• jeu. Fév 29th, 2024

Monde25

Le monde des informations alternatives

La sortie des trois pays de la CEDEAO va “créer une nouvelle page de panafricanisme”

ByVeritatis

Fév 7, 2024


https://fr.sputniknews.africa/20240206/la-sortie-des-trois-pays-de-la-cedeao-va-creer-une-nouvelle-page-de-panafricanisme-1064958518.html

[email protected]

+74956456601

MIA „Rosiya Segodnya“

2024

Sputnik Afrique

[email protected]

+74956456601

MIA „Rosiya Segodnya“

Actus

fr_FR

Sputnik Afrique

[email protected]

+74956456601

MIA „Rosiya Segodnya“

https://cdn1.img.sputniknews.africa/img/07e7/0a/15/1062984413_222:0:2109:1415_1920x0_80_0_0_75e51cc668468beb603e5eb7d82e6afc.jpg

Sputnik Afrique

[email protected]

+74956456601

MIA „Rosiya Segodnya“

communauté économique des états d’afrique de l’ouest (cedeao), brics, international, panafricanisme, opinion

communauté économique des états d’afrique de l’ouest (cedeao), brics, international, panafricanisme, opinion

À sa naissance, la CEDEAO était un “instrument de progrès dans le cadre de la construction du panafricanisme”, rappelle à Sputnik Afrique le vice-président en charge des projets stratégiques des BRICS.

“Cet instrument est progressivement devenu un bâton. D’abord cela a marché sur des béquilles, des béquilles occidentales, puisqu’une bonne partie des financements venait de l’Occident. Et maintenant c’est devenu un bâton contre tous les États qui veulent se libérer”, déplore Ahoua Don Mello.

Les pays souverainistes ont alors choisi de se libérer de ce “carcan”, a affirmé le responsable.

Selon lui, le nouveau modèle de panafricanisme “va avoir pour tâche essentielle de proposer un nouveau schéma d’intégration des États africains”.

Et d’ajouter: “Les BRICS sont là pour ouvrir cette opportunité-là à un monde multipolaire qui est en construction”.

Le 28 janvier, le Mali, le Niger et le Burkina Faso avaient déclaré vouloir quitter la CEDEAO. Une décision motivée en partie par le trouble jeu de l’organisation autour d’une potentielle intervention au Niger, comme l’expliquait récemment à Sputnik Tarno Mamane, de l’Université Abdou-Moumouni de Niamey.





Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *