• jeu. Fév 29th, 2024

Monde25

Le monde des informations alternatives

Banlieues, sermonner et punir, par Tristan de Bourbon-Parme (Le Monde diplomatique, août 2023)

ByVeritatis

Jan 31, 2024


En France comme au Royaume-Uni il y a douze ans

Des condamnations dans 95 % des affaires, de la prison ferme dans 60 % des cas, une peine moyenne supérieure à huit mois. Le 19 juillet dernier, le ministre de la justice a dressé un premier bilan de la réponse pénale aux nuits de violence du début de l’été, alors que six cents personnes étaient déjà incarcérées. Que deviendront-elles ? La répression des émeutes de 2011 au Royaume-Uni en donne une idée.

JPEG - 68.6 ko

Bernard Aubertin. — « Dessin de feu », 2010

© ADAGP, Paris, 2023 – Galerie Thomas, Munich

L’avocat se lance : « Il est étudiant en ingénierie, ses examens ont lieu dans dix jours. Il n’a jamais été condamné, il est prêt à porter un bracelet électronique, à subir n’importe quelle condition tant qu’il pourra se rendre à ses examens. » Un de ses collègues prend le relais quand la cour appelle l’affaire suivante : « Avec ses amis, mon client a voulu aller voir ce qu’il était advenu du magasin, il a voulu enquêter, comme les journalistes. » Dans le box réservé à la presse, on se gausse. « Il a honte. Il veut réparer le mal qui a été fait par des travaux d’aide à la communauté. Il travaille dans un grand magasin, il est en deuxième année à l’université, il veut poursuivre. » Mais le juge écarte ces demandes. Maintiens en détention préventive. L’un des deux hommes baisse la tête, le regard vide. Sa mère se passe les mains sur le visage pour ne pas pleurer. « Ils veulent faire des exemples, s’insurge le père de l’autre, ils chargent tout le monde très durement. »

On pourrait croire la scène vécue dans un tribunal français. Une comparution d’émeutiers, au début de cet été. Or c’était au Royaume-Uni, il y a plus de dix ans, en 2011 exactement : lors des procès organisés en urgence du fait — selon l’expression du gouvernement — de « troubles à l’ordre public ». Le 4 août, Mark Duggan, 29 ans, est tué par un policier d’une balle dans la poitrine après l’interception du taxi dans lequel il circule à Tottenham, dans le nord de Londres. Les autorités le surveillaient. Il aurait détenu une arme au moment de sa mort. Des proches défilent le surlendemain jusqu’au principal commissariat du quartier. En début de soirée, des policiers matraquent une fille de 16 ans qui aurait lancé un caillou. La situation dégénère. Deux voitures de police brûlent avant la propagation des violences au quartier puis, les jours suivants, aux périphéries de la capitale et des grandes villes anglaises, Birmingham, Liverpool, Manchester…

« Il s’agit de cupidité et de criminalité »

 (…)

Taille de l’article complet : 2 483 mots.

Cet article est réservé aux abonnés

Lycées, bibliothèques, administrations, entreprises,
accédez à la base de données en ligne de tous les articles du Monde diplomatique de 1954 à nos jours.
Retrouvez cette offre spécifique.

Tristan de Bourbon-Parme

Journaliste, auteur de Boris Johnson. Un Européen contrarié, Les Pérégrines, Paris, 2021.



Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *