• jeu. Fév 29th, 2024

Monde25

Le monde des informations alternatives

La stratégie de la famine d’Israël

ByVeritatis

Fév 2, 2024


par Mike Whitney

«Ce n’est pas une coïncidence si les attaques contre l’UNRWA ont eu lieu après l’arrêt de la CIJ. Israël tente de discréditer la Cour internationale de justice, et l’un des moyens d’y parvenir est de dénigrer l’UNWRA. Mais l’UNWRA a joué un rôle héroïque en fournissant des services de santé, d’éducation et autres aux réfugiés palestiniens depuis 1948. Il est vraiment navrant que la propagande israélienne diabolise à présent l’UNWRA et conduise certains pays à interrompre leur aide. Ma sympathie et mon soutien vont donc entièrement à l’UNWRA, et j’espère qu’elle pourra continuer longtemps à jouer le rôle vital qu’elle a toujours joué en soutenant les victimes palestiniennes de l’agression israélienne». (Avi Shlaim, historien israélien, YouTube)

L’UNRWA assure la distribution de nourriture et de farine à l’ensemble des 2,2 millions d’habitants de Gaza. La suppression du financement de l’UNRWA entraînera une famine et une mortalité massives.

Voici votre quiz sioniste du jour : Pourquoi Israël a-t-il lancé un véritable blitz médiatique sur une agence de secours des Nations unies (UNRWA) le jour même où la Cour pénale internationale (CPI) rendait son arrêt historique sur le génocide ?

  1. Pour détourner l’attention du fait qu’Israël commet un génocide à Gaza
  2. Informer le public que de nouveaux renseignements ont été révélés sur l’implication du Hamas dans l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA).
  3. Assurer aux citoyens du monde entier que la principale préoccupation d’Israël est la lutte contre le terrorisme.
  4. activer la phase finale de leur opération de nettoyage ethnique.

Si vous avez répondu «4», félicitez-vous, car c’est la bonne réponse. Bien sûr, il est également vrai qu’Israël voulait détourner l’attention de l’annonce de la CIJ, mais cela n’est rien en comparaison du lancement de la phase finale de son opération de nettoyage ethnique. Il s’agit là du véritable coup de grâce, du dernier coup porté à la solution des deux États et d’un remède pratique au problème démographique lancinant d’Israël. C’est aussi la pièce essentielle du puzzle qui donne un sens aux plus de 100 derniers jours de bombardements incessants, de frappes aériennes et d’autres formes de terreur d’État. C’est comme si Israël abattait audacieusement ses cartes pour que le monde entier puisse voir la stratégie qu’il compte employer pour éradiquer la population autochtone et réaliser le rêve sioniste d’un État juif du fleuve à la mer.

Et quelle pourrait être cette stratégie ?

Disperser 2 millions de Palestiniens aux quatre coins du monde par le biais d’une immigration massive.

Mais comment vont-ils faire ? Après tout, un certain nombre de pays n’ont-ils pas déjà refusé d’accueillir les Palestiniens ?

En effet, ils l’ont fait, mais c’était avant que les photos (qui seront bientôt publiées) de femmes et d’enfants affamés n’inondent les sites de médias sociaux du monde entier, suscitant un élan de sympathie sans précédent pour la population assiégée. Et comme la sympathie du public conduit à une indignation généralisée, de plus en plus de gens exigeront de leurs gouvernements qu’ils prennent des mesures pour soulager les souffrances par une immigration de masse. C’est ainsi qu’Israël entend se débarrasser de sa population autochtone et créer le Valhalla sioniste, une majorité juive à perpétuité.

C’est pourquoi Israël a lancé son attaque féroce contre l’UNWRA, parce que l’UNWRA – plus que toute autre organisation humanitaire opérant au Moyen-Orient – aide à nourrir et à loger les Palestiniens, ce qui va à l’encontre des intentions explicites d’Israël. La dernière chose qu’Israël souhaite, c’est que les Palestiniens établissent un immense camp de réfugiés près de Rafah, dont la taille ne cessera de croître dans les années à venir. Ce phénomène s’est déjà produit en Jordanie et au Liban, où près de 3 millions de Palestiniens languissent toujours dans des camps de réfugiés (75 ans après la création de l’État israélien) et sont toujours déterminés à rentrer chez eux un jour ou l’autre. Ce n’est pas ce que veut Israël. Israël veut que les Palestiniens «s’évanouissent dans la nature», c’est pourquoi il veut qu’ils soient dispersés dans le monde entier afin que l’idée même de rentrer chez eux ne leur vienne jamais à l’esprit.

Ainsi, bien que les dirigeants israéliens ne se réjouissent pas de l’atteinte à leur réputation due à leur traitement des Palestiniens, ils sont prêts à l’endurer afin d’atteindre leurs objectifs stratégiques plus larges, à savoir l’éradication complète de la population arabe et le renforcement d’une majorité juive permanente.

La stratégie globale d’Israël a été parfaitement résumée par Daniella Weiss, ancienne maire d’une colonie de Cisjordanie, qui a déclaré ce qui suit lors d’une brève interview sur Tik Tok :

«Ils vont bouger. Ils vont bouger. Les Arabes se déplaceront… Donc, nous ne leur donnons pas de nourriture, nous ne donnons rien aux Arabes, et ils devront partir. Le monde les acceptera». (Middle East Eye, Tik Tok)

Voilà en quelques mots le plan d’Israël.

source : The Unz Review

traduction Réseau International

Print Friendly, PDF & Email



Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *