• jeu. Déc 8th, 2022

Bien sûr, bien sûr, M. Austin – Les moutons enragés

ByVeritatis

Nov 22, 2022


Proposé par Amar D.

Source Réseau-International

par Andrei Martyanov

Il y a quelques problèmes avec les opérations arithmétiques de base – vous savez, le comptage de base – avec beaucoup de hauts gradés américains

« Le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, a fait l’éloge des forces armées et de l’armement de la Russie samedi – mais a ajouté, toutefois, que cette puissance militaire n’a pas permis à Moscou de remporter la victoire dans le conflit en Ukraine. « Vous savez, les Russes ont une armée massive et des armes impressionnantes », mais cela « ne les a pas aidés à l’emporter dans une campagne de conquête et de cruauté », a affirmé Austin, qui s’exprimait samedi au Forum international sur la sécurité de Halifax, au Canada. Selon le responsable, « c’est la cause qui compte », ainsi que « ceux qui se battent pour elle ». Le secrétaire à la Défense a ensuite félicité le président Joe Biden pour avoir rallié les « nations de bonne volonté » contre les tentatives de la Russie de « redessiner les frontières par la force ». Austin a également déclaré que les États-Unis resteront aux côtés de l’Ukraine tant que durera le conflit, insistant sur le fait que l’issue de celui-ci « déterminera le cours de la sécurité mondiale en ce jeune siècle ». Il a toutefois ajouté que l’OTAN ne serait pas entraînée dans ce qu’il a décrit comme la « pire crise de sécurité [européenne] depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale », à moins que Moscou n’attaque l’un de ses États membres. »

Mais là encore, il existe une école de pensée, et je suis sérieux, qui considère le Vietnam et même l’Afghanistan comme des victoires américaines. Mais le fait que les « forces militaires massives » de la Russie ne se sont même pas engagées en Ukraine n’est pas pris en compte par l’échelon politique supérieur des États-Unis, tout comme le fait que les forces russes sont inférieures en nombre depuis le début de l’opération militaire spéciale. Sans parler du fait que la Russie « manque » de missiles, de munitions, de chars, etc., sans arrêt depuis mars. 

Bien sûr, nous comprenons tous que toutes ces déclarations grandioses de l’Occident ne sont que de la fumée et des miroirs qui montrent une perte totale de l’intrigue, puisque tous les « plans » occidentaux sur la défaite militaire et économique de la Russie ont échoué, précisément en raison de l’incapacité des « planificateurs » occidentaux à compter, calculer et apprendre. Donc, maintenant, Austin, ainsi que d’autres hauts fonctionnaires américains doivent d’une manière ou d’une autre sauver la face par les moyens suivants :

1. Réaffirmer leur désir d’éviter le conflit direct avec la Russie ;

2. Dans le même temps, continuer à soutenir leurs nazis bien-aimés à Kiev.

3. D’une manière ou d’une autre, faire face à la calamité économique en cours. D’une manière ou d’une autre, ils ne savent pas comment. 

Dmitry Medvedev n’a pas mâché ses mots hier :

« Tout le monde est fatigué du régime de Kiev. En particulier du névrosé Zelensky, qui ne cesse d’attiser les tensions, de pleurnicher et d’extorquer de plus en plus d’argent et d’armes. [Il se comporte comme un enfant hystérique ayant des problèmes de développement », a déclaré Medvedev. La lassitude à l’égard de Kiev et de ses actions incite l’Occident collectif à « pousser » l’Ukraine à entamer des pourparlers avec la Russie, a poursuivi le chef adjoint du Conseil de sécurité de la nation. « Les États-Unis, l’OTAN et l’Union européenne ne veulent pas d’une rupture complète avec la Russie, ce qui risquerait de provoquer une troisième guerre mondiale. D’où les fréquentes tentatives pour contenir Kiev et la ramener à la raison, pour la pousser à négocier », écrit Medvedev. En refusant de parler avec la Russie, Zelensky poursuit en fait des objectifs beaucoup plus banals et égoïstes, a suggéré Medvedev. Il a ajouté que « si [Zelensky] n’accepte pas la réalité de l’effondrement de l’Ukraine, il est inutile de s’asseoir à la table [de négociation]. Et s’il l’accepte, il sera éliminé par ses propres nationalistes, qui sont liés aux hauts gradés de l’armée ». 

C’est une évidence, mais si ce n’est pas une rupture complète, quelque chose de très proche s’est déjà produit entre la Russie et l’Occident combiné. Alors que le « statut » des États-Unis en tant qu’ennemi existentiel de la Russie était clair depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, il s’agit d’un nouveau paradigme pour, disons, la France et l’Allemagne, qui sont considérées par les Russes comme des ennemis existentiels du peuple russe, et c’est la seule façon dont l’UE et ses deux plus importants constituants DOIVENT être perçus et traités. En d’autres termes, la Russie doit naviguer entre Scylla et Harybdis pour que l’Europe soit plus ou moins stable, tout en s’assurant que la France et l’Allemagne (et évidemment le Royaume-Uni) soient réduites à de simples puissances militaires régionales incapables de générer une quelconque menace crédible pour la Russie. Les dialogues russo-américains sont une autre affaire – il s’agit de relations entre deux acteurs majeurs, tandis que les chiens de salon doivent être retirés de la pièce. 

Pepe a écrit un excellent article sur ce sujet :

« On peut dire sans risque de se tromper que le G20 a peut-être plongé dans une voie irrémédiable vers l’insignifiance. Avant même la vague actuelle de sommets en Asie du Sud-Est – à Phnom Penh, Bali et Bangkok -, Lavrov avait déjà signalé la suite des événements lorsqu’il a indiqué que « plus d’une douzaine de pays » avaient demandé à rejoindre les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud). L’Iran, l’Argentine et l’Algérie ont officiellement posé leur candidature : L’Iran, aux côtés de la Russie, de l’Inde et de la Chine, fait déjà partie du Quad eurasien qui compte vraiment. La Turquie, l’Arabie saoudite, l’Égypte et l’Afghanistan sont extrêmement intéressés à devenir membres. L’Indonésie vient de poser sa candidature, à Bali. Et puis il y a la prochaine vague : Le Kazakhstan, les Émirats arabes unis, la Thaïlande (qui pourrait poser sa candidature ce week-end à Bangkok), le Nigeria, le Sénégal et le Nicaragua. Il est essentiel de noter que tous ces pays ont envoyé leurs ministres des Finances à un dialogue sur l’expansion des BRICS en mai. Une évaluation brève mais sérieuse des candidats révèle une étonnante unité dans la diversité. Lavrov lui-même a noté qu’il faudra du temps aux cinq BRICS actuels pour analyser les immenses implications géopolitiques et géoéconomiques d’une expansion au point d’atteindre virtuellement la taille du G20 – et sans l’Occident collectif. »

Mon seul désaccord avec l’article, par ailleurs superbe, de Pepe est l’utilisation d’une mesure du PIB dénuée de sens. Le PIB américain n’est PAS de 23 000 milliards de dollars, il ne l’a jamais été, il est au mieux, en termes réels, de la moitié de ce montant. Sans parler de la question toujours critique de la structure de l’économie nationale. Des éléments tangibles bien plus importants que les chiffres abstraits en dollars définissent la taille et la complexité de toute économie, dont les fondements sont les ressources naturelles et humaines et la capacité industrielle, c’est-à-dire l’économie physique. 

Voici, encore une fois, quelques mesures critiques définissant l’état actuel des choses. Ils ont changé de manière insignifiante en 2022, sauf, et vous l’avez peut-être deviné, pour l’Europe.

Celui-ci est encore plus important :

Si vous êtes dans les 5-6 premiers de ce tableau, vous aurez un développement industriel, des programmes aérospatiaux avancés, des armées avancées et un niveau de vie décent. Voyez-vous un pays européen dans ce tableau ? Voilà. Donc, attendez les rapports finaux, annuels (12 Mo) des industries, de l’acier, à l’énergie, aux machines, en janvier 2023 et vous verrez vous-même cette drôle de dynamique.

source : Reminiscence of the future

traduction Réseau International

Tous les articles, la tribune libre et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs. Les Moutons Enragés ne sauraient être tenus responsables de leur orientation.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

douze − 5 =