• dim. Déc 4th, 2022

Risque « élevé » de tensions sur le réseau électrique en janvier


La centrale de Gravelines, dans le Nord.

18 novembre 2022 à 17h28,

Durée de lecture : 1 minute

Énergie

Le risque de tensions sur le réseau électrique français en janvier est « élevé », a prévenu le gestionnaire du réseau de transport d’électricité (RTE) dans une conférence de presse en ligne, vendredi 18 novembre.

La raison : le redémarrage plus lent que prévu du parc nucléaire français. Près de la moitié des 56 réacteurs du territoire sont aujourd’hui à l’arrêt, détaille La Dépêche, soit pour des opérations de maintenance, soit pour des problèmes de corrosion avérés ou soupçonnés.

À peine plus de la moitié du parc opérationnel

Selon le scenario « le plus probable » de RTE, seuls 40 gigawatts (GW) de puissance du parc nucléaire devraient être disponibles début janvier — soit 65 % de la capacité nucléaire installée. La perspective d’atteindre 45 GW, comme cela était prévu en septembre par RTE, apparaît désormais « improbable », selon Thomas Veyrenc, directeur exécutif en charge de la stratégie, de la prospective et de l’évaluation de RTE.

Si les conditions météorologiques cet hiver sont « normales », RTE s’attend à actionner entre 0 et 2 fois son signal Ecowatt rouge — indiquant qu’il n’y a pas assez d’électricité disponible pour couvrir tous les besoins en France. Des coupures locales, d’une durée maximale de deux heures, pourraient alors être organisées. Si l’hiver est froid, cette alerte devrait être activée entre 0 et 5 fois.

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d’une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

11 − 5 =