement historique a provoqué une sortie de route de nos institutions côté police et justice», qui se sont «comportées de manière inhabituelle et non conforme», a estimé Raquel Garrido à propos des Gilets jaunes. La députée était alors entourée de figures du mouvement, dont Priscilla Ludosky et Jérôme Rodrigues.

«La seule réponse, ça a été des tartes dans la figure»

D’après le ministère de l’Intérieur, au cours des différents «actes» du samedi à Paris et sur les ronds-points de France, 1 900 manifestants ont été blessés dont certains gravement avec la perte d’un œil ou d’un membre. Onze personnes sont mortes, pour la plupart lors d’accidents sur des barrages routiers. Selon Amnesty International, rien qu’entre novembre 2018 et juillet 2019, 11 203 manifestants ont été placés en garde à vue, parmi lesquels 5 962 manifestants libérés sans poursuite. Plusieurs milliers de condamnations ont été prononcées.

Alors que «nous voulions seulement œuvrer pour l’amélioration de la vie des citoyens», «la seule réponse, ça a été des tartes dans la figure», a déclaré Jérôme Rodrigues. «Seuls 50% des mutilés ont pu porter plainte, car ça coûte de l’argent», s’est-il par la suite indigné.

Vers la création d’une commission d’enquête parlementaire ?

Raquel Garrido a indiqué que La France insoumise envisageait d’utiliser son unique droit de tirage par session pour obtenir une commission d’enquête parlementaire. Ou à défaut, les insoumis réaliseraient leur propre «audit». Avec plusieurs objectifs, a expliqué l’élue de Seine-Saint-Denis : la «reconnaissance par l’Etat des dysfonctionnements» ; la création «d’un guichet où les personnes pourraient recevoir un soutien juridique, financier et psychologique» ; et «obtenir des pouvoirs publics des éléments chiffrés sur les condamnations et amendes». «Cela doit impliquer une prise en compte spécifique des situations personnelles des individus blessés et de leur famille», a avancé la députée.

Soulignant qu’ils ne pourraient jamais récupérer l’usage de leurs membres, Raquel Garrido estime que les individus mutilés durant des manifestations doivent «sentir que la République reconnait que le sort qui leur a été fait était injuste» et qu’il ne peut se traiter «par une réparation classique au plan judiciaire».

Arnaud Le Gall a pour sa part présenté une proposition de loi, «à améliorer» mais «qui sera déposée rapidement», pour entre autres «amnistier les [Gilets Jaunes] condamnés, souvent pour outrage, ce qui est très flou». «Ce sera la reconnaissance que c’était une révolte, car il y a eu amnistie après la commune de Paris [en 1871], la guerre d’Algérie et mai 68», a relevé le député du Val-d’Oise.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

un + dix-huit =