• jeu. Fév 29th, 2024

Monde25

Le monde des informations alternatives

les vérités cachées de Jabotinsky et Netanyahu, par Thierry Meyssan

ByVeritatis

Fév 1, 2024



Josep Borrell dénonce les liens entre Benjamin Netanyahu et le Hamas.

Josep Borrell, haut représentant de l’Union européenne pour les Affaires étrangères et la Politique de sécurité, recevant un doctorat honoris causa à Valadolid, a déclaré : « Nous pensons qu’une solution à deux États [israélien et palestinien] doit être imposée de l’extérieur pour ramener la paix. Même si, et j’insiste, Israël réaffirme son refus [de cette solution] et, pour l’empêcher, est allé jusqu’à créer lui-même le Hamas (…) Le Hamas a été financé par le gouvernement israélien pour tenter d’affaiblir l’Autorité palestinienne du Fatah. Mais si nous n’intervenons pas fermement, la spirale de la haine et de la violence se poursuivra de génération en génération, de funérailles en funérailles ».

Ce faisant, Josep Borrell rompait avec le discours officiel occidental selon lequel, le Hamas est l’ennemi d’Israël, qu’il aurait attaqué par surprise le 7 octobre ; justifiant la riposte israélienne actuelle et le massacre de, déjà, 25 000 civils palestiniens. Il affirmait que des ennemis des juifs peuvent être soutenus par d’autres juifs, Benjamin Netanyahu en particulier. Il refusait la lecture communautaire de l’Histoire et examinait les responsabilités personnelles.

Ce changement narratif a été rendu possible par la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, il y a quatre ans. Josep Borrell sait que l’Union européenne a financé le Hamas depuis son coup d’État de 2006, pourtant aujourd’hui il est libre de dire ce qu’il a sur le cœur. Il n’a pas évoqué les liens du Hamas avec la Confrérie des Frères musulmans, dont l’organisation revendique d’être la « branche palestinienne », ni de celle-ci avec le MI6, le services secrets britanniques. Il a simplement suggéré de se retirer de ce guêpier.

Progressivement, le voile se déchire. Un rappel historique est ici nécessaire. Les faits sont connus, mais jamais reliés entre eux, ni énumérés à la suite. Ils ont un effet cumulatif éclairant. Ils se situent principalement tout au long de la Guerre froide, lorsque l’Occident fermait les yeux sur les crimes dont il avait besoin, mais ils débutent en réalité vingt ans plus tôt.

En 1915, le ministre de l’Intérieur juif britannique, Herbert Samuel, rédigea un mémorandum sur le Futur de la Palestine. Il souhaitait créer un État juif, mais de petite taille afin qu’il « ne puisse pas être assez grand pour se défendre ». Ainsi la diaspora juive servirait sur le long terme les intérêts de l’empire britannique.

Il tenta de convaincre le Premier ministre, le libéral de l’époque H. H. Asquith, en vain, de créer à l’issue de la Guerre mondiale un État juif en Palestine. Cependant après la rencontre d’Herbert Samuel avec Mark Sykes, juste après la conclusion des Accords Sykes-Picot-Sazonov sur la répartition coloniale du Moyen-Orient, les deux hommes poursuivirent le projet et bénéficièrent du soutien des « protestants non-conformistes » (on dirait aujourd’hui des « chrétiens sionistes »), dont le nouveau Premier ministre, David Lloyd George. Ce dernier et son cabinet donnèrent instruction pour la fameuse Déclaration Balfour afin de préciser un des points des Accords Sykes-Picot Sazonov en annonçant un « foyer national juif ».

Simultanément, les protestants non-conformistes, par l’entremise du juge à la Cour suprême des États-Unis, Louis Brandeis, convainquirent le président Woodrow Wilson de soutenir leur projet.

Toujours durant la Première Guerre mondiale, lors de la révolution russe, Herbert Samuel proposa d’intégrer des juifs de l’ex-empire russe qui fuyaient le nouveau régime dans une unité spéciale, la Légion juive. Cette proposition fut reprise par un juif ukrainien, Vladimir Ze’ev Jabotinsky, qui imagina qu’un État juif en Palestine pourrait être sa récompense dans l’après-guerre. Herbert Samuel lui confia de recruter des soldats parmi les émigrés russes. Parmi eux, il trouva notamment le Polonais David ben Gourion (alors marxiste) auquel se joignit le Britannique Edwin Samuel, le propre fils d’Herbert Samuel. Ils s’illustrèrent notamment lors de la bataille perdue contre les Ottomans à Gallipoli.

À la fin de la guerre, le fasciste Jabotinsky réclama un État comme son dû, mais les Britanniques n’avaient nullement envie de se séparer de leur colonie palestinienne. Ils s’en tinrent donc à leur engagement de « foyer national », sans plus. En 1920, une partie des Palestiniens, conduite par Izz al-Din al-Qassam (la figure tutélaire de la branche armée de l’actuel Hamas, les brigades al-Qassam) se souleva et massacra sauvagement des immigrés juifs, tandis qu’une milice juive leur répondit. C’est le début du conflit israélo-palestinien. Londres rétablit l’ordre en arrêtant des fanatiques, aussi bien des jihadistes que des juifs. Jabotinsky, chez qui un arsenal fut découvert, fut condamné à 15 ans de prison.

Cependant, le gouvernement « protestant non-conformiste » de David Lloyd George nomma Herbert Samuel gouverneur de Palestine. Dès son arrivée à Jérusalem, il gracia et fit libérer son ami Jabotinsky. Puis, il nomma l’antisémite et futur collaborateur du Reich, Mohammad Amin al-Husayni, grand mufti de Jérusalem.

Fresque en hommage à Vladimir Jabotinski à Odessa (Ukraine).

Jabotinsky fut alors élu administrateur de l’Organisation sioniste mondiale (WZO). Mais il repartit dans l’ex-empire russe où Symon Petlioura venait de créer une République populaire ukrainienne. Jabotinsky et Petlioura signèrent un accord secret pour se tailler une place dans les terres des bolchéviks à l’Est et des anarchistes de Nestor Makhno au Sud (la Novorossia actuelle). Petlioura était un antisémite forcené, ses hommes étaient habitués, dans leur propre pays, à massacrer des familles ou des villages juifs. Petlioura était le protecteur des « nationalistes intégraux » ukrainiens et de leur mentor, Dmytro Dontsov, qui deviendra par la suite administrateur de l’Institut Reinhard Heydrich chargé de l’exécution de la « solution finale de la question juive » [1].

Lorsque le bruit se répandit que Jabotinsky avait fait alliance avec des « massacreurs de juifs », l’Organisation sioniste mondiale le convoqua pour explication. Mais il préféra démissionner de ses fonctions communautaires plutôt que de répondre à des questions. Il créa alors l’Alliance des « sionistes révisionnistes » (surtout présente dans la diaspora polonaise et lettone) et sa milice, le Betar. Il se détourna de l’empire britannique et s’enthousiasma pour l’Italie fasciste. Il créa une académie militaire pour le Betar à proximité de Rome avec le soutien du duce Benito Mussolini.

Garde d’honneur du Betar devant le portrait de Jabotinky à la citadelle de Ze’ev.

En 1936, Jabotinsky imagina un « plan d’évacuation » des juifs d’Europe centrale et orientale vers la Palestine. Il obtint le soutien du chef de l’État polonais, le maréchal Józef Piłsudski, et de son ministre des Affaires étrangères, Józef Beck. Mais aussi celui du régent hongrois, l’amiral Miklós Horthy, sans oublier celui du Premier ministre roumain, Gheorghe Tătărescu. Ce plan ne fut jamais réalisé car les juifs d’Europe centrale et orientales étaient effrayés par les alliés de Jabotinsky et parce que l’empire britannique s’opposa à une émigration massive en Palestine. En définitive, Chaim Weizmann, alors président de l’Organisation sioniste mondiale, assura que Jabotinsky était impliqué dans le plan franco-polono-nazi de déportation des juifs à Madagascar.

C’est à cette période que Vladimir Jabotinsky prophétisa l’holocauste devant des publics juifs médusés. Selon lui, en refusant son plan d’évacuation, la diaspora allait provoquer un sursaut de violence contre elle. À la surprise générale c’est ce que ses amis mirent effectivement en œuvre : l’extermination de millions de juifs.

Vladimir Jabotinky (à droite) et Menachem Begin (à gauche), lors d’une réunion du Bétar à Varsovie.

En 1939, Jabotinsky rédigea un plan pour un soulèvement des juifs de Palestine contre l’empire britannique qu’il envoya à la section locale des « sionistes révisionnistes », l’Irgun. La Seconde Guerre mondiale repoussa ce projet à plus tard. Jabotinsky ne se fixa pas en Italie fasciste, mais aux États-Unis, alors neutres, où l’un de ses disciples le rejoignit pour devenir son secrétaire particulier. C’était Benzion Netanyahu, le père de Benjamin Netanyahu.

Durant la guerre, Vladimir Jabotinsky et Benzion Netanyahu reçurent la visite d’un professeur de philosophie de Chicago, Léo Strauss. C’était aussi un juif fasciste. Il avait été contraint de quitter l’Allemagne en raison de l’antisémitisme nazi, mais restait toujours un fasciste convaincu. Léo Strauss est devenu par la suite la référence des « néo-conservateurs » aux USA. Il a créé sa propre école de pensée, assurant à ses quelques disciples, après la Seconde Guerre mondiale, que le seul moyen pour des juifs de se prévenir d’une nouvelle Shoah, c’est de créer leur propre dictature. Parmi ses élèves, on compte aussi bien Paul Wolfowitz qu’Elliott Abrams, l’homme qui se tient aujourd’hui derrière Benjamin Netanyahu et qui a financé sa « réforme des institutions » cet été.

Vladimir Jabotinsky mourut à New York, en 1940. David ben Gourion s’opposa au transfert de ses cendres en Israël, mais, en 1964, le Premier ministre d’Israël, l’Ukrainien Levi Eshkol, l’autorisa.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu rend hommage à son héros, Vladimir Ze’ev Jabotinky.

Après la Guerre mondiale, les « sionistes révisionnistes » de l’Irgun déclarent la guerre à l’Empire britannique pour avoir limité l’émigration juive en Palestine. Sous le commandement du futur Premier ministre, le Biélorusse Menachem Beguin, ils organisent une série d’attentats, dont celui contre l’hôtel King David qui fit 91 morts ou le massacre de Deir Yassin qui fit au moins une centaine de victimes.

En novembre 1947, l’Assemblée générale des Nations unies adopte un plan de partage de la Palestine entre deux zones, juive et arabe, afin de former un État binational. Profitant de la lenteur de l’organisation intergouvernementale, David ben Gourion proclame unilatéralement l’État d’Israël, le 14 mai 1948. Les États arabes réagissent par les armes, tandis que des milices juives débutent l’expulsion de 750 000 Palestiniens, la Nakba. Inquiète de ces rapides développement, l’Assemblée générale envoie un émissaire suédois, le comte Folke Bernadotte, pour délimiter les deux États fédérés. Mais le 17 septembre 1948, d’autres « sionistes révisionnistes », appartenant au Lehi (dit « Groupe Stern »), sous le commandement d’un autre futur Premier ministre, le Biélorusse Yitzhak Shamir, l’assassinent. Ils sont tous condamnés par un tribunal israélien. Le ministre des Affaires étrangères, l’Ukrainien Moshé Shertok (ou Sharett), écrit à l’Assemblée générale pour demander l’adhésion d’Israël aux Nations unies. Il « déclare que l’État d’Israël accepte par la présente, sans réserve aucune, les obligations découlant de la charte des Nations unies et qu’il s’engage à les observer du jour où il deviendra Membre des Nations Unies ». À ces conditions expresses, Israël devient membre de l’Onu, le 11 mai 1949. Dans les jours qui suivent, Yehoshua Cohen, l’assassin du comte Bernadotte est discrètement libéré. Il devient le garde du corps du Premier ministre, David ben Gourion.

Benjamin Netanyahu jeune et Yitzhak Shamir.

De 1955 à 1965, Yitzhak Shamir dirige un département du Mossad, les services secrets extérieurs du nouvel État. Sans en informer ses supérieurs, il structure la police secrète du shah d’Iran, la Savak. Environ deux cents de ses hommes viennent y enseigner la torture aux côtés d’anciens nazis [2].

Puis, alors qu’il négocie les Accords de Camp David avec l’Égypte, il déplace les hommes qu’il avait envoyés en Iran vers le Congo, en 1979. Probablement avec le soutien de la CIA états-unienne, ils encadrent désormais la police secrète de Mobotu Sese Seko. Il se rend sur place pour les contrôler.

Dans le cadre de la Guerre froide, Yitzhak Shamir aide aussi la dictature taïwanaise [3].

Cette fois à l’insu des États-Unis, il créé un groupe terroriste à New York, la Jewish Defense League du rabbin Meir Kahane [4]. Il supervise une campagne pour l’émigration des juifs soviétiques en Israël, des attentats contre la délégation soviétique à l’Onu et enfin contre la légation de l’Organisation de libération de la Palestine.

Il noue des alliances avec l’Afrique du Sud [5]. Il participe à la création des « bantoustans », de faux États africains qui permettent à l’Afrique du Sud de ne plus considérer sa population noire comme des ressortissants, mais comme des émigrés ; un modèle que les « sionistes révisionnistes » appliqueront ultérieurement aux Palestiniens.

Sur cette lancée, il fait financer par Israël les recherches du médecin personnel du président Pieter Botha, le docteur Wouter Basson. Celui-ci, à la tête de 200 scientifiques, entend créer des maladies qui n’affecteront que les noirs et les arabes (Projet Coast [6]) [7].

Un crime en entrainant un autre, il soutient aussi la Rhodésie [8] et la lutte contre l’indépendance des colonies portugaises du Mozambique et d’Angola.

Au Guatemala, Yitzhak Shamir se rapproche de la dictature du général Rios Montt. Il ne se contente pas de lui de fournir des armes, mais aussi supervise sa police secrète. Il met en place un institut d’informatique qui surveille les consommations d’eau et d’électricité et peut ainsi détecter et localiser des activités clandestines. Il organise la population maya en kibboutzim de manière à la faire travailler et à la surveiller sans avoir à procéder à une réforme agraire. Ainsi protégé, Rios Montt assassine 250 000 personnes. [9] ; un modèle que les sionistes révisionnistes souhaitent appliquer aux Palestiniens. Les rapports entre Israël et les États-Unis au sujet de l’expérimentation guatémaltèque passent par le straussien Elliott Abrams.

Durant toute la Guerre froide, les « sionistes révisionnistes » n’ont pas agit dans l’intérêt du camp occidental, ils ont utilisé les opportunités qui se présentaient pour faire ce que Vladimir Ze’ev Jabotinky avait toujours fait : exercer le pouvoir par la force sans aucun égard pour qui que ce soit.


Vers la fin de la Conférence de Madrid, la délégation israélienne a ressorti cette vieille affiche de la police britannique en Palestine mandataire : elle demande des informations sur le groupe terroriste Lehi. En haut à gauche : Menachem Beguin.

À la fin de la Guerre froide, le président Bush père convoqua la conférence de Madrid pour résoudre enfin la question israélo-palestinienne. Durant celle-ci, la délégation israélienne, présidée par Yitzhak Shamir, devenu Premier ministre, exige l’abrogation de la résolution 3379 de l’Assemblée générale des Nations unies [10] avant la poursuite des débats. Celle-ci affirme que « le sionisme est une forme de racisme et de discrimination raciale ». « Avec un cœur ouvert, nous appelons les dirigeants arabes à prendre le pas courageux et à répondre à notre main tendue en paix », déclame Shamir, grandiloquent. Soucieuse de permettre un accord, l’Assemblée générale obtempère. Mais, trompant ses interlocuteurs, Israël ne prendra aucun engagement et fera même tout pour faire échouer la candidature à un second mandat de George H. Bush.

Un petit mot avant de conclure sur les personnalités de ce dispositif aujourd’hui.

Le président juif ukrainien Volodymyr Zelenski et le « führer blanc », Andriy Biletsky

L’alliance des « sionistes révisionnistes » et des « nationalistes intégraux » ukrainiens s’est reformée à la dissolution de l’Union soviétique. Un oligarque mafieux, le juif Ihor Kolomoïsky, a propulsé en politique un jeune humoriste juif, Volodymyr Zelensky, tout en finançant les milices nationalistes intégrales qui assiégeaient et bombardaient les populations ukrainiennes russophones du Donbass. Le refuznik Natan Sharansky, ancien ministre d’Ariel Sharon, organise des réunions entre des personnalités juives mondiales et le cabinet du président ukrainien. Tandis que Voldymyr Zelensky a confié le commandement des deux grandes batailles de Marioupol et de Bakhmout à Andriy Biletsky, le « führer blanc ».

Le 19 juillet 2018, à l’initiative des « sionistes révisionnistes », la Knesset adopte une loi proclamant Israël comme « État juif », avec l’hébreu comme seule langue officielle et Jérusalem unifiée comme capitale. Les colonies juives en territoire palestinien sont considérées comme relevant de l’« intérêt national ».

Quatre ans plus tard, Benjamin Netanyahu constitue un gouvernement avec une coalition formée avec les disciples du rabbin Kahane. En 2022, Itamar Ben-Gvir, président d’Otzma Yehudit (parti du Pouvoir juif) déclare qu’il va expulser les Arabes de Palestine. Des membres de son parti lancent une attaque contre le village cisjordanien d’Huwara, en février 2023, sept mois avant l’attaque palestinienne du 7 octobre. En quelques heures, ils incendient des centaines de voitures et 36 maisons. Ils s’acharnent sur les habitants, faisant 400 blessés et tuent un homme sous les yeux de l’armée israélienne qui encerclait le village sans intervenir face à leurs exactions.

Ce bref résumé historique nous montre qu’il n’y a pas plus de problème israélo-arabe que de problème ukraino-russe, mais un énorme problème de tous avec une idéologie qui, en des lieux et des époques différentes, n’a fait que semer la souffrance et la mort. Nous devons ouvrir les yeux et ne plus accepter de nous mobiliser avec des actions sous faux drapeau et autres mensonges.



Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *