• lun. Nov 28th, 2022

Pourquoi Moscou est en position de force

ByVeritatis

Nov 21, 2022


par Bruno Guigue

Contrairement à ce que racontent des médias aveuglés par leur parti pris, le rapport des forces en Ukraine demeure largement favorable à la Russie :

Les sanctions occidentales sont un échec complet. L’économie russe tient le coup, le rouble est plus fort que jamais, et les exportations d’hydrocarbures n’ont jamais autant rapporté à la Russie. Ceux qui voulaient « mettre la Russie à genoux » en sont pour leurs frais.

La tentative d’isolement international de la Russie est un fiasco. Les poids lourds démographiques du Sud (Chine, Inde, Brésil, Indonésie, Pakistan, Iran, Turquie, Nigéria, Éthiopie, Vietnam, etc..) refusent de participer à la croisade antirusse et coopèrent plus que jamais avec Moscou sur le plan politique et économique.

Le ratio des pertes militaires sur le terrain est de 1 à 5 au détriment des forces ukrainiennes. La Russie n’ayant aucun intérêt à précipiter le mouvement, elle a su opérer les replis tactiques nécessaires, quitte à laisser l’OTAN crier victoire. Mais cette guerre d’usure profite aux forces russes qui ont déjà commencé une nouvelle offensive dans le Donbass.

Parfois mal comprise, la retenue de Moscou dans la conduite des opérations garantit le soutien majoritaire du peuple russe : non seulement les pertes militaires russes sont limitées, mais les pertes civiles en Ukraine comme en Russie sont relativement faibles. Principal parti d’opposition, le parti communiste russe soutient l’opération militaire spéciale.

Les forces russes contrôlent déjà 20% du territoire ex-ukrainien et il leur manque environ 6-7% à conquérir pour achever la réalisation de l’objectif principal : la libération des quatre divisions administratives à majorité russophone. Les forces ukrainiennes s’étant retranchées dans cette zone depuis 2014, ce sera sans doute la partie la plus difficile de l’opération militaire spéciale.

Les USA commencent à comprendre que le jusqu’au-boutisme de Kiev est contre-productif, et ce pour trois raisons :

1. Les Ukrainiens ne reprendront jamais le Donbass et la Crimée.

2. Leur armée s’épuise en offensives coûteuses en vies humaines.

3. Le financement de cette guerre par procuration commence à coûter cher, surtout dans une conjoncture qui va tourner à la récession économique mondiale.

Si le conflit s’achève par une débandade ukrainienne, l’OTAN et les USA seront sur la sellette.

Wait and see.

source : Bruno Guigue



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 + quatorze =