• mer. Nov 30th, 2022

une haute fonctionnaire accusée de conflit d’intérêts


Thon, illustration.

17 novembre 2022 à 15h58,

Durée de lecture : 2 minutes

Pêche

Les lobbies de la pêche industrielle pourraient-ils être condamnés ? Les associations Bloom et Corporate Europe Observatory (CEO) ont déposé plainte, mercredi 16 novembre, contre le lobby français du thon, Orthongel, et le lobby européen de la pêche industrielle Europêche.

Cette plainte fait suite aux récentes révélations de Bloom, de France Info et d’Anticor sur l’arrivée d’une haute fonctionnaire française à la tête du groupe « thon » d’Europêche.

Cette dernière, Anne-France Mattlet, était entre 2016 et 2020 adjointe au chef du bureau de la direction de la Direction des pêches maritimes et de l’aquaculture (DPMA). Elle a également été présidente en 2020 du comité d’application de la Commission des thons de l’océan indien (CTOI), et représentait jusqu’en mars dernier la France au sein de cette organisation intergouvernementale. Selon Anticor, elle a « manifestement assuré la surveillance de nombreuses entreprises thonières afin de faire respecter des règles, dont elle a, pour certaines d’entre elles, permis l’édiction ».

« Il y a un conflit d’intérêts manifeste »

Depuis avril 2022, Anne-France Mattlet est en charge de la révision du système de contrôle de la pêche européenne, notamment thonière, au sein d’Europêche. Ce transfuge entre le public et le privé provoque « un conflit d’intérêts manifeste », selon Anticor et Bloom. D’autant plus que les délais n’ont pas été respectés. La loi impose en effet à un fonctionnaire d’attendre au minimum trois ans avant de rejoindre une entité du secteur dont il était en charge dans son administration.

« Ce cas de transfuge n’est pas un hasard, puisque des négociations cruciales pour les flottes thonières françaises et espagnoles sont en cours au niveau européen », explique Bloom dans un communiqué. L’industrie thonière a recours à des méthodes de pêche peu sélectives, poursuit l’association, ce qui les conduit à capturer fréquemment des juvéniles ou des espèces sensibles. « Ils sont en infraction constante du cadre légal […]. Le seul moyen pour eux de maintenir leur activité frauduleuse à flot est d’obtenir un changement législatif qui corresponde à des années de fraude et de dépassement des quotas. »

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d’une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

trois × cinq =