• mer. Fév 28th, 2024

Monde25

Le monde des informations alternatives

Israël doit tirer des leçons de la guerre du 7 octobre 2023 pour son conflit avec le peuple palestinien et au-delà — Mustapha STAMBOULI

ByVeritatis

Fév 12, 2024


Introduction :

Le conflit israélo-palestinien, enraciné dans l’occupation israélienne du territoire palestinien reconnue par le droit international, s’est intensifié par le refus d’Israël d’appliquer les accords d’Oslo. Ce conflit ne se limite pas à une simple dispute territoriale, mais revêt également une dimension géopolitique majeure en raison de l’emplacement stratégique de la région. Les enjeux politiques, économiques et sécuritaires qui y sont associés font de ce conflit l’un des plus complexes et des plus durables de l’histoire moderne.

Il est bien de rappeler que plusieurs empires ont disparu en raison de la folie de leurs chefs ou dirigeants. Des exemples notables incluent l’Empire romain, l’Empire ottoman, l’Empire mongol, l’Empire espagnol et l’Empire russe. Dans chacun de ces cas, la folie ou l’incapacité des dirigeants à prendre des décisions rationnelles ont joué un rôle significatif dans la chute de l’empire concerné.

L’Empire romain : Bien que de nombreux facteurs aient contribué à son déclin, la folie de certains empereurs, tels que Néron et Caligula, a exacerbé les tensions internes et affaibli l’empire.

L’Empire ottoman : Au cours de ses dernières années, certains sultans ottomans ont montré des signes de folie ou de faiblesse mentale, ce qui a affaibli l’empire et a contribué à sa disparition progressive.

L’Empire mongol : Après la mort de Gengis Khan, certains de ses successeurs ont été incapables de maintenir l’unité de l’empire en raison de querelles internes et de décisions irrationnelles.

L’Empire espagnol : Bien que la folie des dirigeants ne soit pas la seule cause de son déclin, des monarques comme Charles II, qui souffrait de déficiences mentales, ont contribué à affaiblir l’empire.

L’Empire russe : Sous le règne des derniers tsars, notamment Nicolas II, des décisions politiques incohérentes et des crises internes ont conduit à l’effondrement de l’empire.

Dans chacun de ces cas, la folie ou l’incapacité des dirigeants à prendre des décisions rationnelles ont joué un rôle significatif dans la chute de l’empire concerné.

Dans le cadre des évolutions historiques, les empires colonisateurs ont souvent vu leur chute précipitée par l’incapacité de leurs dirigeants à percevoir les réalités politiques et sociales qui les entouraient. Cette tendance s’observe également dans le contexte contemporain, comme Israël, malgré sa puissance militaire, risque de s’affaiblir voire disparaitre en raison de politiques militaristes défaillantes et la mauvaise gouvernance militaire et politique de cette entité fasciste.

Il est évident que la question de la gestion des conflits avec les Palestiniens, y compris les opérations militaires à Gaza, est hautement complexe et chargée d’histoire, de politique et de tensions sociales. Certains critiques soutiennent que les actions d’Israël dans la bande de Gaza, telles que les bombardements des civils et la destruction de toutes les infrastructures de base et sociales et les restrictions imposées sur la population, exacerbent les tensions et anéantissent les perspectives de paix et de stabilité dans la région.

En ce qui concerne l’incapacité des dirigeants israéliens à “voir juste”, certains observateurs estiment que des politiques qui ne tiennent pas compte des préoccupations humanitaires, des droits de l’homme et des aspirations des populations locales peuvent finalement s’avérer contre-productives sur le plan politique et stratégique. Cela peut conduire à des conséquences imprévues, telles qu’une résistance accrue et une détérioration des relations internationales.

Il est également important de reconnaître que les conflits au Moyen-Orient, y compris celui entre Israël et les Palestiniens, sont extrêmement complexes et qu’il n’existe pas de solution simple. Les perspectives de paix durable dans la région dépendent de nombreux facteurs, notamment la volonté politique des parties concernées, la médiation internationale et la résolution de questions fondamentales telles que les frontières, les réfugiés et le statut de Jérusalem.

L’approche d’Israël, qui privilégie souvent les réponses militaires aux conflits avec les Palestiniens, risque de saper ses soutiens traditionnels, notamment en Amérique du Nord et en Europe. Les dirigeants israéliens, en négligeant les préoccupations humanitaires et en optant pour une escalade militaire, pourraient éroder le soutien politique à l’échelle internationale, affaiblissant ainsi leur position diplomatique et leur capacité à défendre leurs intérêts sur la scène mondiale.

Dans ce contexte, il est crucial pour Israël de réévaluer sa stratégie et d’explorer des solutions politiques et diplomatiques qui favorisent la paix et la stabilité dans la région. Ignorer les appels à la retenue et à la négociation risque de conduire à un isolement diplomatique et à une détérioration des relations avec ses alliés traditionnels, compromettant ainsi sa sécurité à long terme et son statut sur la scène internationale.

La guerre actuelle entre Palestiniens et Israéliens à Gaza marque une nouvelle ère de multipolarité dans la région. Elle a suscité une résistance arabe capable de s’opposer à l’hégémonie israélo-américaine et européenne. Israël doit tirer des leçons de cette guerre du 7 octobre 2023 pour son conflit avec le peuple palestinien et au-delà.

Conclusion :

Le conflit sans fin israélo-palestinien offre des leçons importantes sur la nécessité de trouver des solutions pacifiques et durables aux conflits géopolitiques. Il met en lumière l’importance cruciale du respect du droit international, du dialogue interculturel et de la recherche de compromis politiques pour parvenir à une résolution viable. De plus, il souligne l’urgence de promouvoir la coopération régionale et internationale pour aborder les racines profondes du conflit et créer les conditions propices à la paix et à la prospérité pour toutes les parties impliquées. Enfin, le conflit israélo-palestinien rappelle que la violence et l’occupation ne peuvent jamais être des solutions durables, mais seulement des obstacles à la construction d’un avenir meilleur pour les générations à venir.





Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *