• jeu. Fév 29th, 2024

Monde25

Le monde des informations alternatives

Normes délirantes. 3 jours de formation pour changer une ampoule pour les agents municipaux. – Les moutons enragés

ByVeritatis

Fév 8, 2024


Beaucoup marchent à côté de leurs pompes avec la tête sous le bras dans ce pays, à commencer par ces abrutis de technocrates qui normalisent ou veulent tout normaliser. Quant aux moutruches, mougeons et autres estomacs sur pattes, il y a un mot qu’ils ont semblent-ils oublié, dire NON ! Refuser ces conneries abrutissantes, humiliantes, dégradantes, peuple où a-tu mis les attributs censés faire de toi un mâle, prouver ta virilité, ta capacité à défendre la veuve, l’orphelin, ton pays et ton honneur ? Tu as pris un billet dans la file d’attente pour t’enlever ce qui ne te sert finalement plus à rien ? Profites-en c’est 100% remboursé par la sécu.. tout le monde ne peut pas prétendre à tant de générosité après une vie de dur labeur, massages payants, dents, lunettes, prothèses auditives, transport, etc… mets la main à la poche “gueux” et n’oublies pas de passer une thèse pour un doctorat.. de changement d’ampoule électrique ! Je suis énervée là ! Pas possible d’être aussi moutons et d’accepter ça !

Source INSOLENTIAE

Non. Ce n’est pas une blague, c’est un vrai reportage de TF1 sur les normes totalement délirantes qui étouffent notre pays, la croissance et expliquent bien évidemment que la productivité ne progresse plus en France, mais pas que…

Tous les pays du monde occidental sont concernés par cette inflation normative qui date du 11 septembre 2001 et trouve son origine dans la lutte contre le terrorisme. Après les technocrates se sont retrouvés en roue libre avec le résultat que l’on voit maintenant.

Normes absurdes : pour changer une ampoule dans une mairie, il faut… trois jours de formation

« C’est sans doute le geste le plus facile du bricolage : changer une ampoule. Pourtant, dans une mairie, il est impossible de le faire à moins d’avoir passé une formation. Et son contenu est sans grande surprise : « C’est une formation électrique sur trois jours. Ils nous apprennent comment changer une ampoule », nous explique un employé de la mairie de Livré-sur-Changeon, en Ille-et-Vilaine, visiblement pas franchement convaincu par l’intérêt de cet apprentissage.

Et ce n’est pas tout, il y a aussi une petite subtilité : la règle n’est pas la même selon le type d’ampoule que vous manipulez. Si son culot est de moins de 10 mm de diamètre, une simple formation suffira. Mais s’il en fait plus de 15, tenez-vous bien, c’est une certification qu’il vous faudra, et celle-ci doit être renouvelée tous les trois ans. « C’est de la procédure, c’est du temps d’agent, des coûts supplémentaires pour la commune », résume Emmanuel Fraud, maire (SE) de Livré-sur-Changeon.

Une certification est aussi indispensable pour cet autre geste pas vraiment technique du quotidien : débrancher une machine à laver. « Les normes succèdent aux normes et les anciennes ne disparaissent pas toujours », commente encore Emmanuel Fraud. »

Et d’embrayer sur l’inflation des codes qui régissent si bien nos vies.

« L’épaisseur du Code du travail témoigne de cette inflation normative : il fait 3.818 pages. De même que celle du Code de commerce, avec ses 3.535 pages. Des livres qui grossissent un peu plus chaque année. Depuis 2002, le Code de commerce s’est épaissi de 364 %, celui sur l’environnement de 653 %. Une inflation qui coûte chaque année 60 milliards d’euros aux entreprises.

Autre norme parmi les plus loufoques que met en avant notre reportage : elle concerne la cueillette des fruits. Si vous êtes un jeune entre 16 et 18 ans, vous n’avez pas le droit de monter sur un escabeau pour en cueillir. Un poil pénalisant pour les saisonniers qu’emploie le producteur de pommes qui témoigne face à notre caméra. Seul moyen pour lui de faire travailler des jeunes : installer une plateforme de sécurité. « On peut être à 30.000, 40.000, 50.000 euros, pour des petites structures comme les nôtres, c’est juste impossible », soupire-t-il. »

Il y a toujours une bonne raison !

Vous trouverez toujours une bonne raison pour justifier une norme.

La première des raisons est la sécurité. L’autre, c’est évidemment les risques de fraude, fiscales, sociales, etc.

Mais, il y a aussi un autre élément.

Plus nous rendons les gens imbéciles, assistés, moins chacun est responsable de ce qu’il fait, des conséquences de ses actes, et plus nous avons besoin de normes, de règles, et de procédures pour faire même les choses les plus simples.

Ce que vous voyez est aussi la conséquence de l’infantilisation de la société et des gens.

Nous sommes infantilisés à tous les niveaux, et surtout en entreprise où l’on vous dit quand il fait chaud qu’il faut penser à boire de l’eau.

Et si l’on peut penser et trouver absurde de former les gens pour changer une ampoule, le drame, c’est qu’ils sont de plus en plus nombreux à ne plus savoir le faire ! Et pas à la campagne mais bien chez les bobos parisiens qui savent pondre des normes mais certainement pas planter un clou !

Bienvenu dans Idiocracy.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu.

Préparez-vous !

Charles SANNAT

Tous les articles, la tribune libre et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs. Les Moutons Enragés ne sauraient être tenus responsables de leur contenu ou orientation.

Volti





Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *