• jeu. Fév 29th, 2024

Monde25

Le monde des informations alternatives

Le théâtre de l’absurde se joue à Washington

ByVeritatis

Fév 7, 2024


par Alastair Crooke

La «stupidité» (et l’ignorance) règnent. Cela pourrait être un objet de curiosité passagère quant à ses causes psychologiques précises, si ce n’était pas si important.

Les États-Unis ont un prodigieux naufrage sur les bras : Les principes mêmes qui sous-tendent le sionisme ont volé en éclats le 7 octobre 2023. Il en est résulté une psychose de formation de masse en Israël, faite de peur, de colère et même de soif de sang.

De nombreux écrivains, et notamment James Hillman dans son livre «A Terrible Love of War», ont tenté d’aborder la question de la soif de sang : une pulsion si terrible, mais qui déclenche une fureur martienne qui lie les hommes dans la bataille. «Je me sentais comme un dieu», déclare le général Patton (dans le film éponyme). Le général marche sur le terrain après une bataille. Terre retournée, chars brûlés, hommes morts. Il prend un officier mourant dans ses bras, l’embrasse, contemple les dégâts et dit : «J’aime ça. Que Dieu me vienne en aide, j’aime vraiment ça. J’aime ça plus que ma vie». En d’autres termes, les sociétés ont trouvé – et continuent de trouver – un sens à la vie à travers la guerre.

C’est ce que fait Israël, qui cherche en quelque sorte un «sens» à ses racines bibliques dans le chaos qu’il a infligé à Gaza ; une passion encore attisée par les «murs» régionaux qui encerclent son «projet» de Sion.

Dans le même temps, une civilisation riche en histoire – la «civilisation de l’islam» qui a insufflé à la Renaissance européenne sa science, sa médecine, son astronomie, sa philosophie et son mysticisme – est animée par des souvenirs à demi oubliés d’une histoire millénaire, et observe les «boulons qui se desserrent» de la «weltanschauung» dominante.

Même les États arabes postmodernes sentent les vents de l’histoire s’agiter et se demandent de quel côté l’histoire finira par tomber. En effet, nous occupons les sables mouvants du temps.

Deux courants de l’histoire entrent en collision, et la raison en est claire : le monde occidental est en train de s’effacer, de s’enfoncer dans une phase de lenteur et de déclin.

Ce fait est évident pour tous, sauf pour les détenteurs du pouvoir à Washington. Pour l’équipe de la Maison-Blanche, il n’y a pas de «collision», pas de «défi» fondamental pour Israël, ni d’ailleurs pour les structures de pouvoir nationales en Amérique, dont le «Beltway Reach» dépend de la survie d’un mode particulier de projection du pouvoir sioniste (tel qu’il a été légué par Jabotinsky).

Alors que fait «Biden» ?

L’équipe joue les idiots. L’équipe Biden prétend que le grand défi n’est pas vraiment ce qu’il «est», mais qu’il s’agit plutôt d’une chose que l’on peut «caresser» par le biais de théâtres palliatifs absurdes – si seulement nous nous en tenons fermement à notre récit américain.

Tom Friedman, du New York Times (qui aurait une ligne directe avec la Maison-Blanche), nous raconte cette histoire : «La première voie consisterait à adopter une position forte et résolue à l’égard de l’Iran…» (hmm, celle-ci n’a pas fait long feu) ; «La seconde voie serait une initiative diplomatique américaine sans précédent visant à promouvoir un État palestinien – MAINTENANT. Elle impliquerait une forme de reconnaissance par les États-Unis d’un État palestinien démilitarisé en Cisjordanie et dans la bande de Gaza, qui ne verrait le jour qu’une fois que les Palestiniens auraient développé un ensemble d’institutions définies et crédibles ainsi que des capacités en matière de sécurité pour garantir que cet État soit viable et qu’il ne puisse jamais menacer Israël».

Et la troisième «jambe» serait suspendue à la perpétuelle chimère américaine de la normalisation saoudienne avec Netanyahou – dont le Beltway en est venu à croire qu’elle changerait «tout». (En 2002, avec l’Initiative arabe, cela aurait pu avoir un certain effet. Mais aujourd’hui, le monde islamique n’est plus ce qu’il était).

Martin Indyk a déclaré que le «raisonnement» qui sous-tend l’approche d’un «accord palestinien» est la vieille maxime de la mafia : «Biden veut faire avaler la grenouille à Bibi (et conclure l’accord), ou bâillonner la grenouille (et laisser la place à un autre gouvernement). Dans tous les cas, les États-Unis espèrent sortir de l’impasse», c’est-à-dire faire une offre (comme le dit la mafia) qui ne peut être refusée – sauf que, maladroitement, Netanyahou peut refuser et refuse effectivement parce qu’il a derrière lui une écrasante majorité de son public qui reste sceptique à l’égard d’un quelconque «État palestinien».

Et ce n’est pas tout : David Ignatius, dans le Washington Post, nous dit que le principal obstacle à l’idée d’un grand État palestinien est de mettre fin à la violence des colons et de déplacer jusqu’à 200 000 Israéliens d’un futur État palestinien. Vraiment ?

C’est ce que l’on appelle «stupide». Il n’y a pas 200 000 colons en Cisjordanie, mais environ 700 000. Qui, exactement, va «relocaliser» ces fanatiques ? (Pas l’OIF, c’est certain ; beaucoup sont eux-mêmes des colons).

Netanyahou avalera-t-il la grenouille d’un État palestinien établi en Cisjordanie et à Gaza ? Ignatius postule : «S’il [le Premier ministre] refuse, son gouvernement pourrait être renversé par des rivaux qui adoptent la formule américaine pour mettre fin à la guerre». Ce serait probablement aussi le début de la fin du sionisme.

Et MbS avalerait-il «la grenouille» en légitimant un «bantoustan» de fragments morcelés se présentant comme «un État» ? Comme le note Ignatius :

«Les responsables américains espèrent qu’Israël finira par reconnaître que le seul plan valable est une mission soutenue par les États-Unis pour former les forces de sécurité d’une Autorité palestinienne «revitalisée» – que les responsables commencent à décrire comme l’«APR»».

Oh oui, cette formule de formation d’une force de sécurité collaborationniste a si bien fonctionné en Afghanistan, n’est-ce pas ?

En fin de compte, que reste-t-il de cette initiative ? Une «campagne d’information» menée par le Qatar et l’Égypte pour pousser le Hamas à accepter les propositions américaines d’accord sur les otages, alors qu’ils savent que 96% des Israéliens s’opposent à un accord prévoyant la libération de tous les captifs en échange d’une pause dans les combats, d’un retrait des forces armées israéliennes de la bande de Gaza et de garanties d’immunité pour les dirigeants du Hamas. (34% du public israélien n’est pas d’accord avec un «accord» – Matan Wasserman dans Ma’ariv, 1er février 2024 (hébreu)) :

«L’opinion publique israélienne est partagée entre le désir de voir les otages rentrer chez eux et la reconnaissance du fait que le prix à payer est très élevé. Si le talon d’Achille de l’accord est une condition non négociable du Hamas exigeant l’immunité pour ses dirigeants, il sera très difficile pour le gouvernement d’accepter … Le sondage ne laisse aucune place au doute – le fait qu’il n’y a presque personne dans le public israélien qui est prêt à accorder l’immunité aux dirigeants du Hamas, même au prix d’un accord pour libérer les otages…»

Il semble que Washington n’arrive pas à dépasser le rythme singulier et répétitif de la musique narrative. Le statu quo ante est toujours disponible – si seulement nous pouvons faire tenir le méta-narratif. S’en tenir à la monotonie du rythme. Il n’y a pas de créativité ici, pas de nouveauté autour de laquelle la musique peut tourbillonner.

La «stupidité» (et l’ignorance) règnent. Cela pourrait être un objet de curiosité passagère quant à ses causes psychologiques précises, si ce n’était pas si important. N’est-il pas évident que, dans une large mesure, la façon dont les «événements» d’aujourd’hui se déroulent constituera le pôle autour duquel tournera l’avenir mondial ?

Alastair Crooke

source : Al Mayadeen

traduction Réseau International

Print Friendly, PDF & Email



Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *