• ven. Déc 1st, 2023

La production de chars a été multipliée par sept en Russie



https://fr.sputniknews.africa/20231102/la-production-de-chars-a-ete-multipliee-par-sept-en-russie-1063265650.html

[email protected]

+74956456601

MIA „Rosiya Segodnya“

2023

Sputnik Afrique

[email protected]

+74956456601

MIA „Rosiya Segodnya“

Actus

fr_FR

Sputnik Afrique

[email protected]

+74956456601

MIA „Rosiya Segodnya“

https://cdn1.img.sputniknews.africa/img/07e7/01/06/1057520067_193:0:2922:2047_1920x0_80_0_0_210410990bebe1516144a98482a4b27e.jpg

Sputnik Afrique

[email protected]

+74956456601

MIA „Rosiya Segodnya“

russie, ukraine, équipement militaire, complexe militaro-industriel, char

russie, ukraine, équipement militaire, complexe militaro-industriel, char

La Russie a augmenté sa production militaire en 2023, fabricant plus de chars, de blindés légers, mais aussi de munitions, a déclaré Sergueï Tchemezov, directeur du conglomérat russe Rostec.

Des usines qui tournent à plein régime. Malgré les sanctions occidentales, l’industrie militaire russe continue de carburer. La production de chars a ainsi été multipliée par sept en 2023, a déclaré Sergueï Tchemezov, patron du géant Rostec, à la chaîne télévisée Rossiya 24.

“Au cours de l’année écoulée, nous avons multiplié par 7 la production de chars. Par 4,5 la production de blindés légers comme les véhicules de combat d’infanterie. Par 2,5 la production de lance-roquettes multiples. Par 60 la production de certaines munitions”, a-t-il ainsi détaillé.

Plus tôt cette semaine, Uralvagonzavod, filiale de Rostec, avait diffusé une vidéo d’un lot de char T-90M, les plus modernes, subissant une batterie de tests avant d’être envoyés au front. Des améliorations du blindage avaient été soulignées par les observateurs.

Le géant Rostec avait déjà annoncé avoir doublé sa production d’avions et d’hélicoptères de combat sur l’année 2022.

Au contraire des progrès de l’industrie militaire russe, des interrogations ont commencé à émerger dans le camp ukrainien depuis plusieurs mois. Kiev est en effet de plus en plus dépendant de la production occidentale, qui s’essouffle.





Source link