• mer. Déc 7th, 2022

Le format américain réplicable à l’infini

ByVeritatis

Nov 20, 2022


par Enrico Tomaselli

Si nous examinons les dernières guerres menées par l’empire américain, nous ne pouvons que constater qu’elles ont toujours laissé des ruines et des désastres derrière elles. Tel était le cas en Irak, en Syrie, en Afghanistan et en Libye. Même la guerre contre la Serbie a – d’une certaine manière – laissé une traînée de problèmes non résolus et de points chauds potentiels. En bref, quelle que soit l’issue militaire des conflits, le produit final de ceux-ci a toujours été le chaos. À cet égard, on pourrait donc tirer la conclusion que ces guerres ont essentiellement été un échec, ou du moins qu’elles n’ont pas pleinement atteint leurs objectifs. Mais, en fait, ce n’est pas le cas. Ces guerres, en fait, ont réalisé presque entièrement ce qui était considéré comme nécessaire à Washington.

Le premier résultat des guerres américaines est évidemment le renversement d’un régime considéré comme hostile, ou en tout cas comme une menace pour l’empire. Un deuxième résultat obtenu est le message d’avertissement, envoyé en particulier à ceux qui sont dans l’expectative, indécis quant à l’opportunité ou non de défier Washington. Et puis il y a, presque toujours, un troisième résultat, à savoir l’établissement de bases militaires permanentes pour les forces armées américaines, qui, même à travers les conflits, ont progressivement étendu leur réseau – une véritable ceinture, composée de plus de 800 ancrages, disposés de manière à entourer les pays ennemis, la Russie et la Chine surtout, et à s’en rapprocher toujours plus.

Mais il y a surtout le quatrième résultat, d’une importance non moins stratégique, qui accompagne très souvent la conclusion d’une guerre impériale : le chaos. Un pays non stabilisé, laissé en proie au désordre, constitue en effet un instrument parfait pour exercer une influence sur l’ensemble de la zone, qui peut être facilement déstabilisée – le cas échéant – en alimentant précisément ce foyer, commodément maintenu actif.

Dans ce cadre, les États-Unis ont mis au point un véritable format, reproductible presque indéfiniment – un peu à l’image de ce qu’ils font, avec des objectifs stratégiques tout à fait similaires, mais avec des modalités tactiques différentes, pour les révolutions dites colorées.

Ce format prévoit généralement que l’intervention militaire directe, si elle s’avère nécessaire, est presque exclusivement réalisée de manière ciblée, et en utilisant l’aviation et les missiles, en évitant tout au plus de « mettre les bottes au sol ». En fait, cette tâche est généralement exercée par des intermédiaires, en utilisant des groupes et des formations préexistants, qui sont dûment financés, entraînés puis utilisés pour des opérations sur le terrain ; leur permanence, même après le renversement du régime ennemi, est l’élément fondamental sur lequel repose la stratégie du chaos. Il est intéressant de noter l’extrême flexibilité avec laquelle la stratégie américaine identifie et utilise les éléments les plus disparates afin d’atteindre ces objectifs. Par exemple, dans le cas du Kosovo – toujours utilisé comme déstabilisateur de la Serbie pro-russe – on a eu recours aux séparatistes pro-albanais de l’UCK, jusqu’à récemment inclus dans la liste des organisations terroristes internationales ; et par coïncidence, toujours en Albanie (un pays de l’OTAN), les terroristes iraniens des Mojahedin-e-Khalq, un groupe autrefois islamo-marxiste, aujourd’hui réduit à une bande de mercenaires voués au culte de la personnalité du leader, ont trouvé l’hospitalité.

Le cas de la Syrie constitue un exemple intéressant de cette flexibilité opérationnelle. La Syrie d’Assad était considérée comme un pays hostile, à la fois en raison de son alliance avec l’Iran et parce qu’elle abrite la seule base navale russe en Méditerranée, à Tartous. Bien que le régime syrien ait précédemment collaboré avec la CIA dans sa guerre contre Al-Qaïda en accueillant des centres de détention clandestins sur son territoire, lorsqu’une occasion de le déstabiliser s’est présentée en 2011, les États-Unis étaient prêts. Immédiatement, les groupes d’opposition à l’origine des protestations sont soutenus et approvisionnés, en particulier les formations islamistes les plus radicales, liées précisément à Al Queda, déclenchant ainsi la spirale répression-réaction, au point de transformer les protestations en véritable guérilla armée. Le vent islamiste qui commence à souffler dans la région finit également par enflammer l’Irak voisin, où les courants de l’islam radical et les communautés sunnites, notamment les anciens soldats de l’armée de Saddam, se soudent, donnant ainsi naissance à Isis-Daesh. Pouvant compter sur sa propre présence militaire, ainsi que sur le soutien du gouvernement du Kurdistan irakien (qui est depuis longtemps pro-américain), puis aussi de celui de la Turquie, Isis se fortifie discrètement, et s’étend également en Syrie.

Lorsque Isis devient incontrôlable, commençant à frapper des pays européens, et surtout lorsque l’intervention directe de la Russie met essentiellement fin à l’État islamique au Levant, les États-Unis – qui entre-temps, sous prétexte de combattre Daesh, ont établi une base militaire sur le territoire syrien, à Tanf – sont prêts à changer à nouveau de cheval. Dans ce jeu d’alliances très compliqué qui se dénoue dans la région, ils commencent donc à parrainer la guérilla kurde syrienne, étroitement liée au PKK kurde-turc, ce qui ne plaît évidemment pas aux Turcs, qui continueront au contraire à parrainer les islamistes dans une fonction anti-kurde. Le nouveau cheval américain devient donc l’alliance SDF, qui regroupe à la fois les Kurdes des YPG et certaines milices des minorités turkmène, arménienne et tchétchène. Il est intéressant de noter qu’à ce stade, les FDS jouent constamment les seconds rôles entre le régime syrien et les États-Unis, notamment pour se défendre contre l’ennemi turc pur et dur. Grâce à cette alliance, Washington maintient une présence active, capable d’exercer des pressions tant sur la Syrie que sur la Turquie, et – ce qui n’est pas tout à fait secondaire – de piller le pétrole syrien, exporté illégalement vers l’Irak. Il est également significatif que, malgré le fait que le YPG soit une formation de gauche radicale, dans les rangs de laquelle de nombreux volontaires politiques ont également combattu et combattent, il est apparu que de nombreux mercenaires servant actuellement en Ukraine ont précédemment combattu avec les SDF.

Un autre exemple intéressant est celui de la Libye. Là aussi, après avoir anéanti l’appareil militaire libyen par une campagne massive de bombardements aériens et de missiles, certaines milices formées parmi les opposants les plus radicaux, grâce aussi au soutien des forces spéciales de l’OTAN présentes dans le pays, se sont chargées de la liquidation de Kadhafi et de son régime. Grâce à l’action de l’Occident, les différences traditionnelles entre la Tripolitaine et la Cyrénaïque, et celles entre les différentes communautés religieuses, ont explosé en conflits, produisant une série de milices territoriales-tribales et/ou religieuses, y compris – une fois de plus – celles liées à l’Islam le plus radical. Ici aussi, les jeux sont extrêmement imbriqués, car les acteurs intéressés par la région, et par le pétrole libyen, sont variés. Mais au fond, la situation actuelle voit un pays essentiellement coupé en deux : à l’est, en Cyrénaïque, où opère le dernier parlement élu par le peuple libyen (en 2014) et l’armée dirigée par le général Haftar, soutenue par l’Égypte et la Russie (présente avec les hommes du PMC Wagner), à l’ouest, en Tripolitaine, un gouvernement soutenu par l’Occident et la Turquie.

La situation actuelle de chaos dans le pays permet une fonction déstabilisatrice tous azimuts ; non seulement, bien sûr, sur la région du Maghreb, mais aussi potentiellement sur l’Égypte. Et surtout, sur les pays européens qui bordent la Méditerranée. Les milices qui soutiennent le gouvernement pro-américain de Tripoli sont en fait les mêmes qui gèrent le trafic d’êtres humains entre l’Afrique sub-saharienne et l’Europe. La régulation des flux migratoires, fondamentalement dirigée vers l’Italie et la Grèce, répond également à des calculs politiques précis, destinés à alimenter ponctuellement des crises (la Turquie a intérêt à déstabiliser la Grèce), à obtenir de l’argent et des moyens (pour les soi-disant garde-côtes libyens, en fait aux mains des trafiquants), ou des perturbations politiques dans l’UE.

Afin de provoquer et d’entretenir le désordre, les États-Unis ont donc parié à la fois sur les islamistes les plus radicaux (après tout, ils les ont inventés pour contrer les Soviétiques en Afghanistan) et sur les guérillas kurdes de gauche, sur les milices tribales ainsi que sur les trafiquants d’êtres humains. Ce qui se profile à l’horizon, cependant, n’est pas moins inquiétant. La guerre actuelle en Ukraine, une guerre qui ne peut être complètement et définitivement gagnée par aucune des parties (à moins de déclencher un conflit mondial), est donc destinée à rester une blessure ouverte, même lorsque les hostilités cesseront. Une blessure sanglante et purulente, juste à la frontière entre l’Europe et la Russie – la ligne de faille que Washington veut à tout prix ne plus jamais refermer. Une Ukraine en proie au chaos de l’après-guerre, agissant perpétuellement non seulement comme une barrière entre l’Est et l’Ouest, mais comme un facteur de déstabilisation dans les deux sens, et pour laquelle, au cours des huit dernières années, mais surtout ces derniers mois, toutes les conditions ont été habilement créées pour reproduire le fameux format.

Il y a les haines et les rancœurs d’une guerre civile, il y a des frontières qui laissent des minorités des deux côtés, il y a des flots d’armes et de munitions sur lesquels il n’y a pratiquement aucun contrôle, et il y a des milices nazies lourdement armées, prêtes à jouer leur rôle (à cheval sur le trafic criminel et l’allégeance atlantique) d’agents du chaos. Une bombe à retardement, plantée aux confins d’une Europe habituée à la sécurité, à la prospérité et à la stabilité, et qui devra déjà compter avec un séisme économique et social dont les grondements commencent à se faire entendre.

source : L’AntiDiplomatico via Euro-Synergies



Source link

One thought on “Le format américain réplicable à l’infini”
  1. Il serait peut-être temps que ces soi-disant analystes de la guerre et de leur époque cessent de chercher dans le passé la réalité du présent, car ces imbéciles ne font que faire perdre du temps à leurs lecteurs, ces gens dépeignent des natures mortes alors que leurs yeux contemplent un champ de bataille.

    Le mardi 15 novembre, un missile est tombé sur la Pologne alors que les chefs d’États des grandes économies mondiales étaient à Bali, les suspicions d’une attaque russe contre l’Otan et par conséquent une déclaration de guerre ouverte directe entre les deux mastodontes Russie versus USA, ne relevaient plus du potentiel mais s’étaient matérialisées.

    De manière absolument incroyable, le camp Otan s’est immédiatement couché, accusant son protégé ukrainien, contre toutes les dénégations de celui-ci, d’être responsable de tir.
    Inutile de perdre du temps sur les simagrées que l’on voit depuis.

    Or, le même jour, aux mêmes instants, la provocation russe suivante s’est produite en mer Baltique contre la flotte de l’Otan qui est scrupuleusement restée coite à salir ses couches.

    https://www.lepoint.fr/monde/des-navires-de-l-otan-dangereusement-survoles-par-des-avions-russes-19-11-2022-2498372_24.php

    Il n’y a ici, aucun hasard!
    La Russie a pris l’ensemble des fauconneaux pour ce qu’ils sont en leur mettant directement sous leurs becs la vraisemblance de toutes leurs peurs, soit ils se mettaient en posture de réplique, et ils partaient en fumée, comme déjà dit auparavant, les Russes attendront toujours qu”ils aient tous le nez dehors…
    Soit ils rabaissent leurs caquets et entreprennent le plus sérieusement du monde de trouver une issue telle qu’elle l’exige à ce conflit.
    Depuis, l’évocation de la paix et de négociations se manifestent plus dans les discours occidentaux, c’est sûr, les bécassots de compétition ne veulent pas s’en sortir trop humiliés, mais, là, la perspective de devoir réellement faire face à la puissance destructrice de la Russie, maintenant qu’ils sont assurés qu’elle ne bluffe pas, va tout changer quant à la résistance qu’ils vont opposer aux troupes russes.

    Le 15 novembre 2022, l’Occident a perdu la guerre!
    Car, il n’est de batailles ingagnables, que celles qu’on ne peut pas mener, donc, tout ce qui a cours à l’heure actuelle est enfumage et blah-blah.
    Nous verrons dans les jours qui viennent à quelle vitesse la perte d’influence des occidentaux va accélérer auprès des autres nations du monde.
    Pour une fois, comme déjà dit, je suis plutôt enclin à croire le sieur Zelensky quant à ce qui s’est produit, mais, le bougre découvre un adage que tout Français de la génération des années soixante et précédentes connait, à savoir, qu’un menteur n’ai jamais cru même quand il dit la vérité.

    Cet hiver, Poutine va nous expédier l’immigration “choisie” comme certains l’aiment tant, faire réel à nos yeux l’exode climatique tant évoqué par nos prévisionnistes de pacotille du monde de demain, en même temps, nous, nous allons ressentir quelle est la dureté des crocs de la misère dans nos reins.

    Voilà! Il est temps de revenir dans la réalité et cesser de persister dans le passé à pondre des scribouillages inutiles.
    Ça risque d’aller vite, il est grandement temps d’avoir la tête préparée à ce qui va être et non plus à ce qui n’est plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

deux × un =