• jeu. Déc 1st, 2022

Associated Press publie une correction à son faux rapport qui aurait pu déclencher la troisième guerre mondiale ! – Les moutons enragés

ByVeritatis

Nov 24, 2022


Associated Press rétropédale discrètement

Une nouvelle déclaration de la Maison Blanche a soutenu l’évaluation de la Pologne et de l’OTAN selon laquelle l’explosion survenue mardi à la frontière polonaise était « très probablement le résultat d’un missile de défense aérienne ukrainien qui a malheureusement atterri en Pologne ».

Associated Press publie une correction à son faux rapport qui aurait pu déclencher la troisième guerre mondiale.

  • La déclaration de la porte-parole du Conseil de sécurité nationale, Adrienne Watson, indique en outre que les États-Unis ont « pleine confiance » dans l’enquête en cours du gouvernement polonais.
  • « Nous n’avons rien vu qui contredise l’évaluation préliminaire du président Duda selon laquelle cette explosion est très probablement le résultat d’un missile de défense aérienne ukrainien qui a malheureusement atterri en Pologne », a-t-elle déclaré.

Mais comme le chef de l’OTAN, Jens Stoltenberg, dans ses remarques antérieures, elle a toujours rendu la Russie responsable de cet épisode :

  • « Cela dit, quelles que soient les conclusions finales, il est clair que la partie responsable en dernier ressort de cet incident tragique est la Russie, qui a lancé sur l’Ukraine un barrage de missiles destinés spécifiquement à cibler des infrastructures civiles. L’Ukraine avait – et a – tous les droits de se défendre. »

Question de Ron Paul, ancien membre du Congrès du Texas :

Avons-nous failli être entraînés dans la troisième guerre mondiale ?

Traduction :
L’Ukraine a-t-elle essayé de nous pousser à la troisième guerre mondiale ?
aujourd’hui sur le Liberty Report :

L’Associated Press a publié une correction officielle pour son reportage de mardi qui n’était pas sans conséquence et qui aurait pu facilement déclencher une chaîne d’événements menant à un scénario de troisième guerre mondiale.

« L’Associated Press a fait un rapport erroné, basé sur des informations provenant d’un haut responsable du renseignement américain qui a parlé sous couvert d’anonymat »

Et nous savons la suite, ce qui a déclenché une journée de bellicisme incessant basé sur l’allégation que la Russie a attaqué un membre de l’OTAN.

La correction incroyablement embarrassante indique en outre : « Des rapports ultérieurs ont montré que les missiles étaient de fabrication russe et très probablement tirés par l’Ukraine pour se défendre contre une attaque russe ».

  • Et la prochaine fois que cela se produira, sera-t-il trop tard pour une « correction » ?

Tous ces aveux tardifs selon lesquels il ne s’agissait pas d’une attaque russe interviennent bien après que le président américain ait saisi le moment du « brouillard de la guerre » hier pour dévoiler :

Un autre programme d’aide d’urgence massif de 37 milliards de dollars pour l’Ukraine, presque simultanément à l’incident frontalier.

Donc 37,6 milliards de dollars de plus à la charge du contribuable américain, et ce n’est pas fini… à un moment où certains ont apparemment un motif pour entraîner Washington et le peuple américain dans une autre guerre majeure basée sur la tromperie.

Il y a à peine moins de 24 heures, avant que la poussière de l’explosion ne soit retombée et que les enquêteurs ne puissent tirer des conclusions définitives après l’incident mortel survenu dans le village frontalier polonais de Przewodów.

Le public occidental était déjà harangué et averti de se tenir à l’écart des « théories de la conspiration », car les premiers titres des journaux grand public – poussés notamment par un fonctionnaire américain anonyme dans un rapport de l’Associated Press – titraient rapidement « Des missiles russes frappent la Pologne, faisant deux morts ».

Zelensky et les américains, jouent avec le feu…

  • « Article 5 » – le traité de défense collective de l’OTAN dont beaucoup craignaient depuis longtemps qu’il soit le premier acte invoqué menant à la Troisième Guerre mondiale – a commencé à être diffusé sur Twitter, tandis que les responsables occidentaux publiaient des déclarations de « solidarité » pleines de confiance.

Presque immédiatement et sans preuve, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a exigé une « action » de la part de l’Occident concernant la supposée agression éhontée contre un membre de l’OTAN.

« Frapper le territoire de l’OTAN avec des missiles… C’est une attaque de missiles russes contre la sécurité collective ! C’est une escalade vraiment significative. Il faut agir, » a déclaré M. Zelensky dans son allocution vidéo de mardi soir.

Puis, alors que les images du site du crash du missile circulaient largement sur Internet, conduisant même des sources occidentales à exprimer des doutes sur le fait que le projectile ait été lancé par la Russie, le ministre des affaires étrangères ukrainien a tenté d’anticiper ce qu’il a qualifié de « théorie du complot » promue par la Russie.

Comme pour de nombreux autres aspects de cette guerre, certaines des questions de bon sens les plus évidentes ont été rapidement déclarées « hors limites » avant même d’avoir pu être posées.

Traduction : Financement américain pour la guerre en Ukraine en 9 mois :

  • Mars : 13,6 milliards de dollars
  • Mai : 40 milliards de dollars
  • Nov : 37,7 milliards de dollars : nouvelle demande de Biden

Ces 91,3 milliards de dollars représentent 33 % de plus que les dépenses militaires totales de la Russie pour l’année. C’est le double des dépenses annuelles moyennes des États-Unis pour leur propre guerre en Afghanistan.

Varsovie a ensuite évité de parler de l’article 5, mais a proposé l’article 4 comme base d’une réunion de sécurité d’urgence de l’OTAN pour mercredi, qui prévoit des « consultations » dans le cas où un pays de l’OTAN est menacé.

Mais quelle différence en quelques heures, et un refus sceptique de sauter aveuglément dans le train de la guerre !

  • Tout d’abord, comme nous l’avons rapporté cette nuit, le président Joe Biden a explicitement déclaré que, sur la base d’informations préliminaires, il est « peu probable » que le tir de roquette en Pologne provienne de Russie.

Oups. En effet, sur la base des nouvelles preuves disponibles, il semblait clair que le coupable était plus probablement un missile anti-aérien ukrainien errant.

  • « Il est peu probable, compte tenu de la trajectoire, que la roquette ait été tirée depuis la Russie. Mais nous verrons bien », avait déclaré Biden.

Mais cet aveu est intervenu bien après que le président américain ait saisi le moment du « brouillard de la guerre » pour dévoiler :

Un autre programme d’aide d’urgence massif de 37 milliards de dollars pour l’Ukraine, presque simultanément à l’incident frontalier.

  • Mercredi, la Pologne et les responsables de l’OTAN ont également fait marche arrière par rapport à la réaction réflexe initiale consistant à « blâmer la Russie », qui a momentanément plongé le monde dans une frénésie d’anxiété face à la perspective d’une troisième guerre mondiale.

Le président polonais Andrzej Duda a déclaré que l’explosion qui a tué deux personnes semble maintenant être un « accident malheureux » et non une « attaque intentionnelle ».

Que reste-t-il à dire après tout cela ? Voici les faits…

Traduction : L’UKRAINE a tenté de déclencher la troisième guerre mondiale hier lorsqu’un missile ukrainien a frappé un pays de l’OTAN et tué des civils innocents.

Les dirigeants ukrainiens ont menti et ont blâmé la RUSSIE. L’AP l’a écrit sans se poser de questions. Les dirigeants ukrainiens ont menti pour essayer de déclencher une véritable troisième guerre mondiale. Ce sont les faits.

Rappelons que la première réaction de Moscou a été de penser que l’Ukraine ou la Pologne mettait en scène une « provocation délibérée » en rejetant si rapidement la responsabilité d’un acte agressif sur la Russie.

Dans les heures qui ont suivi, des responsables de Varsovie ont même exigé que la Russie présente des excuses s’il s’agissait d’un accident.

Mais le président Duda, aux côtés du siège de l’OTAN, est en train de renverser rapidement la situation, comme le rapporte Axios :

  • M. Duda a ajouté que le projectile qui a provoqué l’explosion était « très probablement »de fabrication russe, mais les responsables n’ont « aucune preuve pour le moment qu’il s’agissait d’un missile tiré par la partie russe. »
  • L’Ukraine a précédemment nié être responsable de l’explosion et a accusé Moscou d’une « grave escalade ». La Russie a également nié toute responsabilité.
Biden au sommet du G20 à Bali, en Indonésie, le 16 novembre 2022. 
AFP/Getty Images

De s'amuser à jouer avec le feu... ils feront du 21ème siècle : un siècle de fer, de feu et de sang.
Biden au sommet du G20 à Bali, en Indonésie, le 16 novembre 2022.
AFP/Getty Images

Bien sûr, il a toujours été vrai que l’arsenal de missiles antiaériens de l’Ukraine est entièrement « de fabrication russe », en particulier ses S-300.

  • Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a émis une évaluation similaire, affirmant qu’il s’agissait très probablement d’un missile ukrainien errant :

« Notre analyse préliminaire suggère que l’incident a probablement été causé par un missile de défense aérienne ukrainien tiré pour défendre le territoire ukrainien contre des attaques de missiles de croisière russes », a déclaré le secrétaire général de l’OTAN aux journalistes après une réunion d’urgence du Conseil de sécurité de l’alliance.

Il a souligné que l’enquête sur l’explosion est toujours en cours, mais que « rien n’indique qu’il s’agisse du résultat d’une attaque délibérée. Et nous n’avons aucune indication que la Russie prépare des actions militaires offensives contre l’OTAN. »

Déclaration du secrétaire général de l'OTAN

« Notre analyse préliminaire suggère que l'incident a probablement été causé par un missile de défense aérienne ukrainien tiré pour défendre le territoire ukrainien contre des attaques de missiles de croisière russes », a déclaré le secrétaire général de l'OTAN aux journalistes après une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'alliance.

Il a souligné que l'enquête sur l'explosion est toujours en cours, mais que « rien n'indique qu'il s'agisse du résultat d'une attaque délibérée. Et nous n'avons aucune indication que la Russie prépare des actions militaires offensives contre l'OTAN. »
Déclaration du secrétaire général de l’OTAN

Comme on pouvait s’y attendre, il a rapidement poursuivi en imputant toujours à la Russie la responsabilité de l’ensemble de la guerre et de la série d’événements qui ont conduit à l’explosion meurtrière à la frontière.

« Mais laissez-moi être clair. Ce n’est pas la faute de l’Ukraine. La Russie en porte l’ultime responsabilité, car elle poursuit sa guerre illégale [??!!!??… guerre illégale, de tout entendre on aura … tout entendu ! ] contre l’Ukraine », a déclaré le chef de l’OTAN.

« Je veux la guerre nananère !! et c'est toi le chat ! »
La guerre au 21ème siècle c'est ca !?! 
Conséquences : Désorganisation des codes sociaux pour opérer la transition écomique et sociale.

La guerre au 21ème siècle, c’est ça… Une conséquence de la nature de la propagande, parmi tant d’autres :

« Désorganisation des codes sociaux pour opérer sur une autre scène de théâtre de propagande, la transition économique et sociale numérique – La guerre finance la transition civilisationnelle, en assurant du boulot aux 2 industries NeuroTech et BioTech. Jusqu’où ira la « stratégie kamikaze ? »

Sans aborder l’empressement strident de Zelensky, la veille, à obtenir de l’OTAN qu’elle déclare une action militaire fondée sur la sécurité collective, Stoltenberg a souligné que « ce n’est pas la faute de l’Ukraine ».

Alors que les responsables de la défense de l’OTAN continuent de se réunir pour déterminer la marche à suivre, et que le drame s’est manifestement éteint (encore une fois, seulement après qu’il est apparu qu’il s’agissait d’une fusée ukrainienne), il est probable que l’alliance passera tranquillement à autre chose, en se disant « il n’y a rien à voir ».

Mais qu’en sera-t-il la prochaine fois qu’une tragédie ou un incident frontalier similaire se produira sur le territoire de l’OTAN ?

  • Le même discours « La Russie attaque l’OTAN » prévaudra-t-il avant que quiconque ne soit autorisé à poser des questions simples ?
  • Les tambours de guerre vont-ils battre avant qu’il n’y ait ne serait-ce qu’une enquête médico-légale ?
  • Y aura-t-il un champignon atomique avant que le scepticisme rationnel ne vienne perturber le « consensus » ?

Comme l’ont démontré les dix dernières années de guerre en Syrie et l’intervention occidentale dans ce pays, c’est le scénario probablement inévitable de la façon dont l’OTAN et la Russie vont tomber dans un conflit direct à ce rythme.

En attendant, pour ce qui est de la question ci-dessous, qui reste en suspens, nous ne retiendrons pas notre souffle…

Une mise à jour ou des excuses pour cela ? Ou sommes-nous censés oublier que le gouvernement ukrainien corrompu a une fois de plus tenté de déclencher une troisième guerre mondiale basée sur des mensonges ?

Traduction du tweet ci-dessus :

« Une mise à jour ou des excuses pour cela ? Ou sommes-nous censés oublier que le gouvernement ukrainien corrompu a une fois de plus tenté de déclencher une troisième guerre mondiale basée sur des mensonges ? »

Pour comprendre l’escalade des provocations qui peuvent conduire à la guerre et leurs enjeux économiques, écouter notre interview avec l’économiste Olivier Delamarche !

Source: Zero Hedge

Géopolitique-Profonde

Tous les articles, la tribune libre et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs. Les Moutons Enragés ne sauraient être tenus responsables de leur orientation.





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

onze − sept =