• jeu. Fév 22nd, 2024

Monde25

Le monde des informations alternatives

Rien ne dure éternellement – et cela inclut le capitalisme –

ByVeritatis

Fév 3, 2024


L’establishment politico-économique britannique a tout intérêt à maintenir le statu quo. « Le capitalisme est là pour rester », telle est leur inculcation.

L’histoire suggère le contraire. Alors que les nomades chasseurs-cueilleurs sans classes ont parcouru la Terre pendant environ 200 000 ans, la société de classes n’existe que depuis 8 000 à 10 000 ans. L’humanité s’est accélérée à travers trois phases de société de classes : l’esclavage ancien, la féodalité et le capitalisme. Chaque phase historique a été plus efficace et productive que la précédente, mais a survécu beaucoup moins de temps avant de sombrer dans une crise durable et d’être dépassée.

Nous savons que les grands empires antiques d’Athènes, d’Égypte et de Rome, bâtis sur l’esclavage, ont disparu. Nous savons que la période historique de la féodalité, qui s’étendait à cheval sur l’Europe, l’Asie et l’Amérique du Sud, s’est également succédée. Mais les idéologues de l’establishment et les médias nous forcent sans cesse à accepter de manière subliminale l’idée que le capitalisme continuera indéfiniment.

Il existe des raisons matérielles pressantes de s’intéresser aux transformations évolutionnistes et révolutionnaires qui ont marqué l’histoire socio-économique. Cela s’explique en partie par le fait qu’elles ont des implications immédiates sur le présent et l’avenir imminent, en partie parce que les cercles dirigeants du capitalisme ont tout intérêt à décrire l’essence transformatrice de l’histoire, et en partie parce que ces transformations ont un impact colossal sur la vie quotidienne de chacun.

Dénoncer le mensonge derrière le dogme selon lequel le capitalisme est l’ordre naturel et durera éternellement fait partie intégrante de la construction de l’espoir et de la confiance dans un avenir socialiste.

Le capitalisme a une durée de conservation finie

Le capitalisme, comme les formations socio-économiques qui l’ont précédé, a une durée de vie limitée. À un moment donné, les nouvelles formes de connaissances et de technologies dépasseront les limites de la production capitaliste, où les choses ne sont produites que s’il y a un profit à réaliser. Selon les mots de Karl Marx, les relations de production de classe deviennent une entrave au développement des forces de production. Depuis quelques décennies, les produits sont conçus intentionnellement avec une obsolescence programmée. [1][2] Et même si des développements technologiques remarquables continuent de soutenir le capitalisme, ils ne sortent de la planche à dessin que s’il y a un profit à réaliser. [3] D’autres innovations potentielles qui pourraient alléger la pénibilité et la charge de travail des travailleurs, et même sauver des vies, sont laissées de côté. Nous pouvons faire fonctionner des gazoducs et des oléoducs sous les océans et à travers l’Afrique de l’Est jusqu’à l’océan Indien [4], mais il revient à OXFAM de financer de modestes approvisionnements en eau. [5]

Si l’histoire nous apprend quelque chose, le capitalisme sera remplacé par un système socio-économique plus efficace et plus productif. Au cours des périodes révolutionnaires précédentes, le pouvoir politique et étatique s’est transféré d’une classe de propriétaires à une autre – des propriétaires d’esclaves aux propriétaires fonciers féodaux et aux propriétaires de capital. La prochaine transformation – certains diront qu’elle est actuelle – est celle des propriétaires du capital vers les propriétaires de la force de travail.

Contrairement à toutes les classes dirigeantes précédentes, les propriétaires de la force de travail représentent la grande majorité de l’humanité. Nous approchons donc de quelque chose d’extraordinaire dans l’histoire de l’humanité : les germes d’une nouvelle société sans classes. A mesure que la propriété privée de la terre et du capital est abolie, à mesure que cette classe de propriétaires privés est dépossédée et cesse d’exister, tandis que la propriété est collectivisée et socialisée, il ne reste qu’une seule classe : le peuple, et donc aucune classe du tout.

La fin n’est pas proche…

Cette issue n’est ni imminente, ni exempte de conflit. L’histoire nous a déjà appris que les propriétaires du capital résisteront à cette transformation avec tout le pouvoir et la violence immenses dont ils disposent, incarnés dans la machinerie coercitive de l’État et de la guerre. Ils peuvent, comme ils l’ont fait auparavant, recourir au fascisme pour maintenir leur domination de classe et leur richesse – si la classe ouvrière organisée ne les en empêche pas.

Comme les étapes précédentes de l’histoire, la transition du capitalisme au socialisme est semée d’embûches. L’empire esclavagiste romain fut attaqué et en déclin pendant plus de deux cents ans avant de finalement succomber aux incursions du féodalisme. Les aristocraties féodales d’Europe ont résisté à la montée et à la domination du mercantilisme et du capitalisme jusqu’au XIXe siècle.

Les quinze républiques de l’Union soviétique, constituant la moitié de l’Europe et un tiers de l’Asie, furent les pionnières de la nouvelle société. Mais après 73 ans, la puissance de l’impérialisme, à ce stade de l’histoire, s’est avérée trop grande pour que les forces du socialisme puissent la vaincre. Aujourd’hui, alors que le capitalisme mondial sombre dans une crise durable, l’anti-impérialisme et le socialisme réapparaissent.

Le combat est long

Les luttes nationalistes, dont le but est de briser l’emprise de l’impérialisme étasunien, de dédollariser le commerce et de remettre en question l’ordre mondial unipolaire étasunien, aboutissent à d’énormes bouleversements politiques et à l’émergence d’alliances commerciales telles que les BRICS. Créé en 2009 par le Brésil, la Russie et l’Inde et la Chine, le prochain État à les rejoindre fut l’Afrique du Sud en 2010. Elle représente déjà 40 % de la population mondiale. Aujourd’hui, 40 autres pays ont exprimé leur intérêt à adhérer.

Des luttes historiques se poursuivent dans les pays du Sud, de Cuba au Vietnam, du Nicaragua et du Venezuela au Burkina Faso et dans un nombre croissant d’autres États. Pour ces pays, les principaux objectifs sont de résister à l’assujettissement impérial tout en répondant aux besoins de leur peuple.
Mais nous ne lirons jamais un compte rendu impartial de ces luttes dans les médias de l’establishment, ni n’en entendrons parler aux informations de la BBC. Nos enfants ne l’apprendront pas dans le cadre du programme national. Générer une compréhension objective et éclairée du passé, du présent et du futur n’est pas dans l’intérêt du capitalisme.

Nous pouvons imaginer à quoi ressemblera la prochaine étape de l’histoire – le socialisme – dans les premières années de son développement en Grande-Bretagne. Au-delà de cela, nous devons nous garder du volontarisme et de la spéculation utopique. Mais les lois et les leçons du passé nous disent qu’à moins que nous ne détruisions d’abord la planète, la disparition et le remplacement du capitalisme sont à l’ordre du jour de l’histoire. Comme tous les systèmes qui l’ont précédé, le capitalisme ne peut pas durer éternellement.

Les états capitalistes se préparent

Aujourd’hui, presque partout, le capitalisme traverse une crise chronique et durable. Cela ne signifie pas une révolution imminente. Dans la plupart des centres du capitalisme mondial, les classes ouvrières sont en retrait, tandis que les grands États capitalistes se tournent vers les manifestations les plus extrêmes, les plus répressives et les plus violentes de la domination de classe – la guerre et le fascisme – pour maintenir et augmenter leurs profits. Ainsi, la Grande-Bretagne, la France, l’Allemagne, le Japon et d’autres envisagent de doubler leurs dépenses militaires et d’augmenter les pouvoirs coercitifs de l’État, tandis que les cercles dirigeants américains envisagent sérieusement un autre terme du néo-fascisme de Trump.

Ceux qui profitent le plus du capitalisme mépriseront l’idée de sa mortalité historique. Élevés dans la sociopathie des privilèges et de l’arrogance des pensionnats, ceux qui possèdent le capital des entreprises croient que ce qu’ils disent est valable et, rappelant un Canut déformé, pensent qu’ils peuvent inverser le cours de l’histoire. Maîtres de l’univers, ils croient que le capitalisme durera éternellement, simplement parce qu’ils le souhaitent.

Les sommités stratégiques les plus fondées de leur classe comprennent que le maintien du statu quo et la prolongation de la viabilité du capitalisme nécessitent de démoraliser, de diviser et de priver de pouvoir le principal agent du changement, la classe ouvrière. Il est essentiel d’« éduquer » les millions de travailleurs dans l’idéologie dominante selon laquelle le monde d’aujourd’hui est l’ordre naturel et tel qu’il sera toujours : les riches ont le plaisir, les pauvres ont la douleur. C’est la « nature humaine ». C’est « la volonté de Dieu ». Nous, la plèbe, devrons donc l’accepter et attendre « l’au-delà ».

« Rien ne dure pour toujours » n’est pas un cliché

En 1867, Lord Sherbrooke sort le chat du sac. Le Parlement venait tout juste d’adopter le Second Reform Act, qui doublerait à peu près le nombre d’électeurs en Angleterre et au Pays de Galles, passant de un à deux millions, accordant le droit de vote aux hommes (et non aux femmes) des zones urbaines qui satisfaisaient aux critères de propriété. La réponse de Sherbrooke fut son fameux discours « Il faut éduquer nos maîtres » :

“Je crois qu’il sera absolument nécessaire que vous obteniez nos futurs maîtres pour qu’ils apprennent leurs lettres.” À partir de là, un électorat en expansion progressive devait être « éduqué », c’est-à-dire endoctriné, pacifié et privé de pouvoir par le biais du programme de l’enseignement public obligatoire et de la presse populaire.

Une société qui basait sa logique socio-économique et sa planification prospective sur les besoins plutôt que sur le profit, et qui n’avait donc aucune crainte des masses, pourrait favoriser une appréciation objective de l’histoire qui inclurait la centralité de concepts tels que la classe, le conflit de classes, le développement, la révolution. et transformation.

« Rien n’est éternel » serait plus qu’un cliché jetable. Ce serait plutôt l’un des principes fondamentaux qui imprègnent toutes les voies de l’éducation. Les enfants des écoles primaires seraient initiés à l’essence transformatrice de l’histoire, tout comme ils apprendraient leur ABC, 123 et les planètes du système solaire.

Toutes choses naissent, évoluent, se développent, grandissent, s’épanouissent, culminent, déclinent, se désintègrent, disparaissent. Cela s’applique à tout, animé et inanimé. Les humains, les animaux et la vie végétale. Mers, forêts et montagnes. Planètes, étoiles et galaxies. Et oui, des sociétés, des modes de production et des étapes de l’histoire : société nomade de chasseurs-cueilleurs, esclavage ancien, féodalisme, capitalisme, socialisme et au-delà.
Si nous vivions dans une société dépourvue de mythes déguisés en réalité, où tous les fantasmes surnaturels étaient traités avec le même humour complice et doux que le Père Noël, et où l’establishment n’était pas matériellement investi dans le maintien du mensonge de son invincibilité éternelle, notre les enfants atteindraient l’âge adulte en comprenant pleinement la nature éphémère de toutes choses, y compris la société dans laquelle ils vivent.

L’avenir appartient aux milliards mondiaux

Malheureusement, nous n’avons pas encore créé cette société pour nos enfants et petits-enfants. En l’absence d’un tissu socio-économique investi dans les personnes, fondé sur la réalité et construisant un avenir véritablement humain, nous devons nous éduquer nous-mêmes et former nos jeunes, notamment en matière d’histoire et d’économie politique. Par « nous », j’entends ceux qui n’ont rien à gagner de l’inégalité flagrante en matière de richesse et de pouvoir qui imprègne les sociétés capitalistes, et tout à perdre du réseau de tromperie – l’idéologie dominante – qui fabrique et perpétue le mensonge de l’establishment : l’exploitation et la l’inégalité qui en résulte est l’ordre naturel et éternel.

En d’autres termes, la responsabilité d’articuler, d’inculquer et d’agir en fonction d’une compréhension objective du développement historique incombe à ceux qui seront libérés par ces développements et qui ont donc un intérêt collectif dans la marche de l’histoire. C’est, en un mot, pourquoi Karl Marx, Frederick Engels et Vladimir Lénine ont insisté sur le fait que l’émancipation transformatrice et révolutionnaire de la classe ouvrière est la responsabilité historique de cette classe elle-même : … nous n’avons rien à perdre si ce n’est nos chaînes et un monde entier à gagner.

Cela, et le simple fait que, collectivement, nous avons le pouvoir de le faire : parmi nos milliers, millions et milliards mondiaux, nous sommes imparables, tout comme le cours de l’histoire dont notre classe doit, en fin de compte, assumer la responsabilité.

1. https://www.theguardian.com/…/the-right-to-repair
2. https://en.wikipedia.org/wiki/Planned_obsolescence
3. https://www.reading.ac.uk/…/Econ/workingpapers/emdp427.pdf
4. https://www.globaljustice.org.uk/…/eacop-is-a-prime…/
5. https://www.oxfam.org/…/ saving-lives-water-support…

Contribute





Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *